Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 09.04.2012 16h21
Beijing : Interdiction à vie demandée pour les crimes liés à la sûreté alimentaire

Dans la capitale, les personnes condamnées pour des crimes liés à la sûreté alimentaire seront interdites à vie de l'industrie alimentaire, en vertu d'un projet d'amendement au Règlement sur la sûreté alimentaire de Beijing.

Ce nouveau projet d'amendement, qui vise à obtenir une sanction plus sévère pour les crimes et violations liés à la sûreté alimentaire, a été publié durant le week-end afin de recueillir les commentaires du public.

Ce dernier peut consulter les sites Web du bureau municipal de la sûreté alimentaire ou du bureau des affaires juridiques pour y donner son opinion ou envoyer des commentaires par la poste à l'un ou l'autre de ces bureaux, d'ici le 25 avril.

Aux termes des règlements actuels qui sont entrés en vigueur en 2007, les personnes dont les permis sont retirés sont interdites pendant trois ans de mener des affaires dans l'industrie alimentaire. L'amendement prolongerait l'interdiction à cinq ans.

De plus, on a aussi amendé l'article qui stipule que les personnes ayant été condamnées pour des crimes liés à la sûreté alimentaire ne peuvent pas être représentants légaux ou hauts responsables de l'industrie.

Le nouvel article stipule : « Ceux qui ont été condamnés pour des crimes liés à la sûreté alimentaire ne seront plus jamais embauchés dans l'industrie. »

Le bureau des affaires juridiques a indiqué que l'amendement proposé sera une meilleure façon de réglementer l'industrie alimentaire.

Le projet d'amendement comprend également des règlements spécifiques sur de nouveaux types d'incidents en matière de sûreté alimentaire qui ont surgi ces dernières années, notamment l'huile usée (huile de cuisson réutilisée illégalement), les additifs illégaux et les incidents d'empoisonnement au nitrite.

Il propose également de former les travailleurs de l'industrie alimentaire.

Fan Zhihong, professeure agrégée de nutrition et de sûreté alimentaire à l'Université d'agriculture de Chine, est favorable au projet d'amendement et selon elle, le fait qu'un gouvernement local règlemente dans le détail les questions sensibles de sûreté alimentaire est un signe de progrès.

La professeure Fan est d'avis que les producteurs ou vendeurs qui ont eu des conduites illégales devraient se voir infliger « des sanctions plus lourdes pour garantir qu'ils ne nuiront pas de nouveau ».

Selon elle : « Interdire à vie ces personnes de mener des affaires dans l'industrie alimentaire donnera une meilleure impression de sécurité au public. »

La professeure Fan a déclaré qu'une formation est nécessaire, parce que « certains chefs ou producteurs manquent de connaissances sur les types d'additifs qui peuvent être utilisés et sur les quantités qui sont raisonnables selon les règlements concernés ».

Cependant, Wang Xing, un avocat de Beijing qui est spécialisé en sûreté alimentaire et en affaires pénales, a indiqué être pessimiste concernant l'effet du projet de règlement sur la sûreté alimentaire.

« La clef pour résoudre les problèmes de sûreté alimentaire se trouve dans la réforme de l'exécution de l'administration.

« Un nouveau règlement avec des sanctions plus sévères et plus d'articles ne peut pas résoudre le problème principal », a-t-il affirmé.

Selon l'avocat Wang, la pleine application des lois et règlements existants est plus importante que d'en promulguer des nouveaux.

Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Les Etats-Unis sont responsables de la hausse des dépenses militaires en Asie
L'aide aux pays en développement victime de la récession mondiale
Position ferme sur les prix des maisons