Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 18.05.2012 08h51
Les Chinois n'ont pas confiance en la sécurité alimentaire

Lorsque Xie Cuilan est revenue chez elle après être allée au marché aux légumes mercredi matin, elle a mis les liserons d'eau qu'elle avait achetés dans l'évier de sa cuisine.

Elle a ensuite mis une cuillerée de sel dans l'évier et ouvert le robinet.

« J'ai l'habitude de faire tremper les légumes dans une eau légèrement salée pendant plus d'une heure avant de les faire cuire », a dit mercredi au China Daily cette ménagère de Guangzhou, âgée de 42 ans.
« L'idée, c'est de diluer les restes de pesticides sur les légumes ».

« Je n'ai pas confiance dans les examens des personnes chargées de la qualité des aliments », a-t-elle ajouté.

Mme Xie n'est pas la seule dans ce cas. De nombreux habitants de la capitale provinciale du Guangdong ne croient qu'à eux-mêmes pour assurer la sécurité alimentaire.

Un récent sondage a révélé que plus de 46 % des habitants de la métropole du Sud ont déclaré qu'ils ne croyaient pas que leurs aliments étaient sains. Seuls 11 % ont dit être satisfaits de la sécurité alimentaire.
L'enquête a été menée par le Centre de Recherche sur l'Opinion Publique de Guangzhou en mars et publié mercredi. C'est un total de 1 012 personnes âgées de 16 à 65 ans, vivant dans dix districts de la ville et deux autres de banlieue du niveau comté qui ont été interrogés.

Plus de 37 % des répondants ont dit avoir été victimes de problèmes de sécurité alimentaire ces derniers mois, et 16 % se sont même plaints que leur santé a été affectée par de la nourriture de qualité inférieure voire toxique.

Dans le même temps, 42 % des personnes ne sont pas satisfaites du travail des autorités chargées de l'application de la loi sur la sécurité alimentaire, en fort contraste par rapport aux 14 % qui ont dit être satisfaits.

52% se plaignent que les autorités n'en font pas assez pour enquêter et lutter contre les activités illégales et que les sanctions ne sont pas assez sévères pour dissuader les contrevenants.

Les personnes âgées ont moins confiance dans la sécurité alimentaire, selon l'enquête.

Environ 48 % des répondants âgés de 51 à 60 ans ont déclaré être préoccupés par la salubrité des aliments. Ce chiffre est de 25 % supérieur à celui rapporté par les personnes âgées de 16 à 18 ans.

L'enquête fait suite à un nombre croissant de cas d'intoxication alimentaire l'année dernière dans la Province du Guangdong, qui borde les régions administratives spéciales de Hong Kong et de Macao.

Un grand nombre de cas de viande de porc et de charcuterie douteuse ainsi que du lait et des légumes contaminés par les produits chimiques agricoles ont fait l'objet d'enquêtes dans les derniers mois et les produits saisis, selon les autorités provinciales.

Zheng Fenming, directeur de l'Institut de la Stratégie de Modernisation, qui dépend de l'Académie des Sciences Sociales du Guangdong, a déclaré qu'il n'était pas surpris par le nombre croissant de personnes qui n'ont pas foi en la salubrité des aliments après la récente série de cas déclarés.

« Les autorités de la sécurité alimentaire ont fait de grands efforts pour lutter contre la contrefaçon et d'autres activités illégales, mais c'est loin d'être suffisant pour dissuader les fraudeurs », a dit M. Zheng mercredi.

Selon Chen Qingyuan, un col blanc de Guangzhou, ces autorités de la sécurité alimentaires devraient renforcer les peines sanctionnant la production et la vente d'aliments de mauvaise qualité et toxiques.

« La sanction de ces activités illégales est plutôt faible. En plus de lourdes amendes, les contrefacteurs responsables de préjudice grave devraient être frappés d'une peine de perpétuité ou même de la peine de mort », a-t-il dit.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Le protectionnisme est « myope »
Chine : une ineptie dont il est nécessaire de se débarasser dans l'obention de « diplômes supérieurs fallacieux »
Une nouvelle dynamique pour les relations Chine-UE