Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 30.05.2012 08h37
Un quart de la nouvelle génération du PCC est titulaire d'un doctorat

Dans la nouvelle génération des hauts dirigeants du Parti Communiste Chinois venant de 25 régions de niveau provincial dévoilés à ce jour, plus d'un quart est titulaire d'un doctorat, selon les informations publiques disponibles sur les sites officiels.Il y a 31 provinces, municipalités et régions autonomes sur le Continent chinois, et chacun d'eux dispose d'un Comité Permanent du Parti avec un secrétaire à sa tête. Le secrétaire du Parti est aussi le plus haut responsable des régions de niveau provincial.

Le Comité Permanent du Parti au niveau provincial est remanié tous les cinq ans. Le remaniement actuel de l’ensemble des 31 comités doit être achevé avant le 18e Congrès national du PCC, qui est prévu pour le second semestre de cette année.

Jusqu'à présent, les congrès du Parti au niveau provincial de 25 provinces, municipalités et régions autonomes ont élu 327 membres des comités permanents, selon des recherches du China Daily basées sur des informations officielles. Quatre-vingt-dix, soit 27,5 %, sont titulaires d’un doctorat.

Fait remarquable, le Congrès du Parti de la municipalité de Tianjin, a dévoilé samedi un comité permanent de 13 membres comptant sept docteurs, titulaires d'un diplôme en gestion, économie, droit et culture.

Les six autres régions de niveau province du Continent finiront leur remaniement dans les deux mois qui viennent.

Les fonctionnaires titulaires d'un diplôme de maîtrise constituent la plus grande partie des principaux organes de décision.

« Sans aucun doute, la tendance veut que les titulaires de diplômes supérieurs des meilleures universités apporteront leur expertise dans la gestion », a déclaré Wang Guixiu, professeur à l'Ecole du Parti du Comité Central du PCC.

« Je suis heureux de voir qu'il existe tant de diplômes de maîtrise et de doctorat au sein de la direction du Parti. J'espère qu'ils pourront répondre aux attentes », a déclaré Zhao Xin, professeur d’université à Beijing.

Les domaines d'études couvrent un large spectre, allant des plantations de cultures et de l’informatique de pointe à la physique des lasers à forte technologie, selon les curriculum vitae des dirigeants locaux élus du Parti.

Beaucoup de dirigeants titulaires d'un doctorat donnent également des conférences dans les universités ou mènent des recherches dans des instituts.

Li Xiuling, 50 ans, membre permanent en charge des affaires relatives à l’organisation et au personnel du Comité du Parti de Hainan, a été professeur agrégé d'histoire à l'Université de Nanjing dans les années 1980 et 1990.

Sun Zhengcai, 49 ans, Secrétaire du Parti de la Province de Jilin, a déjà travaillé comme chercheur à l'Académie d'Agriculture et des Sciences de la Forêt de Beijing, et a été rédacteur en chef du livre « Recherche sur la culture du maïs en 50 ans ».

M. Sun a semble-t-il profité de sa solide expérience dans une province qui est un important producteur de céréales.

La nouvelle génération comprend également un certain pourcentage de dirigeants relativement jeunes.

Trois chefs du Parti des 25 régions de niveau provincial sont nés après 1960 et âgés de 52 ans ou moins.

Dix des 53 secrétaires adjoints du Parti sont nés dans les années 1960.
Jusqu'à présent, les comités permanents du Parti de la Province du Guizhou, ainsi que des régions autonomes de Mongolie intérieure, du Xinjiang et du Tibet, sont ceux qui comptent le plus grand nombre de dirigeants qui sont nés après 1960 -sept chacun. Normalement, un comité permanent provincial ne compte que 12 ou 13 dirigeants.

Selon Liang Yanhui, un autre professeur de l'Ecole du Parti du Comité Central du PCC, le nombre croissant de dirigeants nés dans les années 1960 se traduira par une augmentation des idées novatrices.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends
Relations France-Chine : le changement c'est (vraiment) maintenant ?
Le protectionnisme est « myope »