Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 31.05.2012 16h03
Quanjude s'excuse pour le scandale de l'huile

Le groupe Quanjude, une célèbre chaîne de restaurants de canard de Beijing, a publié lundi des excuses après avoir découvert que de l'huile à partir des déchets de ses cuisines a été recyclée et revendue à des vendeurs dans les rues de Beijing.

"Nous attachons une grande importance à l'élimination responsable des déchets d'huile», a indiqué la compagnie dans un communiqué publié sur son site internet. "Nous nous excusons sincèrement et nous acceptons la critique du public et des médias."

Cette déclaration fait suite à l'arrestation de Wang Duohao par les autorités de Beijing.

L'homme de 40 ans, qui a recueilli l'huile des restaurants Quanjude des quartiers de Sanyuanqiao et de Aoyuncun de la capitale, est accusé d'avoir fourni de "l'huile de gouttière" - huile de déchets recyclés - aux vendeurs des rues et à d'autres personnes de 2004 à Octobre 2011.

Il a été accusé de fournir "de la nourriture empoisonnée ou toxique», qui encourt la peine de mort s'il est prouvé qu'il a causé la mort ou des blessures graves.

Quanjude a précédemment refusé le fait que son personnel ait eu connaissance des agissements de Wang, dans la revente des déchets de ses cuisines.

Cependant, lundi la compagnie a admis qu'elle n'avait pas opté pour la procédure adéquate.

"Nous allons continuer à nous acquitter de notre responsabilité sociale et de renforcer nos règlements de gestion des déchets», indique le communiqué. "Nous nous félicitons de la surveillance par le public et les médias."

La société a déclaré qu'elle avait pleinement coopéré avec l'enquête policière au sujet de Wang.

Les deux restaurants concernées ont déjà changé de société de recyclage, selon le communiqué.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends
Relations France-Chine : le changement c'est (vraiment) maintenant ?
Le protectionnisme est « myope »