Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 31.03.2012 08h43
La « belle patronne » a été retrouvée par la police à Shanghai

Une femme qui avait disparu après avoir emprunté environ 400 millions de yuans (63 millions $ US) à des prêteurs privés est détenue à Shanghai, ont déclaré les autorités, hier.

Gu Chunfang, 40 ans, propriétaire d'une société de commerce et surnommée « la plus belle patronne » à cause de son apparence, a été portée disparue de Changshu, une ville dans la province voisine du Jiangsu, plus tôt ce mois-ci.

La police a déclaré qu'elle avait été arrêtée à Shanghai, mardi soir. Mme Gu s'est infligé des blessures lorsque la police l'a arrêtée à sa résidence louée de Shanghai, mais ses blessures ne mettent pas sa vie en danger, a déclaré Xia Jiangang, chef de police adjoint de Changshu, lors d'une conférence de presse.

Le 5 mars, la police de Changshu a commencé à recevoir des rapports de plus de 20 citoyens disant qu'elle avait disparu après leur avoir emprunté de l'argent.

Selon la police, Mme Gu trompait les prêteurs depuis au moins 2008 en disant qu'elle avait besoin d'argent pour ses affaires et en promettant de payer un taux d'intérêt annuel d'environ 30 % sur ses emprunts.

Fondée en 2008 avec un capital social de 10 millions de yuans, la Suzhou Kaiweilong Trading Co Ltd de Mme Gu œuvrait dans le commerce du ciment, des métaux, des lubrifiants, des fibres chimiques, des produits d'usage courant, des tissus et de la quincaillerie. Elle exploitait également un magasin de vêtements et un salon de manucure haut de gamme qui ont fermé après sa disparition.

Mme Gu est divorcée. Elle a grandi à Changshu, mais n'a pas réussi à obtenir son diplôme de lycée. Elle a travaillé comme mannequin et a eu plusieurs autres emplois avant de fonder ses propres entreprises.

Une de ses présumées victimes a indiqué que Mme Gu avait un éventail d'amis, dont des responsables de banque et du gouvernement.

Elle leur a emprunté de l'argent, et au début, elle les a remboursés à temps en leur versant les taux d'intérêt élevés qu'elle avait promis, établissant ainsi sa bonne réputation.

Toutefois, lorsque sa compagnie a commencé à avoir des problèmes financiers l'année dernière, elle est retournée voir ses vieux amis pour leur demander plus d'argent afin de sauver ses entreprises. Cependant, cela semble avoir échoué et elle a disparu, a confié une victime.

Wang Shafeng, une autre présumée victime qui a prêté 600 000 yuans à Mme Gu, a indiqué : « Elle portait des robes à la mode et aimait parler de l'économie tant au pays qu'à l'étranger quand elle nous a persuadés de lui prêter de l'argent. » Mme Wang a indiqué que Mme Gu avait promis de lui rembourser l'argent avec un taux d'intérêt annuel de 35 %.

Les autorités gouvernementales de Changshu ont déclaré hier qu'une affaire semblable faisait toujours l'objet d'une enquête de leur part. Dans ce cas, Zhou Siyang, le patron d'un restaurant, a disparu fin février après avoir emprunté 230 millions de yuans à des banques et des montants inconnus à des prêteurs privés.

Patron du restaurant Carp Gate de Changshu, M. Zhou est connu pour avoir ouvert des filiales et utilisé certaines d'entre elles comme cautions pour d'autres afin d'obtenir de gros montants d'argent en investissements de la part de banques et de prêteurs privés, a déclaré le gouvernement.

Ces dernières années, le prêt privé est devenu de plus en plus populaire à Changshu, et la police a publié des avertissements sur les risques possibles.

Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Tuerie en série en France : un cas grave qui donne matière à de profondes réflexions
Crise iranienne : la politique « deux poids deux mesures » des Etats-Unis
Regards sur le futur ralentissement économique de la Chine