Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 25.05.2012 09h01
A balancer le bon et le mauvais la Chine, ce n'est tout de même pas si mal…

Comme tous les journaux, nous rapportons des « mauvaises nouvelles » sur la Chine - des choses comme le piratage endémique, les aliments toxiques et 18 personnes passant devant un enfant blessé. Je le fais, tout le temps. Et malheureusement, cela donne une image déformée de ce pays.

Pourtant, il y a beaucoup de bonnes choses en Chine, dont on ne parle pas, et c'est pourquoi un nombre croissant d '« étrangers » (moi y compris) y viennent - et y restent.

Les données du Gouvernement indiquent qu'en 1980 il n'y avait que 20 000 étrangers en Chine qui y étaient restés plus de six mois, alors qu'ils étaient 600 000 en 2011.

A ajouter aux plus de 54,12 millions de visiteurs… La Chine est justement l'une des destinations les plus prisées du tourisme international, mais le patrimoine culturel matériel et du immatériel ne sont pas ce pour quoi que des gens comme moi sont là.

Donc, pour changer, jetons un coup d'œil sur ce qui fait que la Chine est un bon endroit pour vivre, en particulier pour les jeunes, comme ma fille, Kira, âgée de près de 5 ans.

Vendredi, elle a été invitée à un gala de CCTV pour les enfants, où elle a vu son personnage préféré du célèbre dessin animé de production locale, Xi Yangyang et le Grand Méchant Loup.
La maîtresse de cérémonie du gala était une amie, que j'ai rencontrée il y a quatre ans lors de la couverture des Jeux Olympiques.

Elle était assistante dans un centre des médias, puis elle a continué à présenter les nouvelles télévisées et des documentaires, et enfin des programmes directs.

Elle approche de la trentaine (j’espère ne pas avoir été impoli en disant cela), mais ce qui est le plus intéressant, c’est de savoir comment elle a su tirer avantage des opportunités qui se sont présentées à elle.

Ce genre de progression de carrière rapide est rare dans la plupart des pays, car c'est la mobilité sociale qui a vu une jeune fille de province sans relations arriver à réussir aussi bien dans la capitale, uniquement grâce à son travail acharné, son talent et son opportunisme.

Le samedi, Kira est allée à un festival de musique en périphérie de Beijing, a assisté à un spectacle du dieu du rock chinois Xu Wei et s’est battue à coups de sabre laser, avant qu’un orage n’arrive et nous contraigne à nous réfugier dans nos voitures et à abandonner le groupe The Jesus and Mary Chain face à la tempête.

Le Festival international de musique China Music Valley est également connu sous le nom de Festival de Musique de Pinggu parce que le gouvernement local le parraine, dans l'espoir d'être reconnu comme une « nouvelle base » pour l'industrie musicale.

Cela fait suite à une initiative du Gouvernement Central destinée à développer la puissance culturelle, ou la puissance douce –le fameux soft power- de la Chine.

Le fait est qu’il y a beaucoup de choses dans le domaine de la culture à Beijing, à la fois dans le public et le privé. Cette ville est un nouveau centre mondial des arts. Et des objets high-tech. Et des nouvelles idées. Et d’à peu près tout.

Dimanche, cela a été un peu plus facile pour Kira, elle est allée à un cours de danse de son école de mannequinat New Silk Road. Le dîner s’est composé d’une pizza italienne accompagnée d’un DVD d'une comédie hollywoodienne qui n'est même pas encore sorti aux Etats-Unis pour le moment, et cela pour 10 Yuans (2 Dollars US).

Si vous voulez un mode de vie expatrié /occidental avec tout le confort de la maison, c’est facile à Beijing. C'est une des raisons pour lesquelles beaucoup d'entre nous restent.

D'autres préfèrent un mode de vie chinois plus traditionnel. Moi, j'aime les deux.

Kira n'est pas spéciale (bien qu'elle le soit en fait, mais pas pour les besoins de cette histoire) et des millions d'autres enfants, étrangers et locaux connaissent eux aussi ce même mode de vie d’abondance dans la capitale.

Il y a ici des opportunités que nous n'avons pas dans nos propres pays. Comme le commerce, par exemple. La Chine est en plein boom, alors que partout ailleurs tout bricole ou fait faillite, et évidemment, c’est un facteur positif pour ceux qui sont ici.

Nous sommes dans une sorte de paradis, seul le football y est mauvais, et il y a des endroits magiques comme le marché aux puces et aux antiquités de Panjiayuan, la Zone Artistique 798 et le Temple du Ciel, que vous ne trouverez nulle part ailleurs.

Les étrangers comme moi ne sont pas obligés de rester en Chine. Nous avons choisi de le faire. Et ce n'est pas comme si nous ne disposions pas de solutions de rechange.
Je ne dis pas la Chine est un pays parfait (lequel l'est?), Mais c'est un endroit agréable pour y vivre.

Les gens qui ont une opinion négative de ce pays ne l'ont sans doute pas visité, et tout ce qu'ils savent de cet endroit n’a été appris que par le biais des informations.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends
Relations France-Chine : le changement c'est (vraiment) maintenant ?
Le protectionnisme est « myope »