Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 04.06.2012 08h13
Un étudiant chinois identifié comme victime du meurtre prémédité avec démembrement à Montréal

La police de Montréal a identifié Lin Jun, un étudiant chinois de l'Université Concordia de Montréal, comme étant la victime du meurtre prémédité commis par le Canadien Luka Rocco Magnotta, qui est activement recherché par la police canadienne et fait objet d'un mandat d'arrêt international d'Interpol.

M. Lin, 33 ans, originaire de la ville de Wuhan de la province du Hubei (centre de la Chine), était arrivé à Montréal en juillet dernier pour entamer des études à l'université de Concordia. Les amis et la famille de M. Lin n'arrivaient plus à le joindre depuis le 24 mai, ce qui correspond selon les estimations de la police à la période où Magnotta a tué un homme dans son appartement dans l'ouest de Montréal.

La police de Montréal a indiqué que M. Lin et son meurtrier présumé se connaissaient.

Le Consulat général de Chine à Montréal a publié vendredi une déclaration en français condamnant le tueur, l'accusant d'avoir "commis un crime horrible et odieux en employant des méthodes exceptionnellement cruelles avec des impacts extrêmement pernicieux". Dans cette déclaration, le Consulat a présenté ses profondes condoléances à la famille de M. Lin et a appelé les ressortissants et étudiants chinois à Montréal à la vigilance.

La police de Montréal a fait savoir que Magnotta avait quitté Montréal le 26 mai et qu'il se serait envolé pour la France, et a averti que le criminel pourrait depuis s'être fait passer pour une femme.

Mardi dernier, un pied et une main d'être humain avaient été découverts dans des colis postaux, l'un au siège du Parti conservateur à Ottawa, l'autre adressé au siège du parti libéral (opposition).

Selon la police, Magnotta aurait commis le meurtre et l'aurait filmé pour le diffuser sur internet.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends
Relations France-Chine : le changement c'est (vraiment) maintenant ?
Le protectionnisme est « myope »