Flash :

San Mao, « le petit vagabond » a vingt-cinq ans Chronique des changements C.Ronaldo : Je respecte Messi, mais nous ne sommes pas amis Une descendante de Confucius épouse un étranger Paysage d'automne dans la province du Shandong Paysage d'automne dans la province du Shandong Etats-Unis : campagne présidentielle (Barack Obama) Un attentat à la voiture piégée fait un mort et 13 blessés dans le sud de la Turquie Syrie: un camp de réfugiés palestiniens à Damas frappé par plusieurs obus de mortier La réunion tripartite sur la Syrie n'apporte rien de nouveau (chef de la Ligue arabe) La recrudescence des vols de voitures de luxe affecte le moral des nantis de Conakry (Synthèse) Soudan: La fièvre jaune fait 18 morts au Darfout Deux avocats tunisiens poursuivront Israël pour l'assassinat d'Abou Jihad Côte d'Ivoire: des pro-Gbagbo plaident pour le retour des étudiants exilés Niger: les députés s'informent sur les problèmes de l'éducation et de l'agriculture Alpha Condé adoucit son discours à l'endroit de l'opposition (ANALYSE) Somalie: le nouveau Premier ministre annoncé la composition de son gouvernement Egypte: limogeage du chef de sécurité du Sinaï suite à une attaque sur la police Le ministre malien des Affaires étrangères n'a pas rencontré les représentants d'Ançar Dine à Ouagadougou RDC: six femmes de la communauté Hunde tuées par la milice Hutu Nyantura dans la province du Nord-Kivu

Beijing  Ensoleillé  12℃~-2℃  City Forecast
Français>>Société

Chronique des changements

( le Quotidien du Peuple en ligne )

05.11.2012 à 15h43

Le Comté de Xiji dans la Région Autonome Hui du Ningxia

Vivant dans un village pauvre du Comté de Xiji dans la Région Autonome Hui du Ningxia, Yuan Zhixue, un agriculteur âgé de 36 ans qui a quitté le système scolaire au niveau du secondaire, a écrit un roman décrivant les énormes changements qui ont eu lieu dans sa vie depuis 2002.

« Nous vivons dans une région moins développée, mais j'ai vu de bonnes choses qui se sont passées dans nos vies presque tous les jours au cours de la dernière décennie », a-t-il dit. « Je suis tellement reconnaissant pour tous ces changements que j'ai beaucoup de bonnes choses à dire au sujet de notre pays ».

Né dans une région montagneuse située dans le Sud de la région, dont l'environnement extrême l'a fait classer comme l'une des zones les plus inhabitables au monde par les Nations Unies dans les années 1970, M. Yuan a dit que ses souvenirs d'enfance les plus prégnants sont principalement ceux de la pauvreté et de la faim.

Après des années à manger des pommes de terre, la seule culture capable de se développer dans les champs secs et sablonneux de la région, les moments les plus enthousiasmants qu'il a connus ont eu lieu à la veille du Nouvel An chinois, quand M. Yuan, son frère et trois sœurs recevaient leurs friandises annuelles, si attendues : des graines de tournesol, des cacahuètes, et même des bonbons si l'année avait été bonne.

La culture des pommes de terre n'apportait à sa famille de sept personnes qu'un revenu annuel de 2 000 Yuans (320 Dollars US) au plus, de sorte que le père de M. Yuan ne pouvait pas se permettre d'acheter beaucoup plus que quelques petites friandises, a-t-il dit.

Même les amuse-gueule étaient comptés. Le père de M. Yuan mesurait les graines de tournesol avec des tasses à thé, et les enfants en recevaient une tasse chacun.

Après le lycée, M. Yuan a travaillé dans une usine locale de fabrication d'amidon et, plus tard, il a exploité sa propre entreprise, une boutique de bagages.

« Il n'y avait qu'une seule épicerie dans notre comté », a-t-il dit. « Il n'y avait pas d'opportunités. L'agriculture était le seul choix possible ».

En 2012, le total économique du Comté de Xiji s'élevait à 3 milliards de Yuans, contre 4,6 millions en 1942, et le nombre de personnes officiellement classées comme vivant dans un état de pauvreté est passé de 250 000 à 180 000. Les recettes fiscales ont grimpé à 84,6 millions de Yuans contre 400 000 Yuans au cours de la même période.

M. Yuan dit qu'il peut maintenant gagner plus de 20 000 Yuans par an. « Bien sûr, par rapport aux habitants des grandes villes, nous ne sommes pas riches. Mais le changement est évident », a-t-il dit. « Mes deux fils n'auront pas la même enfance que j'ai eue ».

En 2006, M. Yuan, un amoureux de la littérature, a décidé d'écrire un roman basé sur l'histoire de sa vie. « Je ne pensais pas donner mon roman à quelqu'un ou le faire publier. J'ai juste pris un morceau de papier et j'ai commencé à écrire le premier chapitre », dit-il.

« Je crois que le destin d'une personne est lié au destin de la Nation, même pour une personne qui vit dans un village reculé », a-t-il dit. Sa famille et lui ont pleuré quand ils ont regardé les nouvelles du terrible tremblement de terre qui a dévasté la Province du Sichuan en 2008.

« Quand la nation va de mieux en mieux, il en va de même pour votre vie, et vice-versa », a-t-il dit. « C'est ce que je tiens à dire aux gens avec mon livre. Je ne dis pas que ma vie est parfaite, mais le pays ne l'est pas non plus », a-t-il dit. Dans son roman, « Des années passionnantes », publié en 2012, avec l'aide de l'association littéraire locale, M. Yuan a détaillé ses souvenirs amers de la pauvreté et la perte de membres de la famille. Mais il a également dit qu'il est reconnaissant de voir le pays progresser, et le livre exprime l'espoir que cette tendance va se poursuivre.

Pour un agriculteur, écrire n'est pas facile a-t-il dit. Il lui a fallu des années pour concevoir son roman, six mois pour l'écrire, et six autres pour le taper, à cause de son manque de connaissances en informatique et en traitement de texte.

En plus de son roman, M. Yuan a publié des dizaines d'histoires courtes dans des magazines littéraires locaux. Le Prix Nobel de littérature de Mo Yan l'a encouragé à continuer à écrire, dit-il.

« Il y a un vieux dicton dans ma ville natale, qui dit que ‘Les gens ne veulent pas écouter les paroles d'un homme pauvre' », a-t-il dit. « Dans les temps anciens, personne ne se serait donné la peine de lire un roman écrit par un agriculteur, mais la progression du niveau de vie me rend confiant dans mon écriture ».



News we recommend
Des publiciés qui décoiffent ! Des images à croquer du 18e Salon du Chocolat à Paris   Première apparition de sept adorables bébés pandas
L'interprète en langue des signes vole la vedette au maire   Premières dames du monde: à chacune son histoire Un show Tv italien qui cartonne nous fait découvrir un autre Ronaldo
Une cérémonie de mariage pour des chiens Dans les coulisses du film Les 30 femmes occidentales les plus sexy aux yeux des Chinois







[1] [2]

  • Nom d'utilisateur
  • Anonyme

Sélection de la rédaction

Les Articles les plus lus |Sontage

Pages spéciales