Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 10.04.2012 10h29
Garder ou perdre la tradition
Les jeunes femmes portent le foulard Hongyao avant le mariage.

Les Hongyao ont gardé la tradition des femmes portant les cheveux longs, et cela se perpétue. Selon les rapports de Xu Lin de la région autonome Zhuang du Guangxi.

Les fans de Rapunzel pourraient être surpris de découvrir que non seulement elle est réelle, mais il y en a plus qu'une et elles sont toutes chinoises. Dans le village de Huangluo Hongyao, au cœur des montagnes du comté de Longsheng dans la région autonome Zhuang du Guangxi, les femmes sont célèbres pour suivre la tradition ancestrale de porter des cheveux longs.

Hongyao se réfère à l'ethnie du peuple Yao qui porte des vêtements rouges (hong).

Il y a 82 ménages, comprenant plus de 400 villageois et ils partagent le même nom de famille, Pan. Environ 80 des 120 femmes ont des cheveux qui font plus de 1,4 mètre de long. Les plus longs font près de 2,1 mètres.

"Les cheveux longs signifie longévité, richesse et bonne fortune pour les femmes Hongyao. Celle qui a les cheveux les plus longs, sera la plus heureuse», explique Pan Hongmei, 46 ans, propriétaire d'un restaurant dont les cheveux s'enroulent autour de la tête, avec un gros chignon au dessus du front.

"Quand elle coiffe ses cheveux une première fois, ses cheveux deviennent sombres et brillants. Elle se fait belle et coquette pour son homme. Quand elle coiffe ses cheveux une deuxième fois, ses cheveux deviennent épais et brillants. Elle et son mari s'aimeront pour toujours", chante Pan, citant les paroles de la chanson traditionnelle Long Hair.

Quand une fille Hongyao atteint l'âge de 18 ans, elle a généralement une coupe de cheveux au niveau des oreilles. C'est le seul moment où les femmes Hongyao sont autorisées à se couper les cheveux. Elles rassemblent également ceux qui tombent et les ajoutent à leurs cheveux quand elles donnent naissance.

Avant le mariage, elles portent un foulard, parce que selon la tradition, seuls les mariés peuvent voir leurs cheveux. Les femmes mariées ne portent pas de foulard et ont une coiffure différente enroulée après avoir eu un enfant. Elles se mettent généralement un peigne en bois ou en argent sur le dessus des cheveux afin qu'elles puissent se peigner quand elles le désirent.

"Il nous faut deux ou trois minutes pour torsader nos cheveux sans épingles à cheveux. Nous utilisons les cheveux pour attacher nos cheveux,que nous tournons deux ou trois fois autour de nos têtes pour faire un chignon. Lorsque j'ai dû changer ma coiffure après avoir donné naissance, J'ai passé plusieurs jours à la maison pour l'apprentissage de la nouvelle coiffure", a confié Pan.

«Je me lave les cheveux de 1,5 mètre de long tous les trois jours et j'utilise rarement un sèche-cheveux, car ils se dessèchent. Le secret pour garder les cheveux noirs et propres est de les laver avec l'eau utilisée pour nettoyer le riz. C'est un shampoing naturel et un bon démêlant.

Comme les autres femmes du village, elle stocke l'eau dans une casserole en ébullition avant de se laver ses cheveux avec la fermentation de l'eau.

Elle rince ensuite ses cheveux avec l'eau de la source "qui est fraîche en été et chaude en hiver".

Pour Pan Yongyan, 27 ans, «Mes longs cheveux attirent les regards quand je quitte le village. C'est gênant quand je prends le train ou le bus, parce que c'est inconfortable de s'asseoir pendant une longue période avec ce gros chignon et pas facile à peigner quand je me réveille sur une couchette. "

Elle travaille dans groupe de chant et de danse du village et montre ses longs cheveux aux touristes, elle gagne environ 2.000 yuans (318 $) par mois en haute saison du tourisme et 1.000 yuans pour la basse-saison. Elle se produit quotidiennement dans six ou sept spectacles de 40 minutes.

En Janvier 2009, elle est allée à Beijing pendant quatre mois, pour devenir assistante de l'actrice Huang Shengyi. Là, elle a utilisé du shampooing pour se laver les cheveux. Elle a du se lever tôt et se coucher tard pour les laver et les sécher.

«Je me sentais comme une étrangère dans la ville et j'étais solitaire». Pour la jeune femme, le rythme de la vie y est trop rapide.

Elle préfère rester à la maison pour être avec sa famille et l'argent qu'elle a gagné à Beijing est à peu près le même qu'elle gagne dans son village.

"Quand j'étais petite, je me sentais déprimée à cause de mes cheveux longs, car mes camarades de classe en parlaient tout le temps. Mais j'ai commencé à les chérir progressivement,» dit-elle.

En plus de la scène, elle est également serveuse dans le restaurant de sa famille, fait le ménage et de la broderie.

«Il faut trois ans pour broder une tenue de style Yao. C'est pour ma dote, et ma mère aide à la faire à l'aiguille» note Pan Yongyan.

«L'essor du tourisme a changé grandement nos vies. Nous chantions une chanson folklorique qui disait que Huangluo était le village le plus pauvre, mais maintenant nous vivons une vie assez bonne."

Ils vivent dans des Diaojiaolou, des maisons typiques de plusieurs groupes ethniques chinois, y compris les Dong et les Miao. Ils gardent les bovins et les porcs au premier étage, vivent au deuxième étage et entreposent des marchandises au troisième étage.

Pan Hongmei indique, qu'actuellement, pour des raisons d'hygiène, les animaux domestiques sont maintenus dans un autre bâtiment.

"Certaines personnes construisent des bâtiments en briques, mais je préfère le Diaojiaolou en bois parce que je veux que ma descendance hérite de nos traditions. Ma petite fille de quatre mois, plus tard portera aussi des cheveux longs."

Huang Feifei a contribué à cet article.



Des femmes se rincent leurs cheveux longs dans une rivière du village Huangluo Hongyao, du comté de Longsheng, dans la région autonome Zhuang du Guangxi.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Pour une redécouverte de l'esprit de Bandung
Mali : triomphe du régime constitutionnel
Les Etats-Unis sont responsables de la hausse des dépenses militaires en Asie