Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 23.07.2012 09h18
OMS : Quatre façons de réduire les cas d' hépatite chez les consommateurs de drogues par injection

L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a identifié quatre mesures essentielles permettant aux pays de prévenir les hépatites virales B et C chez les consommateurs de drogues par injection.

Sur les quelque 16 millions de consommateurs de drogues injectables dans le monde, on estime que 10 millions sont infectés par le virus de l' hépatite C et 1,2 million infectés par le virus de l' hépatite B, selon un communiqué publié samedi par l'OMS.

L' OMS recommande de mettre en œuvre et de déployer à plus grande échelle les programmes de prévention du VIH tels les programmes permettant l' utilisation d' aiguilles et de seringues propres et les thérapies de substitution aux opioïdes (traitement de la dépendance aux opioïdes par la méthadone ou la buprénophine) .

Deuxième recommandation consiste à offrir aux consommateurs de drogues injectables le schéma de vaccination rapide anti-hépatite B (durée de trois semaines au lieu de six mois) accompagné de mesures les incitant à accepter le schéma de vaccination et à le mener à son terme.

Plus de 175 pays ont inclus un vaccin anti-hépatite B peu coûteux, sans risque et efficace dans leurs protocoles nationaux de vaccination du nourrisson. L' OMS a affirmé avoir déjà recommandé aux pays de prévoir des vaccinations de rattrapage pour les personnes exposées à un risque accru d' hépatite, en particulier les consommateurs de drogues par injection, mais jusqu' à présent cette mesure n' est toujours pas appliquée de façon systématique. Il n' existe aucun vaccin contre l' hépatite C.

Troisième recommandation de l'OMS préconise d' utiliser des seringues "à faible volume nominal inutilisable" qui contiennent moins de traces de sang après usage, ce qui réduit la survie du VIH et du virus de l' hépatite C dans le sang restant dans la seringue. Il en résulte une possible diminution du risque de transmission en cas de partage du matériel d' injection.

L'OMS recommande enfin de faire participer les toxicomanes aux programmes de prévention de l' hépatite pour obtenir un impact maximal.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Les principales nouvelles du 20 juillet
L'Afrique est a même de choisir ses propres amis
Ce que cache la visite du Ministre japonais des Affaires Etrangères au Vietnam
Le « modèle libyen » va t-il se reproduire en Syrie ?