Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 06.09.2012 16h44
Des scientifiques américains dénoncent des expériences sur le riz faites sur des enfants chinois

Des scientifiques américains ont dénoncé un projet de recherche sur la nutrition mené en 2008, qui aurait donné à manger du riz génétiquement modifié à un groupe d'élèves chinois d'une école primaire.

L'étude portant sur 68 enfants chinois âgés de 6 à 8 ans a suscité l'inquiétude du public au sujet du préjudice potentiel pour les enfants ainsi qu'une controverse au sujet de l'éthique et des lois.

Le principal auteur de l'étude, Tang Guangwen, de l'Université Tufts de Boston, dans le Massachusetts, a publié un article le 1er août dans l'American Journal of Clinical Nutrition, montrant que 100 à 150 grammes de ce qu'on appelle le « riz doré » pourraient fournir 60% des apports quotidiens en vitamine A.

Cependant, les trois auteurs mentionnés, Hu Yuming, Yin Shi'an et Wang Yin, faisant partie des chercheurs chinois de l'université, ont tous nié l'utilisation du riz doré dans l'étude de Hengyang, dans la Province du Hunan.

Dave R. Schubert, professeur et directeur du laboratoire de l'Institut d'Eudes Biologiques Salk de San Diego, en Californie, a déclaré que le test a été effectué sur des enfants chinois « le plus probablement parce les exigences nécessaires pour faire ce type d'essai clinique aux Etats-Unis ne pouvaient être staisfaites ».

M. Schubert fait partie des 22 scientifiques venant du monde entier qui ont écrit une lettre ouverte pour mettre en garde contre les recherches de Tufts sur le riz doré en 2009. Il a dit que ce genre d'expérience « n'aurait pas dû être fait à moins qu'il n'y ait eu un test de sécurité rigoureux du riz ».

Selon un rapport commandé par Foodwatch, organisme allemand sans but lucratif, un échantillon de grains de riz doré a été envoyé en Allemagne en 2001 pour un essai d'alimentation sur des souris. Mais lorsque les grains ont été testés pour déterminer leur teneur en caroténoïdes, les scientifiques ont été « surpris de trouver qu'il contenait moins de 1% du montant prévu ». Après cuisson du riz, il en avait encore perdu 50% de plus, de sorte que le processus a été abandonné.

M. Schubert a également dit qu'il était manifeste qu'il y avait un « risque de préjudice pour les enfants » s'ils étaient nourris avec ce riz. « Puisqu'il n'y a pas eu de tests de sécurité animale ou humaine du riz doré, je crois que c'était particulièrement stupide de donner ce riz doré aux enfants ».

« Leurs cerveaux sont encore en développement et il est bien connu que les molécules liées à celles produites par le riz doré peuvent être nocives », a dit M. Schubert.

« Il aurait fallu quelques essais sérieux en matière de sécurité avant de faire l'expérience, mais pour autant que je sache, cela n'a pas été le cas », a-t-il ajouté.

La lettre de 2009 a également exprimé la crainte que ces tests soient contraires au Code de Nuremberg, des règles éthiques de recherche pour l'expérimentation humaine, définies à la suite des procès de Nuremberg qui ont eu lieu à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Le Code précise que les enfants de moins de 10 ans ne sont pas juridiquement capables de donner leur consentement pour participer à des expériences.

Marion Nestle, professeur en nutrition, études alimentaires et santé publique à l'Université de New York, pense que vouloir puiser du bêta-carotène du riz est « inutile ».

« Beaucoup de sources de bêta-carotène sont disponibles dans les fruits et légumes sans avoir besoin de passer par du riz génétiquement modifié », a déclaré Mme Nestle.

Elle a ajouté que les règles de recherche aux États-Unis exigent des sujets humains qu'ils donnent un consentement éclairé pour que des expériences soient faites sur eux.

Ni M. Tang, ni un porte-parole de l'Université Tufts n'ont pu être joints pour obtenir un commentaire sur ce sujet.

La semaine dernière, Greenpeace a publié une déclaration en réponse aux conclusions du rapport. Fang Lifeng, défenseur de l'agriculture durable chez Greenpeace Asie de l'Est, a déclaré qu'il est « extrêmement troublant de penser qu'un organisme de recherche américain a utilisé des enfants chinois comme cobayes pour tester des aliments génétiquement modifiés, en dépit d'une directive claire émise par les les autorités chinoises en 2008 à l'encontre de ce genre d'expériences ».

Greenpeace Asie de l'Est avait entendu parler de cette expérience dès 2008 et en avait immédiatement informé le Ministère chinois de l'Agriculture.
« La recherche et le développement d'une nouvelle génération de cultures génétiquement modifiées comme le riz doré, qui peut contribuer à améliorer la nutrition des consommateurs, est désormais une tendance mondiale dans l'agriculture », a déclaré Huang Dafang, membre du Comité de biosécurité en charge des OGM agricoles, affilié au Ministère chinois de l'Agriculture.

Mais il a aussi exprimé une certaine confusion au sujet des règlements et des procédures à propos d'un tel essai à Hengyang s'il a en effet impliqué du riz doré génétiquement modifié.

Il y a peut-être une faille législative en ce qui concerne l'entrée de ce genre de cultures génétiquement modifiées en Chine, au nom de la recherche scientifique, a-t-il dit.




News we recommend

Les 10 plus célèbres en-cas de Pékin Paris et les Parisiens sous l'objectif d'un photographe français   En 2050, les étrangers seront-ils des travailleurs migrants en Chine ?
Mao et le mystérieux banquet d'Etat chinois   Une cérémonie de mariage chinois à l'ancienne Le J-10, chasseur chinois de troisieme génération
La soeur de la Joconde au Louvre Une bande dessinée pour témoigner de la croissance d'un enfant Les « morts » anormales des ponts en Chine


Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme