Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 18.07.2012 08h23
France : possible lien entre les essais nucléaires français et des cas de maladies graves (expert)

Des expertises médicales évoquent un lien probable entre les essais nucléaires français réalisés en Algérie et en Polynésie de 1960 à 1996 et les maladies développées par d'anciens militaires ou professionnels du nucléaire, rapporte mardi le quotidien Le Parisien.

"En rassemblant de nombreux éléments, j' ai pu construire un faisceau de présomptions qui permet de dire que le lien entre les retombées radioactives et les maladies est vraisemblable pour (six) des cas expertisés", a déclaré au Parisien Florent de Vathaire, directeur de recherche en épidémiologie qui a expertisé 15 victimes potentielles des essais nucléaires français.

"Ces expertises ont été réalisées à la demande d' Anne-Marie Bellot, juge d' instruction chargée de l' enquête à la suite de la plainte déposée fin 2003 par l' Aven (Association des victimes des essais nucléaires)", indique Le Parisien.

Une information judiciaire avait été ouverte début 2004 pour "homicide involontaire, atteinte à l' intégrité physique et administration de substances nuisibles" en lien avec les essais nucléaires effectués par la France en Algérie et en Polynésie de 1960 à 1996.

"Les avocats des victimes restent cependant prudents", note le quotidien, indiquant qu' "il faudra apporter la preuve d' une causalité directe entre les essais nucléaires et les maladies".

En revanche, "c' est un élément fort qui va peut-être enfin obliger l' armée à fournir toutes les informations sur les militaires ou les civils présents lors des tirs, et pour qui les dossiers sont incomplets", estime de son côté Cécile Labrunie, avocate au cabinet parisien Teissonnière, qui suit le dossier.

D' après Le Parisien, la juge d' instruction qui a repris le dossier, Marie-Odile Bertella-Geffroy, vient de lancer une commission rogatoire pour récupérer le maximum d' archives dans le but d' obtenir la déclassification des dossiers secret-défense les plus sensibles qui n' ont pas encore pu être exploités.

Les 150 000 essais nucléaires menés par la France en Algérie et en Polynésie entre 1960 et 1996 auraient fait 150 000 victimes potentielles atteintes de maladies graves, notamment de cancers.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Les principales nouvelles du 17 juillet
Proposition pour une Autorité Fiscale Européenne (AFE), un Fonds de Réduction de la Dette et des Bons du Trésor Européens
Réticences de l'Allemagne quant à un accord sur la menace de la stabilité européenne
Élections législatives françaises : pour la gauche victorieuse, le plus dur reste à faire