Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 25.05.2012 08h43
Les enseignants de l'Institut Confucius contraints de quitter les Etats-Unis selon les nouveaux règlements d'obtention de visa

Conformément à l'annonce publiée le 17 mai par le Département d'Etat américain, les enseignants chinois de l'Institut Confucius détenant actuellement un visa J-1 aux Etats-Unis seront obligés de quitter le pays avant le 30 juin. Le gouvernement ne veut pas renouveler leur visa ; mais ils peuvent déposer une nouvelle demande de visa après leur retour en Chine s'ils le veulent. Les milieux sociaux américains sont étonnés, embarrassés et perplexes. Un site américain sur l'éducation supérieure a publié un article le 21 mai en affirmant que ce décret mettrait les activités pédagogiques de l'Institut Confucius en désordre.

Le 20 mai, le responsable de Hanban et du siège de l'Institut Confucius a écrit une lettre aux présidents des universités ayant un institut Confucius, tout en indiquant que la Chine respectait les lois et règlements américains, mais qu'elle ne voulait pas voir les conséquences dues à l'interruption des programmes des volontaires. Sinon, la suspension des cours de chinois en plein essor aux Etats-Unis à cause du manque d'enseignants provoquera des pertes aux universités susmentionnées et à leurs étudiants.

La suspension unilatérale nous plonge dans la perplexité

Le visa J-1 est une sorte de visa de non-immigration pour tous les étrangers participant au programme SEVP (Student and Exchange Visitor Program) autorisé par le Département d'Etat américain. Au début de cette année, des enquêtes officielles ont été menées sur les personnes détenant un visa J-1.

Ce qui est le plus surprenant, c'est que les Etats-Unis demandent officiellement une authentification de l'Institut Confucius. L'annonce le dit en ces termes : « Actuellement, le Département d'Etat est en train de vérifier le statut académique de l'Institut Confucius... Sans authentification américaine, l'Institut Confucius n'a pas le droit de mettre en œuvre des cours à l'université. » Selon la partie américaine, à base des résultats du premier examen, « aucune preuve ne montre que ces écoles ont été authentifiées par les Etats-Unis. »

Cependant, l'Institut Confucius ne donne pas d'unité de valeur, ni de diplôme. Autrement dit, l'Institut Confucius ne correspond pas à la présupposition de l'authentification ; tandis que le gouvernement américain n'a pas précisé à qui l'Institut Confucius devait poser sa demande d'authentification. Par comparaison horizontale, les établissements d'échange culturel aux Etats-Unis notamment Goethe-Institut et l'Alliance française n'ont pas besoins d'aucune authentification américaine.

Les forces politiques essaient de noircir l'image de l'Institut

Il est évident que ces règlements créent des difficultés à l'Institut Confucius. Les Instituts Confucius de toutes les régions américaines, étonnés et perplexes, ont commencé à chercher des méthodes pour faire face à ces règlements.

L'Institut Confucius est entré dans les universités américaines il y a presque 10 ans. Son objectif consiste à aider toutes les personnes de divers pays à apprendre le chinois, à connaître la culture chinoise, à renforcer les échanges et la coopération entre la Chine et les pays étrangers dans l'éducation et la culture, et à intensifier l'amitié entre les peuples chinois et étrangers.

L'Institut Confucius aux Etats-Unis a été installé suite à la demande volontaire de ce pays. Le siège propose à l'Institut Confucius toute son assistance, y compris l'envoi de bénévoles. Tout cela est demandé par la partie américaine. Les bénévoles chinois ont fourni des services actifs et enthousiastes en surmontant des difficultés. Ils sont bien appréciés par l'école et les parents des élèves.

L'Institut Confucius a installé des filiales dans 350 établissements pédagogiques de 106 pays. Le développement des classes Confucius dans les écoles primaires et secondaires est plus rapide, le nombre a atteint plus de 500. Depuis la première coopération en 2004 entre l'université du Maryland et l'université Nankai de Chine, les Etats-Unis comptent actuellement 81 Instituts Confucius et plus de 300 classes Confucius dans les écoles primaires et secondaires, dont 127 sont installées par l'Insitut Confucius.

Cependant, il existe dans la société américaine certaines forces politiques qui accusent depuis toujours sans aucune raison valable l'Institut Confucius et noircissent les activités pédagogiques de cette école. Le 28 mars, à la séance d'audition publique sur le « coût de la diplomatie publique de Chine » organisée par le Comité des affaires étrangères du Sénat des Etats-Unis, Dana Rohrabacher, représentant du Congrès, a blâmé la Chine qui avait « fait de la propagande » avec ses médias privés et l'éducation publique.

Le grand public américain fait attention aux échanges

Wei Wei est une enseignante chinoise qui donne des cours de chinois de la première jusqu'à la cinquième année à John Eaton Elementary School de Washington. Elle a dit aux journalistes que les parents de ses élèves espéraient continuer l'enseignement du chinois proposé par l'école.

Un responsable de l'Institut Confucius de l'université George Mason a révélé qu'il n'espérait aucun facteur politique dans les règlements nouvellement publiés par le Département d'Etat. De toute façon, la 100 000 Strong Initiative proposée par le président américain sur l'envoi des étudiants en Chine encourage les élèves à apprendre le chinois.

Les présidents des universités américaines concernées, ennuyés par cette annonce du Département d'Etat, la voient comme une intervention des pouvoirs de décision autonome des universités dans l'éducation. Ils sont en train de faire des démarches auprès du Département d'Etat. En ce qui concerne les doutes, les fonctionnaires du Département d'Etat américains iront le 23 à l'université du Maryland pour des communications face à face avec les responsables de l'université et de l'Institut Confucius.

Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends
Relations France-Chine : le changement c'est (vraiment) maintenant ?
Le protectionnisme est « myope »