Notre Site  Aide  Plan du Site  Archives 
  CHINE
  ECONOMIE
  HORIZON
  MONDE
  SCI-EDU
  SPORTS
  VIE SOCIALE
  ARTICLES
  PHOTOS

  COURRIER
  VOIX DE
      LECTEURS

  APERÇU
  REGIONS
     ADMINISTRATIVES

  ETHNIES
  INSTITUTIONS
  PORTRAITS
  BEIJING
  TIBET
  NOTRE SITE
  PLAN DU SITE
  AIDE
  EMPLOI
Mise à jour 10:17(GMT+8), 25/01/2004
HORIZON  

Jean Pierre Lafon : La visite du président Hu en France revêt une grande importance

Dans le cadre des commémorations du 40è anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et la France qui tombe au 27 janvier, le président chinois Hu Jintao effectue une visite d'Etat à Paris sur invitation de son homologue français Jacques Chirac. Selon l'ambassadeur de France en Chine Jean-Pierre Lafon, la rencontre deux chefs d'Etat renforceront la concertation et la coopération entre la France et la Chine. Voici une interview de M. Lafon :

QUESTION : On sait bien qu'en 1964, la Chine et la France avaient décidé d'établir les relations diplomatiques au niveau d'ambassadeurs. Depuis, les rapports entre nos deux pays se sont considérablement développées sur les plans politique, économique, culturel et autres. Comment appréciez-vous nos rapports actuels ?

REPONSE: Il y a 40 ans, effectivement, il y a eu la reconnaissance de la République populaire de Chine décidée par le Général de Gaulle. Il a dit d'ailleurs que « ce qui me conduit à reconnaître la Chine, c'est la raison et l'évidence ». Depuis, il y a un renforcement considérable de nos relations, notamment au cours des 5 et 6 dernières années, depuis la signature du partenariat global par le président chinois et le président français en 1997. Au cours des derniers mois, il y a d'intenses activités de ces relations. Ces relations se situent à plusieurs niveaux.

C'est d'abord une relation politique avec une concertation politique de plus en plus intense. La France et la Chine se sont retrouvées sur l'Irak. La France appuie tout à fait la Chine sur les affaires coréennes, appuie sans réserve le processus de Beijing. Et puis il y a une décision historique ; c'est que le président Hu Jintao vienne en marge du G-7 participer à une réunion initiée par le président Jacques Chirac avec les chefs d'Etat des pays développés et avec ceux des pays en voie de développement. Donc, cette concertation est très forte, je pense que la visite du président Hu Jintao à Paris est non seulement l'occasion mais aussi véritablement le terrain d'un renforcement de cette concertation. Cela ne veut pas dire que la France et la Chine ont les mêmes points de vue sur tout, chacun a son point de vue particulier. La France est un élément moteur au sein de l'Europe (Union européenne) qui se construit d'une manière parfois un peu douloureuse. La Chine est un Etat au développement considérable. Ces relations ne peuvent que s'intensifier. Je pense que le contact entre le président Chirac et le président Hu Jintao à Evian s'est très bien déroulé. Ils s'étaient déjà rencontrés il y a trois ans.

Ces relations sont aussi culturelles, la Chine a toujours attiré la France depuis Montesquieu, depuis Voltaire. D'ailleurs nous avons aimé la Chine sans la connaître. Parce que les Français regardent une Chine qui n'est pas réelle. Il faut dire que la Chine réelle n'est pas facile à connaître compte tenu de sa complexité et de sa diversité. Mais il y a toujours une fascination pour la Chine. Et puis la Chine découvre la France à travers la littérature Alexandre Dumas, Victor Hugo, Balzac qui sont très prisés en Chine. Aujourd'hui, on s'aperçoit que la France joue un rôle prioritaire au sein de l'Europe, du fait de sa situation géographique au coeur de l'Europe, et depuis le général de Gaulle, avec la réconciliation avec les Allemands.

Enfin, c'est un point très important, c'est la relation économique. Vous me direz des relations économiques avec d'autres pays, avec l'Allemagne en plus. Mais, on sous-estime les relations économiques entre la France et la Chine. C'est le Premier ministre Wen Jiabao qui a dit que la coopération entre la France et la Chine est exemplaire dans le domaine nucléaire depuis 20 ans. Il y a énormément d'investissements français en Chine, de grands groupes français comme Alcatel, Saint Gobain, Thomson multimédia, Chanel, tellement d'investisseurs en Chine, j'en oublie sans doute les trois quarts. Et aussi de petites et moyennes entreprises, j'ai constaté ce phénomène aux environs de Shanghai et à Suzhou, à Guangzhou et dans la province du Guangdong, il ne faut pas sous-estimer ce développement.

Ces relations sont marquées par des visites. M. Raffarin le Premier ministre français était en visite en Chine en plein milieu de l'épidémie (du SRAS), c'est le seul chef de gouvernement qui n'a pas annulé sa visite, je crois que les dirigeants chinois y ont été très sensibles. C'est la preuve de l'importance et de l'intensité des relations entre nos deux pays. M. Raffarin disait alors que « les relations franco-chinoises étaient fondamentales, je maintiens ma solidarité vis-à-vis des Chinois ». Mme Wu Yi, vice-Première ministre a dit que c'est dans le moment où on est en difficulté qu'on reconnaît ses amis. La ministre française de la Défense Mme Alliot Marie est venue aussi. De même que le ministre de l'économie et des Finances Francis Mer qui a dit que la croissance économique de la Chine ne représente pas une menace, mais une opportunité, seulement il faut la saisir et savoir la saisir.

Et puis dernièrement, j'ai accueilli le ministre de l'Intérieur M. Sarkozy, C'était la première fois qu'un ministre de l'intérieur français venait en Chine depuis la naissance de la République populaire de Chine.

QESTION : La Chine et la France sont membres permanents du Conseil de Sécurité des Nations-Unis. Nos deux pays ont beaucoup contribué à la constitution d'un monde multipolaire, à la paix et au développement mondial. Selon vous, dans quelles domaines la France et la Chine resserreront les liens de concertation et de collaboration?

REPONSE : Je dirai d'abord, ce qui est très important, qu'au niveau des chefs d'Etat et de gouvernement, on peut se rencontrer et que chacun exprime ses points de vue. Je crois que l'échange de vision et la coopération sont très importants. Je crois que la rencontre entre le président Chirac et le président Hu Jintao sera une occasion d'avoir une vision sur le monde. Le monde est en pleine transformation. On assiste à l'émergence de la Chine dans sa réussite du lancement du Taïkonaute ; on le voit sur la croissance de la Chine, sa présence sur tous les marchés mondiaux, elle s'implante dans le monde entier, pas seulement en France. Il est manifeste que la Chine est devenue un pays majeur dans la gestion du monde ; il est majeur parmi les pays en voie de développement, on ne peut pas traiter le problème sur le réchauffement de la terre, de l'effet de serre sans parler avec la Chine.

Dans le domaine monétaire, la Chine a atteint tout son poids quand elle a refusé de dévaluer le yuan au moment de la crise financière asiatique. Aujourd'hui, les Américains demandent la réévaluation de yuan, la Chine évoque la stabilité de sa monnaie comme un élément de la stabilité du monde. C'est très intéressant et très important de parler de ça au niveau des chefs d'Etat. Je pense que le président Chirac et le président Hu en parleront.

On voit très bien le rôle pacifique que joue la Chine pour la question de la Corée du nord. Je pense que le problème de Taïwan sera aussi important à l'ordre du jour. Parce qu'à l'heure actuelle, il y a un risque de tension. La France est très attachée à l'unicité de la Chine et que la Chine est très attachée à ce que la France réaffirme l'unicité de la Chine. Donc, il y a plein de domaines de coopération que ce soit sur l'Afrique, sur le Moyen-Orient, et l'Asie. Je ne dis pas qu'on a les mêmes points de vue. Mais, il y a souvent des points de vue très proches.

QUESTION : Monsieur l'ambassadeur, pourquoi l'organisation des Années croisées

France-Chine ? Qu'attendait la partie française ? L'année de la Chine en France a été inaugurée le 6 octobre à Paris en présence de Mme Chen Zhili, conseillère d'Etat chinoise et de M. De Villepin, ministre français des Affaires étrangères. Pensez-vous que les différentes manifestations cultuelles chinoises pourront aider les Français à mieux connaître la Chine ?

REPONSE: Ecoutez, l'Année de Chine en France est un grand succès. Le président Chirac l'a redit lorsqu'il a présenté ses voeux au Corps diplomatique au Palais de l'Elysée il y a quelques jours. Il y a beaucoup d'expositions et de manifestations sur l'Année de la Chine en France.

La Chine est très à la mode, toute la presse française parle de cet événement. Je remarque que des hebdomadaires font des numéros spéciaux qui insistent sur le développement économique en Chine, mais aussi sur l'évolution de la société chinoise avec cette ouverture sur l'extérieur. On voit la Chine apparaître dans tant de domaines où elle n'était pas présente auparavant, que ce soit dans l'architecture, la mode, dans le développement d'universités chinoises. Tout ceci passionne les Français, il y a le Salon de l'éducation, la présentation de l'enseignement supérieur chinois est un grand succès aussi. Il n'y a pas que la Chine traditionnelle qui passionne les Français, mais aussi la Chine actuelle, la Chine au début du 21ème siècle, le développement de la Chine. Les Français voient Hongkong, Shanghai, Beijing, Guangzhou se présenter à la France.

La semaine dernière, j'ai assisté à l'ouverture de la ligne aérienne entre Paris et Guangzhou; c'est la première ligne directe d'Europe occidentale avec Guangzhou. ça va faciliter encore plus les contacts. Je crois que la réussite de l'Année de la Chine en France est due non seulement à ces organisateurs, mais surtout à l'intérêt du public français pour la Chine qui n'a jamais été aussi grand.

QUESTION : Si la Chine a choisi la France comme le premier pays pour tenir des années croisées d'une envergure aussi importante, c'est parce que les Chinois cherchent à connaître davantage la culture et la civilisation de la France et les Français, et vice versa. Qu'en pensez-vous ?

RESPONSE: Tout à fait, j'en suis certain. Les Français sont passionnés par la Chine. Cela ne veut pas dire qu'ils connaissent bien la Chine. On a des idées sur la Chine d'il y a dix ans qui ne sont forcément pas les mêmes que celles qu'on peut avoir sur la Chine d'aujourd'hui. Il y a des idées permanentes qu'on retrouve, les modes de raisonnement, les modes d'approche des réalités qu'on retrouve aujourd'hui, mais il y a une toute jeune génération chinoise qui fait face à une ouverture, que la Chine n'avait jamais connue. Ce qui ne veut pas dire que la Chine n'ait pas connu l'ouverture dans le passé. La Dynastie Tang était très ouverte sur le monde. Elle a accueilli dans ses propres développements beaucoup d'apports extérieurs.

QUESTION : Vous connaissez bien l'Histoire de la Chine Monsieur l'Ambassadeur.

REPONSE: J'ai fait des lectures sur l'Histoire, c'est passionnant. Les contrastes entre les dynasties et la civilisation.

QUESTION : La Chine et la France sont deux beaux pays qui attirent un grand nombre de touristes étrangers. Et la France est depuis longtemps en peloton de tête des pays les plus visités. La Chine reçoit un nombre important de touristes français. La Chine et la France comptent élargir leur coopération dans le domaine touristique. Comment voyez-vous la perspective de cette coopération?

REPONSE: Plusieurs sujets. J'ai dit à tous les ministres français venus en Chine : le potentiel de développement touristique, la venue des Chinois en France au cours des 20 prochaines années sera considérable ; elle va se développer, il faut s'y préparer. é tous points de vue : dans les musées, il faut avoir des catalogues en chinois ; dans les stations publiques, il faut avoir des inscriptions en chinois. C'est très important.

Deuxièmement, je trouve que les touristes chinois ne restent pas longtemps, mais ils dépensent beaucoup d'argent. Ils veulent avoir un bon repas français, ils veulent acheter quelques produits français de marque.

Troisièmement, c'est que les touristes chinois se concentrent sur deux sites : Paris et la côte d'azur. Vous savez que la France est très belle dans toutes ses provinces. Il y a des provinces superbes en France. Je crois que les Chinois ont encore à découvrir sa diversité : le Périgord, les Alpes, la Bretagne, la Normandie avec le Mont saint-Michel, les cathédrales de France, les châteaux de la Loire.

Lors de sa visite en Chine, le Ministre de l'Intérieur Sakozy a dit qu'il allait veiller à ce qu'on améliore l'accueil des Chinois. Normalement il est prévu qu'il y ait des policiers chinois qui viennent en France. Les policiers français ne peuvent pas distinguer les touristes de l'immigration irrégulière, ce qui est nécessaire pour améliorer les relations.

Je crois qu'il y a de gros efforts à faire du côté du tourisme français pour mettre en place des structures pour mieux accueillir les Chinois, une politique de communication.

Il est aussi vrai qu'il y a beaucoup de touristes français en Chine, ça va se développer. Je découvre la Chine, il y a plein d'endroits à découvrir, pas nécessairement Beijing et Shanghai, la Grande Muraille, pas seulement à Badaling. On peut la voir ailleurs. Et puis, il y a plein d'endroits à voir sur la Route de la Soie. Il faut bien protéger les sites touristiques. C'est un point très important. Les Français sont très attachés à la protection des sites. Mais, à Beijing, il ne faut pas voir toujours les tombeaux des Ming, il faut voir aussi ceux des Qin de l'Ouest et de l'Est.

QUESTION : Vous y avez été ?

REPONSE : Oui, j'y suis allé, c'est très beau. La Chine, il y a Dunhuang, beaucoup à voir tout au long de la Route de la Soie, aussi Guilin...

QUESTION : Vous avez aussi visité Guilin ?

RREPONSE: Oui, j'ai fait la rivière de Lijiang. J'ai été même à Yangzhou, j'ai fait du vélo dans cette ville. Il faut voir des rizières dans les villages des Dong, n'est-ce pas ?

Tout ce tourisme dans le Sud de la Chine, c'est très beau. Il faut aller voir le Guangxi, voir aussi le Guizhou, il y a des paysages formidables, mais il faut développer les infrastructures hôtelières, il faut avoir des gens qui parlent le français, l'anglais...

La Chine a un potentiel considérable dans le tourisme.

QUESTION : Monsieur l'ambassadeur, si vous permettez, les dirigeants de nos deux pays ont toujours apporté une grande importance au développement de nos relations bilatérales. Le président Jacques Chirac a été réélu en 2002. Il s'y est toujours attaché. Et vous aussi, monsieur l'ambassadeur, depuis votre accession à ce poste en 2003, vous avez beaucoup travaillé au resserrement de la coopération et des échanges entre nos deux pays dans divers domaines. Le nouveau gouvernement chinois a été formé en mars dernier à l'issue de la 10ème Assemblée populaire nationale. Monsieur l'ambassadeur, quelle est votre impression sur le travail de l'actuel gouvernement chinois ?

REPONSE: Je vois chaque jour que le gouvernement chinois fait face à des défis considérables avec le développement économique. Il est très conscient des problèmes et essaie de les résoudre les uns après les autres. En revanche, je peux constater que c'est le domaine des relations franco-chinoises. M. Wen Jiabao a dit avant d'être Premier ministre. Il a même dit que c'est prioritaire les rapports entre la France et la Chine. Ce qui m'a frappé, c'est qu'il a dit que les relations économiques ne sont pas au même niveau que les relations politiques entre nos deux pays. Une mission prioritaire de l'ambassadeur de France en Chine et celle de mon collègue, c'est de développer les relations économiques. J'espère qu'à l'occasion de la visite du président Hu, on fera progresser ces relations dans ce domaine.

Mais il est bien évident, la priorité c'est la politique. Je crois que le président Hu Jintao se rend en visite en France à l'occasion du 40ème anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre nos deux pays. C'est son premier voyage en Europe depuis qu'il est chef de l'Etat. Je crois que cela marque l'importance, la priorité qu'il attache à la relation politique avec la France, la France est la porte d'entrée et le moteur de l'Europe.

(CRI)




Sous Cette Rubrique
 

Dans le cadre des commémorations du 40è anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et la France qui tombe au 27 janvier, le président chinois Hu Jintao effectue une visite d'Etat à Paris sur invitation de son homologue français Jacques Chirac. Selon l'ambassadeur de France en Chine Jean-Pierre Lafon, la rencontre deux chefs d'Etat renforceront la concertation et la coopération entre la France et la Chine. Voici une interview de M. Lafon :

Recherche avancée


 


Copyright © 2000-2003   Le Quotidien du Peuple en ligne  Tous droits réservés.