Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 22.08.2012 16h32
Les Chinois continuent de chercher des résidences à l'étranger

Malgré le resserrement des règles d'immigration pour de nombreuses destinations populaires auprès des immigrants chinois, le nombre de demandeurs qui ont de plus en plus de richesse et le désir de vivre ailleurs ne cesse d'augmenter.

Cette année, cela est devenu encore plus difficile pour de nombreux citoyens chinois de réaliser leurs rêves d'immigration, la plupart de leurs destinations favorites demandant aujourd’hui des règles d'immigration plus exigeantes, des qualification plus élevées et donc moins d'ouvertures.

Fin juin, le Canada a annoncé qu'il suspendait temporairement les nouvelles applications pour son Programme fédéral des travailleurs qualifiés ainsi que le Programme fédéral d'immigration des investisseurs, à compter du 1er juillet. Le gouvernement devrait à nouveau accepter les demandes en janvier prochain.

Pendant ce temps, le Québec, la province de l'est du Canada, a limité le nombre de demandes pour les investissements entre le 21 mars 2012 et le 31 mars 2013 à 2700.

"Cela a été un coup dur pour les nouveaux candidats, pour les demandes en cours de traitement et les services intermédiaires de l’immigration en Chine comme le nôtre», a déclaré Ding Wei, directeur du département de l’immigration au Canada de JJL Overseas Education, basée à Beijing et intermédiaire en immigration.

Selon Ding, de nombreux cas d'application en cours dans son entreprise sont au point mort.

"Les candidats en cours de traitement devront attendre plus longtemps et ontde grandes chances d'être rejetés," a confié Ding à China Daily.
Le Canada n'est pas le seul pays à instaurer de nouvelles règles d'immigration.

L’Australie, dont la Chine est la plus grande source d'immigrants, au 1er juillet a introduit un nouveau modèle de sélection des migrants qualifiés, l'un des plus grands changements du système d'immigration australien depuis des années.

Le nouveau système sera moins pratique pour les candidats à l'immigration vers l'Australie. Ils devront attendre probablement environ six mois pour savoir s’ils sont autorisés à faire une demande.

Selon Ma Jing, qui est en charge du département de l'immigration australienne chez JJL, ce nouveau modèle a des exigences plus élevées, y compris l'éducation, la langue et la capacité dans l'expérience des affaires.

«Comme les règles plus détaillées ne nous sont pas encore parvenus, c'est actuellement une période de transition avec moins de nouveaux candidats en Australie», a déclaré Ma.

Cependant, Ma Jing est optimiste quant à une augmentation continue du nombre de nouveaux candidats à l'avenir.

Et de rajouter: «De façon générale, il est devenu de plus en plus difficile de se déplacer vers d'autres pays par rapport aux exigences qui sont plus élevées, y compris pour les investissements, mais la richesse du peuple chinois est également à la hausse".

Ding a souligné que les personnes peuvent se tourner vers d'autres pays comme les Etats-Unis et certains pays européens, au lieu du Canada, car toutes les nouvelles ne sont pas de mauvaises nouvelles.

Les États-Unis le 14 août se sont adressés aux jeunes immigrants illégaux pour qu’ils remplissent de nouveaux formulaires et paient la somme de 465 $ dans le cadre d'un nouveau programme qui leur permettra d'échapper à une expulsion et d’obtenir un permis de travail américain.

Plus tôt ce mois-ci, le Congrès américain a accepté le principe d'une nouvelle autorisation de trois ans du Centre régional pour le programme EB-5, qui accorde un permis de séjour pour les investisseurs étrangers, un programme qui arrive à échéance en septembre.

Ding n'est pas surpris: «Les États-Unis connaissent bien les avantages pour le développement de l'économie régionale et de l'emploi concernant les investisseurs chinois."

En Europe, lors d’une audience du comité judiciaire du Sénat français qui s’est tenu le 24 Juillet, le ministre de l'Intérieur français Manuel Valls a signalé que le nouveau gouvernement socialiste du président François Hollande vise à apporter des modifications à la loi française sur l'immigration.

Avec le «Plan Valls », ce sera plus facile pour les étudiants étrangers de travailler en France après l’obtention de leur diplôme, a déclaré Daniel Kahn, associé fondateur du cabinet d'avocats français Kahn & Associés à Paris.

Par ailleurs, si d'autres mesures sont prises concernant la résidence et autorisation de permis de travail, les conditions de vie des salariés étrangers en France seront plus stables et ils seront encouragés à s'installer dans le pyas hexagonal pour de bon, a expliqué D.Kahn.

Il a également noté que le gouvernement français reconnaît que les étudiants non européens qui ont obtenu leur diplôme universitaire en France sont un atout pour l'économie française.

«Toutes les entreprises établies en France bénéficieront de cette modification de la loi française sur l'immigration", a-t-il dit.

De nombreux étudiants chinois font leurs études en France et certains d'entre eux sont diplômés des écoles françaises les plus célèbres, écoles de commerce et d'ingénieurs et des instituts de sciences politiques.

"Ils parlent deux ou trois langues et ont une formation culturelle sino-française", a déclaré l’avocat.

Et de conclure: «La nouvelle politique d'immigration devrait permettre à beaucoup d'entre eux de trouver des postes appropriés et intéressants dans les sociétés françaises et obtenir le permis de travail approprié.".

Peu importe la façon dont les règles sont changées, les gens qui ont le désir et le rêve de vivre ailleurs ne changent pas d’idée.

Ma Jing a souligné que beaucoup de ses clients ont des enfants qui étudient à l'étranger.

"Ils pensent qu'il est dommage que leurs enfants passent des années à étudier dans un pays étranger sans avoir obtenu la citoyenneté du pays. Ils s'appliquent en matière d'immigration, qui peuvent aussi aider leurs enfants», a expliqué Ma.

Elle pense que les gens veulent aussi avoir une vie avec moins de pression et de profiter d'une meilleure pension quand ils vieillissent après avoir émigré vers des pays comme l'Australie.

Quant aux hommes d'affaires qui voyagent souvent à travers le monde, un passeport étranger peut signifier moins de temps d'attente pour un visa, par rapport à un passeport chinois, précise la responsable.

Yao Lei, 29 ans, administrateur du système d’une infrastructure mondiale dans le secteur informatique dans une société américaine à Beijing, rejoindra bientôt la classe moyenne avec un bon salaire.

Mais il voulu donner un nouveau sens à sa vie après sa décision de partir aux États-Unis.

Il projette d'acquérir une résidence permanente dans la catégorie EB-1A, pour les immigrants qui peuvent justifier d’une bonne expérience professionnel et cela avec l'aide de son entreprise américaine. Il s’est aperçu que sa spécialité est de plus en plus en demandée, même aux États-Unis.

"Je pense que je peux obtenir un salaire plus élevé, une vie avec moins de pression et un accès plus facile pour l'éducation de mes enfants dans l'avenir», a déclaré Yao.

News we recommend

« Back to Future » par Irina Werning Le premier mariage homosexuel bouddhiste à Taiwan   Les animaux dormeurs
Qipao 2.0   Retour à la maison après quatre ans d'exil pour les pandas du Sichuan Les Chinois adorent les échasses!
L'industrie de la beauté en Chine profite d'une cure de jouvence Yu Wenxia : Miss China sacrée Miss Monde 2012 Plus de 2700 jeunes femmes veulent épouser un milliardaire



[1] [2]

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Des liens étroits avec Tokyo sont 'cruciaux' pour les Etats-Unis
Pourquoi les consommateurs chinois de produits de luxe sont-ils si jeunes ?
80% des jeunes de la « seconde génération riche » chinoise ne souhaitent pas reprendre l'entreprise familiale