Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 09.05.2012 08h50
Les autorités chinoises n'ont découvert aucun médicament à base de chair humaine

Les autorités sanitaires chinoises ont indiqué mardi n'avoir découvert aucun médicament à base de restes humains durant leurs recherches menées à travers le pays. Elles promettent cependant de poursuivre l'enquête sur ce dossier.

Deng Haihua, porte-parole du ministère de la Santé, s'est exprimé ainsi en réaction à des reportages sur des soi-disant médicaments fabriqués à partir de foetus avortés. Ces pilules seraient introduites en République de Corée depuis la Chine.

Les départements sanitaires ont lancé des enquêtes sur la base de reportages identiques parus en août dernier, mais n'ont découvert aucune preuve étayant ces allégations, a expliqué M. Deng, lors d'une conférence de presse organisée à Beijing.

Les départements sanitaires collaboreront avec la police, les services douaniers et les autorités chargées du commerce afin d'enquêter sur les allégations des médias coréens. Les autorités se sont engagées à informer la presse en cas d'avancées sur ce dossier.

M. Deng a souligné que la Chine possédait des règles très strictes concernant la gestion des corps de nouveaux-nés décédés, de foetus avortés et de placentas. Ceux-ci sont considérés comme des restes humains et ne peuvent être traités de la même manière que des déchets médicaux.

Il est interdit aux institutions médicales et à leurs employés de vendre des restes humains, y compris les placentas, a ajouté le porte-parole.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Chine : une ineptie qu'il est nécessaire de se débarrasser dans l'obtention du « diplômes supérieur fallacieux »
Une nouvelle dynamique pour les relations Chine-UE
La Chine s'engage à doubler le volume de son commerce avec l'Europe de l'Est et Orientale