Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 15.04.2012 14h41
Les fabricants de yaourts et de crèmes préoccupés par des blogueurs

Les professionnels des yaourts et crèmes industriels ont déclaré mercredi que leurs entreprises pourraient subir des pertes dans les prochaines semaines à la suite de deux messages sur Sina Weibo (l'équivalent chinois de Twitter), qui ont appelé le public à éviter leurs produits.

Les messages qui ont été postés lundi matin, ont averti les consommateurs que les yaourts et crèmes pourraient contenir de la gélatine industrielle fabriquée à partir de chaussures en cuir mises au rebut.
"Il est certain que les entreprises de crèmes vont souffrir de la baisse des ventes dans les prochaines semaines», a déclaré mercredi Zhao Yanping, secrétaire général adjoint de l'Association chinoise de l'industrie de la boulangerie et de la confiserie.

"Mais jusqu'ici, nous ne pouvons pas estimer les pertes exactes."

Elle a dénoncé la situation sur Weibo, qui pour elle n'a pas fourni suffisamment de preuves soutenant leurs accusations.

Mercredi après-midi, plusieurs entreprises de crèmes ont été invitées par les autorités locales à cesser la vente de leurs produits, selon une déclaration de l'Association nationale des confiseries chinoises.

L'association n'exlut pas la possibilité de faire appel devant le tribunal, selon le communiqué.

Mais Yi Shenghua, un avocat du cabinet d'avocats Yingke de Beijing, a expliqué que l'affaire pourrait ne pas être entendue.

"ceux qui ont écrit ces messages n'ont pas précisé quelle marque est en cause», a déclaré Yi. "Donc, il sera difficile pour les entreprises de prouver que la baisse de leurs ventes a été provoqué par cette information."
Si aucune marque ou société se trouve être victime d'accusations, les tribunaux ne peuvent, conformément à la loi chinoise, accepter ce cas, a-t-il ajouté.

Mardi, l'Association chinoise de l'industrie de la boulangerie et de la confiserie, l'Associaiton nationale chinoise de la confiserie, l'Association chinoise de l'industrie laitière et d'autres associations concernées par l'incident ont répondu aux accusations sur leurs sites web, en déclarant : "Il est impossible d'ajouter de la gélatine industrielle aux yaourts et crèmes. "

Les règlements sur les aliments en Chine stipulent que la gélatine alimentaire, un agent épaississant, peut être utilisé comme un additif alimentaire.

"Les fabricants n'économiseraient même pas 100 yuans (15,8 dollars) en faisant une tonne métrique de yaourt à l'aide de gélatine industrielle à la place de la gélatine alimentaire. Cela n'en vaut pas la peine", d'après Song Kungang, président de la l'Association chinoise de l'industrie laitière cité par l'Agence Xinhua mardi 3 avril.

La gélatine comestible, n'est pas dans la crème, en grande partie parce qu'elle peut affecter le goût du produit et son apparence, selon un communiqué publié sur le site web de l'association chinoise de l'industrie de la boulangerie et de la Pâtisserie.

Zhao Pu, un célèbre présentateur le la Télévision centrale de Chine (CCTV), a mis en ligne lundi matin l'avertissement concernant les yaourt et crèmes sur son compte Weibo, en indiquant que les résidents, notamment les enfants, ne devaient pas manger ces produits, sans donner plus d'explications.

Plus tard, Zhu Wenqiang, un journaliste de l'Observateur économique, a fait suivre le post de Zhao, affirmant que les yaourts pouvaient contenir de la gélatine industrielle fabriquée à partir de chaussures en cuir mises au rebut.

Les deux tweets ont immédiatement suscité l'inquiétude du public. Les micro-blogueurs ont supprimé l'information lundi soir.

Jin Qi, 25 ans, résidente à Wuhan (la province du Hubei au centre de la Chine), a expliqué que dorénavant elle serait prudente sur le choix de ses yaourts.

Mardi, rien à signaler du côté des aliments contenant de la gélatine industrielle fabriqués à Beijing, selon le bureau local de supervision de la qualité et technique.

Liu Jianming, professeur spécialisé dans les communications à l'Université Tsinghua, a déclaré que les doutes des clients sont compréhensibles, d'autant plus que la sécurité alimentaire est devenue un sujet de grande préoccupation en Chine.

"Mais les journalistes qui divulguent de vagues informations, font encore plus de mal à la société», a-t-il martelé.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Un « plus grand rôle » pour les économies émergentes
Assistance à l'Afrique pour qu'il puisse y naître un « mécanisme producteur du sang »
Commentateur du Quotidien du Peuple : soutenons fermement la juste décision du Comité central du PCC