Notre Site  Aide  Plan du Site  Archives 
  CHINE
  ECONOMIE
  HORIZON
  MONDE
  SCI-EDU
  SPORTS
  VIE SOCIALE
  ARTICLES
  PHOTOS

  COURRIER
  VOIX DE
      LECTEURS

  APERÇU
  REGIONS
     ADMINISTRATIVES

  ETHNIES
  INSTITUTIONS
  PORTRAITS
  BEIJING
  TIBET
  NOTRE SITE
  PLAN DU SITE
  AIDE
  EMPLOI
Mise à jour 14:50(GMT+8), 04/11/2003
VIE SOCIALE  

Population en Chine : Davantage de considération pour les filles

Deux ans auparavant, Zhang Chuanxin et sa femme n'osaient pas marcher la tête haute dans leur village, car la mère de Zhang n'arrêtait pas de se plaindre de leur incapacité à continuer « la lignée familiale » faute d'avoir de fils.

Zhang, père de deux filles, vit dans le village Liugou du district de Huaiyuan ( province de l'Anhui ). Autour de 2001, il a trouvé sa vie changée quand a été lancée une campagne nationale « Davantage de considération pour les filles », campagne destinée à neutraliser le déséquilibre entre les sexes dans ce pays le plus peuplé du monde.

« Il est maintenant aussi bien vu d'élever la fille que d'élever le garçon », a déclaré Zhang, qui attribue l'amélioration de ses conditions de vie à l'aide du gouvernement local, inscrite dans le cadre de la campagne en question.

Après que le district a été sélectionné comme champ d'essai pour cette campagne en 2001, Zhang a été subventionné par le comité local de planification familiale, obtenant ainsi un véhicule motorisé de transport à quatre roues, tandis que sa femme a reçu un fond d'aide pour cultiver des céréales et des légumes dans la cour de la maison.

Peu après, Zhang et sa famille ont construit une nouvelle maison, une réussite que Zhang a dit être inimaginable deux ans avant, car sa famille s'entassait alors dans deux pièces délabrées.

De même que Zhang, les foyers n'ayant qu'une ou deux filles dans ce district auront droit à 2 000 yuans (environ 240 USD) comme fonds de soutien et seront exemptés d'impôts agricoles et de frais de scolarité obligatoire pour leurs filles, un traitement préférentiel totalisant environ 30 000 yuans (3 600 USD), jusqu'à ce que leurs filles soient en âge de se marier.

Les officiels ont déclaré que la campagne « Plus de considération pour les filles » visait à bloquer la tendance du déséquilibre de sexe parmi les nouveau-nés et à éliminer la discrimination sexuelle contre les filles dans de nombreuses régions rurales et sous-développées.

Certains démographes chinois se préoccupent du fait que le déséquilibre sexuel pourrait produire une conséquence néfaste au pays pour des générations entières.

Bien que le gouvernement chinois ait interdit la sélection du sexe des bébés nouveaux nés par le moyen des ultra-sons et l'avortement sélectif ainsi provoqué, des médecins marrons offrent en clandestinité de tels services.

« Il est difficile de connaître la vérité car les femmes enceintes peuvent choisir d'avoir accès à ce genre de services et ensuite mentir au sujet de leur décision, » a dit Zhang Shufang, chef du bourg de Chu'an dans la ville de Renqiu ( province du Hebei ).

Bien que l'idée « les femmes d'abord » soit de plus en plus reconnue dans les grandes villes chinoises, le dicton « élever une fille est tout comme cultiver le champ d'un autre » est bien ancré chez les gens d'ailleurs en Chine, notamment à la campagne.

Dans les régions dominées par les préjugés quant au sexe, la scanographie illégale par ultrasons afin de déterminer le sexe des bébés dans l'utérus est répandue parmi un certain nombre de couples préférant avoir un garçon plutôt qu'une fille.

« La pensée traditionnelle chinoise que les hommes ont plus de valeur que les femmes a dominé le pays pendant de nombreux siècles », a expliqué Mme Pan Guiyu, vice-ministre chargée de la Commission nationale de la planification familiale et de la population.

« Quelques personnes de la campagne se débarrassent simplement de leurs bébés du sexe féminin en les abandonnant devant les portes des orphelinats immédiatement après leur naissance », a-t-elle ajouté.

Elle admet que 99% des enfants chinois adoptés par des étrangers sont des filles. Pour le groupe de moins de 10 ans, le pays compte des millions de garçons de plus que des filles.

Ces préjugés sexuels ont souvent engendré des avortements sélectifs, à tel point que le recensement national effectué en l'an 2000 a démontré une chute dramatique du nombre des filles nouveau-nées : 1 168,6 garçons pour les 1 000 filles nouveau-nées.

Dans la ville de Xinyi, province du Guangdong, la proportion a même atteint 1 423,3 de garçons, chiffre bien plus élevé que la moyenne normale se situant entre 1 050 et 1 070.

« Le déséquilibre entre les filles et les garçons nouveau-nés a un impact négatif sur la structure de la population chinoise », a déclaré Zhao Bingli, un autre vice-ministre de la Commission nationale de la planification familiale et de la population.

« Cette disproportion est devenue un nouveau défi auquel feront face les départements de la population et de la planification familiale dans l'avenir », a dit Zhao, incitant à l'élimination de la discrimination contre les filles en commençant par la grossesse et en montrant plus de considération pour les filles.

Afin de résoudre ce casse-tête, la Chine a lancé la campagne « plus de considération pour les filles » dans tout le pays dans le but de promouvoir l'idée d'égalité entre les sexes et d'améliorer les conditions de vie des familles ayant des filles uniques par l'intermédiaire de son réseau étendu de planification familiale.

Dans des provinces telles que l'Anhui, le Jiangxi, le Fujian, le Guangdong et le Hubei, les gouvernements locaux ont eut recours à des bandes dessinées pour faire la publicité de la campagne « plus de considération pour les filles et leurs familles » ainsi qu'à la distribution de tracts concernant les traitements médicaux gratuits pour ces filles.

Parallèlement, des expressions telles que « hommes et femmes naissent égaux » et des informations dénonçant les discriminations à l'encontre des filles ont été ajoutées aux manuels scolaires des écoles primaires rurales dans ces provinces.

Les départements de la santé, de la sécurité publique et de la justice se sont aussi joints à cette campagne dans le but de punir sévèrement ceux qui font usage de scanographie ultrasonique illégale en vue de connaître le sexe du bébé dans le ventre de la mère ainsi que d'autres activités impliquant l'avortement à but sélectif.

Dans le district de Huaiyuan seulement, la police a enquêté, depuis 2000, sur 65 cas impliquant des tests du sexe des foetus et des avortements à but sélectifs illégaux, et a pénalisé 50 officiels et médecins tout en fermant 215 cliniques privées menant des scanographies ultrasoniques illicites.

Dans le cadre de cette campagne, la Commission nationale de la planification familiale et de la population a envoyé aux régions de l'Ouest une équipe de 50 experts pour y donner des conférences portant sur la santé et la reproduction et effectuer des enquêtes sur les conditions de vie et de santé des filles locales.

Le gouvernement chinois a mis en place un programme avec pour échéance l'année 2010 dans le but de ramener la proportion entre les bébés nouveau-nés à la normale. Des officiels ont déclaré qu'un nouveau concept concernant le mariage et la reproduction devrait prendre forme d'ici là. « Moi, je suis optimiste à ce sujet, » a dit le vice-ministre Zhao.




Sous Cette Rubrique
 

Deux ans auparavant, Zhang Chuanxin et sa femme n'osaient pas marcher la tête haute dans leur village, car la mère de Zhang n'arrêtait pas de se plaindre de leur incapacité à continuer « la lignée familiale » faute d'avoir de fils.

Recherche avancée


 


Copyright © 2000-2003   Le Quotidien du Peuple en ligne  Tous droits réservés.