Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 01.04.2012 08h00
Les deux principaux microblogs chinois suspendent leur fonction commentaire pour "éliminer les rumeurs"

Les deux principaux sites de microblogage chinois, weibo.com et t.qq.com, ont suspendu leur fonction commentaire après avoir été sanctionnés pour avoir permis à des rumeurs de se propager.

Le site t.qq.com, opéré par Tencent, a publié une annonce sur Internet samedi matin concernant sa décision de suspendre sa fonction commentaire du 31 mars au 3 avril afin d'empêcher la propagation de rumeurs et autres informations illégales via son service de microblogage.

Le site weibo.com opéré par Sina a également publié samedi une annonce, selon laquelle le site suspendrait sa fonction commentaire durant la même période.

Les autorités chinoises ont fermé seize sites internet et arrêté six personnes responsables d'avoir "fabriqué et propagé des rumeurs en ligne".

Le Bureau d'État de l'Information sur Internet (BEII) et la police de Beijing ont indiqué vendredi que ces sites internet avaient été fermés pour avoir propagé des rumeurs, fabriquées récemment par des gens sans foi ni loi, affirmant que "des véhicules militaires sont entrés dans Beijing" et que "quelque chose ne va pas à Beijing".

La police de Beijing a également arrêté six personnes suspectées d'avoir fabriqué et propagé ces rumeurs, essentiellement via les plates-formes de microblogage, a-t-on appris du Bureau municipal de la sécurité publique de Beijing.

Un porte-parole du BEII a ajouté qu'en raison du nombre de rumeurs apparues sur weibo.com et t.qq.com, les deux sites de microblogage les plus populaires ont été "critiqués et sanctionnés en conséquence" par les autorités de gestion de l'information sur Internet de Beijing et de la province du Guangdong.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
BRICS : la nouvelle voix mondiale
Tuerie en série en France : un cas grave qui donne matière à de profondes réflexions
Crise iranienne : la politique « deux poids deux mesures » des Etats-Unis