Notre Site  Aide  Plan du Site  Archives 
  CHINE
  ECONOMIE
  HORIZON
  MONDE
  SCI-EDU
  SPORTS
  VIE SOCIALE
  ARTICLES
  PHOTOS

  COURRIER
  VOIX DE
      LECTEURS

  APERÇU
  REGIONS
     ADMINISTRATIVES

  ETHNIES
  INSTITUTIONS
  PORTRAITS
  BEIJING
  TIBET
  NOTRE SITE
  PLAN DU SITE
  AIDE
  EMPLOI
Mise à jour 16:01(GMT+8), 17/06/2003
VIE SOCIALE  

Chine : Les gourmands de faune seraient châtiés


Chine : Les gourmands de faune seraient châtiés
L'Association chinoise de protection des animaux sauvages a appelé dernièrement à rompre avec la mauvaise habitude de manger les bêtes sauvages, en établissant un régime alimentaire sain et civilisé.

Beaucoup d'experts demandent la promulgation rapide d'une loi punissant les mangeurs de bêtes sauvages. A présent, seuls le braconnage et le trafic de faune sont sanctionnés dans le pays. Ces écologistes indiquent que c'est une méprise que d'extirper cette mauvaise coutume par voie de moralité. Selon eux, ces gourmands sont aussi coupables que les braconniers et les trafiquants. Le braconnage et le trafic ne disparaîtront pas du pays si existent ces clients, ont-ils lancé.

Les dernières études scientifiques montrent que certains bêtes sauvages portent des coronavirus du SRAS. Bien que l'origine de cette maladie n'ait pas encore été établie, de plus en plus de Chinois réalisent qu'il est une mauvaise manière que de se nourrir d'animaux sauvages.

D'après Du Yongsheng, directeur de la Sécurité forestière, depuis les 12 derniers mois, 7 000 cas de trafic de faune ont été traités et 1,4 million de bêtes saisies, dont 56 000 faisant partie de la catégorie A protégée.

Le Guangdong et le Guangxi sont connus pour la cuisine de bêtes sauvages. Des statistiques rapportent que les habitants locaux consomment un million de moineaux par an. A Guangzhou (Canton) seulement, 10 tonnes de serpents sont préparées par jour. Dans les restaurants sauvages, le prix du pangolin atteint 800 yuans (environ 100 dollars US) au kilo. Les bêtes sauvages rapportent de gros profits à ces restaurants et rendent ces derniers bien achalandés.

Une enquête de l'association de protection montre que 22 villes chinoises ont la coutume de manger des animaux sauvages. La population des oiseaux sauvages a été sensiblement réduite dans le Guangdong. Le nombre des pangolins sauvages y est tombé de 1,5 million à 300 000 exemplaires. Etant donné la diminution brutale des animaux sauvages, les trafiquants ont fait la contrebande de bêtes depuis des pays voisins de la Chine.

Les experts ont appelé à l'Assemblée populaire nationale à amender la loi sur la protection des animaux sauvages en vigueur, en y inscrivant la restriction concernant la consommation des bêtes sauvages, et à intensifier la sensibilisation de la population par voie médiatique.




Sous Cette Rubrique
 

L'Association chinoise de protection des animaux sauvages a appelé dernièrement à rompre avec la mauvaise habitude de manger les bêtes sauvages, en établissant un régime alimentaire sain et civilisé.

Recherche avancée


 


Copyright © 2000-2003   Le Quotidien du Peuple en ligne  Tous droits réservés.