Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 26.04.2012 16h52
Les autorités chinoises traquent les gélules
Le 21 avril des gélules non identifiées ont été retrouvées dans un caniveau sur la route de Zhengshang à Zhengzhou, dans la province du Henan.

Tous les efforts sont déployés pour empêcher les produits contaminés de pénétrer le marché

Les agences de supervision des pharmacie du pays sont tenues de contrôler rigoureusement les gélules confisquées fabriquées à partir de la gélatine industrielle toxique pour empêcher qu'elles se retrouvent à nouveau sur le marché, a déclaré le régulateur supérieur des stupefiants.

Les autorités sanitaires doivent contrôle sérieusement les produits non autorisés pour s'assurer que ces gélules soient totalement détruites, a annoncé lundi l'Administration d'État des produits alimentaires et pharmaceutiques (AEPAP).

Neuf entreprises ont été accusées de fabriquer des gélules pharmaceutiques avec de la gélatine industrielle, qui contient une plus grande quantité de chrome que la gélatine comestible et peut provoquer des maladies chroniques en cas d'ingestion en quantités excessives, selon un rapport du 15 avril de la Télévision Centrale de Chine (CCTV).

Les autorités locales devraient prendre les mesures qui s'imposent pour empêcher les entreprises de pharmacie de rejeter les capsules contaminées, a annoncé l'administration.

Cette déclaration intervient après que plusieurs cas de gélules aient été sous-évaluées dans la province centrale du Henan et depuis qu'un scandale a éclaté.

Le 21 avril, un grand nombre de gélules pharmaceutiques non identifiées ont été vidées dans un caniveau dans le village de la banlieue de Ligang, à Zhengzhou, capitale de la province du Henan.

Les capsules ont teinté les eaux usées en bleu, en formant une couche colorée s'étendant sur plus de 300 mètres. Le bureau local des stupéfiants n'a pas pu confirmer si l'eau et le sol ont été contaminés.

Sun Baozhou, le chef du Parti du village de Ligang, a déclaré qu'il n'y avait pas de société pharmaceutique à proximité du village et que le gouvernement local mènait actuellement une enquête.

"Nous allons vérifier les maisons une par une pour voir si des ateliers de fabrication clandestins de capsules ne sont cachés par des villageois ou des résidents locaux," a indiqué Sun.

Dans une affaire similaire, environ sept paquets de capsules vertes et blanches ont été trouvées abandonnées dans un champ de blé dans la banlieue de Guodian, de la ville de Xinzheng.

Les échantillons ont été envoyés aux autorités pharmaceutiques pour des contrôles supplémentaires, a annoncé Du Changtao, un fonctionnaire du département de la publicité de Zhengzhou.

Le ministère de la Sécurité publique a annoncé dimanche avoir confisqué 77 millions de gélules contaminés dans le Zhejiang, le Jiangxi et le Hebei, avoirr arrêté neuf suspects, détenu 54 personnes et scellé 80 lignes de fabrication.

Liu Aiguo, un employé de l'usine de Hebei Xueyang Glair gélatine, a été arrêté par la police samedi soir après avoir volontairement mis le feu à l'usine sur les instructions de ses supérieurs dans le but de détruire des preuves, a indiqué le ministère de la Sécurité publique. Le Ministère de la Santé a exigé des hôpitaux samedi, de cesser d'utiliser des gélules de médicaments contaminés et leur demande de trier leurs stocks, afin de supprimer et sceller tous les médicaments suspects contaminés.

L'administration a annoncé lundi qu'elle avait révoqué les licences de production de deux autres fabricants de gélules de gélatine dans la province du Zhejiang pour "violations graves des lois et règlements". Les licences de trois entreprises pharmaceutiques dans la province du Zhejiang ont été abrogées le 19 Avril.

L'AEPAP de Beijing a rappelé 12.000 packs de gélules incriminées depuis lundi, et le gouvernement municipal a resserré les contrôles sur les entreprises locales de fabrication de produits pharmaceutiques, a fait savoir l'administration dans un communiqué.

La Société du groupe pharmaceutique Xiuzheng a présenté ses excuses au public par un communiqué sur son site internet le 19 avril, après que l'Administration d'État des produits alimentaires et pharmaceutiques ait recensé un de ses produits -un traitement contre le froid- comme étant contaminé par le chrome.

Le groupe a interrompu la ligne de fabrication de la gélule en cause et retiré 199 lots, a annoncé la société.


Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Articles pertinents
Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Une flagornerie exagérée qui vise à déstabiliser la Chine
Pourquoi la Chine accepte-t-elle d'accroître ses ressources du FMI
Le 6 mai, ce sera un duel Sarkozy-Hollande