Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 14.08.2012 08h10
Un chercheur du gouvernement répond aux allégations sur la contamination de certains vins chinois

La Chine est très préoccupée par les niveaux de résidus de pesticides dans les vins et autres produits alimentaires, a indiqué lundi Yan Weixing, un chercheur du Centre national pour l'évaluation des risques alimentaires de Chine.

M. Yan a expliqué que les résidus de pesticides, qu'il considère inévitables dans un monde moderne, ne représentent aucun danger pour la santé s'ils sont contrôlés et maintenus dans la fourchette normale, et si les risques sont totalement évalués avant l'utilisation.

Il s'est également engagé à ce que les autorités de la santé renforcent leur supervision des pesticides, lorsqu'il lui a été demandé de répondre à une question relative à une affaire de vins contaminés lors d'une conférence de presse du ministère de la Santé.

Le Securities Market Weekly, un magazine financier chinois, a publié le 9 août un article, selon lequel les analyses d'échantillons de dix vins de trois viticulteurs chinois auraient révélé des taux excessifs de résidus de carbendazime et de métalaxyl.

A la suite de l'article, le conseil d'administration de Changyu, l'un des principaux producteurs de vins chinois dont les produits ont été échantillonnés, a publié un communiqué le 11 août sur son site Internet déclarant que tous ses produits répondaient aux normes nationales.

Selon les résultats des analyses, les quantités de résidus de carbendazime et de métalaxyl présents dans les échantillons de vin variaient respectivement de 0,00157 mg/kg à 0,01942 mg/kg et de 0,00211 mg/kg à 0,01414 mg/kg, soit bien en dessous des limites maximales fixées par l'UE et la Chine à respectivement 0,5 mg/kg et 3mg/kg pour la carbendazime et à 1mg/kg pour le métalaxyl.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Les principales nouvelles du 13 août
Le "roi des anneaux" termine sa carrière sur un goût amer
Après le départ de Koffi Annan, qui va pouvoir refermer la Boîte de Pandore en Syrie ?
Pourquoi je déteste les Jeux Olympiques...