Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 01.04.2012 08h19
L'Italie nie l'existence de la marque Laorentou sur son territoire

Sur la liste des fausses marques publiée par le département de la propriété intellectuelle de l'ICE (Institut italien pour le commerce extérieur), on trouve une marque bien connue des Chinois, Laorentou. Dans les années 1980, Laorentou était une marque populaire, avec Lacoste et Playboy. Cependant, après des enquêtes, l'Italie a nié l'existence de cette marque. Son origine italienne et sa longue histoire seraient donc inventées.

D'où vient Laorentou ? Actuellement, sur le marché chinois, on compte une dizaine de marques Laorentou, provenant respectivement de l'Italie, de la France ou du Royaume-Uni. Cela prête à confusion.

« Une longue histoire » inventée et un numéro de téléphone appartenant à un salon de beauté

Sur le site web du groupe Wangfujing (http://www.wfj.com.cn), on peut lire la présentation sur Leonardo (Laorentou en chinois), « Leonardo, l'une des marques les plus connues dans les vêtements et les produits en cuir en Italie et en Europe, est enregistrée en Europe, aux États-Unis, au Japon et en Chine. »

Récemment, un journaliste de China Youth Daily est allé au rayon de Leonardo dans le Grand magasin de Beijing situé dans la rue Wangfujing. Les vendeurs ont affirmé au journaliste que Leonardo « vient d'Italie ». Mais parmi les marques enregistrées en Chine, on trouve des produits fabriqués dans le Guangdong, en Italie et au Japon. « Tous sont importés de l'étranger, nous avons les déclarations d'importation. »

Sur la liste des 30 « fausses marques italiennes » publiée par l'ICE, on trouve une entreprise nommée Groupe international Laorentou (Italie). D'après Dai Shengqiao, responsable du studio Beijing du département de la propriété intellectuelle de l'ICE, en effet, cette marque est inconnue en Italie et le groupe n'existe ni en Italie ni à Hong Kong. On ne trouve pas de marque ni de société appelée Larento ou Laorentou enregistrés en Italie. La société Leonardo fabriquant des uniformes militaires italiens n'existe pas non plus.

Le journaliste a donné un coup de fil au numéro du Groupe international Laorentou (Italie) à Hong Kong, inscrit sur la brochure de la société. Mais la personne à l'appareil n'avait pas entendu parler de Leonardo ni de Laorentou, elle tenait un salon de beauté.

Trois « Laorentou » français

À l'exception de l'Italie, beaucoup de « Laorentou » sur le marché prétendent venir de France.

Un journaliste a trouvé sur internet trois entreprises respectivement appelées Groupe Laorentou (France), Société internationale Oldfoegy Laorentou France (Hong Kong) et Société Laobojue (Hangzhou). Cette dernière indique sur son site web que « la société Laorentou (France) fondée en 1961 est une entreprise internationale de costumes basée sur les technologies et ayant la conception pour mot d'ordre. Le siège se trouve à Paris... »

Le journaliste a contacté M. Hu, employé de la Société Laobojue de Hangzhou, qui lui a dit que la société était un agent général de la Société Laorentou de France et que la marque avait été enregistrée en France et en Chine.

Quand le journaliste lui a demandé la relation entre Laobojue et Laorentou, M. Hu a expliqué que Laobojue était une marque relevant du Groupe Laorentou : « La Société Laorentou possède peut-être plusieurs marques importantes, nous sommes l'une d'entre elles. » En ce qui concerne les autres marques de la Société Laorentou de France, M. Hu « n'en connaissait » pas.

Source: China.org.cn

Articles pertinents
Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
BRICS : la nouvelle voix mondiale
Tuerie en série en France : un cas grave qui donne matière à de profondes réflexions
Crise iranienne : la politique « deux poids deux mesures » des Etats-Unis