Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 28.05.2012 09h39
Un promoteur en tête des jeunes Chinois les plus riches

Yang Huiyan, 31 ans, Vice-présidente de la société de promotion immobilière Country Garden Holdings Co Ltd, dont le siège est dans la Province du Guangdong, figure en tête de la liste des Chinois moins de 40 ans les plus riches, publiée par Hurun jeudi.

Avec des actifs estimés à 36 milliards de Yuans (5,7 milliards de Dollars US), elle est aussi le plus riche entrepreneur de la deuxième génération pour la deuxième année consécutive, selon le rapport Hurun.

« L'exemple de Mme Yang ne peut être trouvé nulle part ailleurs en dehors de Chine, pas même en Russie ou aux Etats-Unis », a dit Rupert Hoogewerf, Président et chercheur en chef du Rapport Hurun.

« Il est très rare de voir un jeune entrepreneur hériter de la majorité des actions d'une société alors que son père est toujours en charge des activités de l'entreprise ».

Fang Wei, 39 ans, Président d'une entreprise et fabricant de façades et de systèmes de revêtements de murs-rideaux dans la Province du Liaoning, qui possède lui des actifs de 15 milliards de Yuans, a été répertorié comme le plus riche jeune entrepreneur parti de zéro.

Un total de 33 jeunes Chinois riches ayant des actifs de plus de 1 milliard de Yuans figurent sur la liste, dont 25 ont démarré leur entreprise à partir de rien. Parmi les 10 plus riches de la liste, six d'entre eux ont même commencé avec les mains vides.

« C'est dans les industries du divertissement et des technologies de l'information que les Chinois de moins de 40 ans les plus riches ayant leur propre entreprise ont le plus de succès », a déclaré M. Hoogewerf.

Selon lui, dire que la plupart des jeunes Chinois riches ont acquis leur richesse grâce à un héritage est une idée fausse, pourtant largement répandue.

C'est la Province du Guangdong qui abrite le plus grand nombre de jeunes magnats, avec six entrepreneurs de cette province dont le nom figure sur la liste, Shanghai, Beijing et la Province du Zhejiang suivant de près.

La star du basket Yao Ming, 32 ans, a été classée comme le 23e jeune entrepreneur le plus riche ayant commencé à partir de zéro.

Yao a fondé sa propre entreprise de vin l'an dernier, et a lancé un vin portant son nom lors d'une vente aux enchères de charité en novembre.

Selon M. Hoogewerf, la différence entre les entrepreneurs chinois et leurs homologues étrangers, c'est que la plupart des entrepreneurs chinois « ont construit leur richesse en ne comptant que sur eux-mêmes ».

Il a ajouté : « Il y a une tendance croissante chez les riches Chinois, qui souhaitent davantage voir leurs enfants recevoir une éducation à l'étranger, avec environ 90 % des personnes interrogées faisant part de ce genre d'intention ».

« Chez les entrepreneurs britanniques, ce pourcentage n'est que de 20 %. Et même en Inde, où la tradition d'envoyer les enfants à l'étranger pour leurs études existe depuis longtemps, le pourcentage est beaucoup plus faible », a-t-il dit.

M. Hoogewerf a ajouté qu'il y a 1,05 million de personnes en Chine qui possèdent une fortune personnelle de 10 millions de Yuans ou plus.

« En moyenne, les jeunes Chinois riches sont nés vers 1972, ce qui signifie qu'ils sont plus jeunes de 10 ou 15 ans que leurs homologues européens », a-t-il dit.

Parmi les activités de divertissement appréciées par les jeunes riches, les voitures de sport sont de plus en plus populaires, une tendance illustrée par l'ouverture de l'édition 2012 du festival de voitures de sport Super Club Challenge jeudi à Shanghai.

« Nous avons organisé cette fête pour faire la promotion du charme des voitures de sport et faire une distinction claire entre la course automobile et les excès de vitesse illégaux », a déclaré Yu Bo, fondateur du club Unique Motorsport.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends
Relations France-Chine : le changement c'est (vraiment) maintenant ?
Le protectionnisme est « myope »