Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 27.03.2012 08h45
Beijing : Les résidents pourraient partager les taxis

Les autorités de la circulation de Beijing encourageant les résidents à partager des taxis pour pallier le manque de taxis aux heures de pointe.

"Le règlement permet de colouer un taxi lorsque tous les passagers montent dans le véhicule au même endroit et vont dans la même direction ", a déclaré Yao Kuo, le directeur de l'équipe de police des transports de Beijing.

"Nous espérons que les entreprises de taxi pourront offrir un tel service," a-t-il souligné.

Yao a averti que les chauffeurs de taxi qui refuseraient d'accepter ce partage seraient pénalisés.

Les responsables municipaux en matière de circulation et de finances ont déjà des règles qui stipulent qu'un passager paie 60 % du coût d'un voyage qui est pris conjointement.

La capitale chinoise dispose de plus de 60.000 taxis, transportant environ 2 millions de passagers chaque jour.

Zhang Changqing, un professeur de droit de la circulation de l' Université Jiaotong de Beijing, a accueilli favorablement ce projet, car cela aidera à soulager les embouteillages de la ville mais aussi de réduire les gaz d'échappement.

Mais il a fait observer que les autorités devraient réglementer pour faire la différence entre la location multiple organisée par les passagers et les chauffeurs de taxi qui s'organiseraient dans l'intention de réaliser un bénéfice.

" la colocation devrait être encouragée avec l'acceptation pleine et entière des passagers et en connaissance de cause. Mais certains conducteurs prennent aléatoirement des passagers quand il ya déjà des clients dans le taxi et ils chargent finalement tous les passagers au même tarif afin de gagner plus d'argent, ce qui n'est pas légalement autorisé, "at-il dit.

Mais les résidents et les chauffeurs de taxi ne semblent pas partager l'enthousiasme pour cette colocation.

Lu Xiongyu, qui travaille dans une entreprise commerciale à Beijing, a confié que ça valait la peine de partager un taxi pour économiser de l'argent pour un long voyage, mais pas pour une courte distance.

"Aussi, je dois passer du temps à trouver d'autres personnes qui veulent partager un taxi avec moi et en même temps, aller dans la même direction", a-t-il ajouté.

Gan Qianyi, une résidente de Beijing, a indiqué qu'elle ne choisirait pas de partager un taxi à moins qu'elle doive se rendre d'urgence quelque part.

Et de rajouter : "C'est bien de partager un taxi avec d'autres personnes pendant la journée, si l'endroit où je dois me rendre n'est pas très éloigné. Mais la nuit, je refuserai de partager une voiture avec des étrangers, parce que je pense que c'est dangereux et gênant».

Pour sa part, Zhang Yi, un chauffeur de taxi de Beijing, a déja entendu parler, il y a plusieurs années de la possibilité d'une option de colocation, mais le problème technique de l'impression des factures a dissuadé de nombreux passagers.

D'autres villes ont différentes politiques quant à la colocation de taxis.

A Fuzhou, la province du Fujian, cela est permis, mais tout chauffeur qui oblige les passagers à partager un taxi est passible d'une amende pouvant aller jusqu'à 1.000 yuans (160 $) ou d'une supension de permis de taxi de deux ans.

A Shanghai, il est strictement interdit pour les chauffeurs de solliciter des clients pour partager un taxi.

Huang Rong, le directeur de la construction urbaine de Shanghai et de la Commission de communication , a estimé que les conditions de circulation de Shanghai étaient différentes de celles de Pékin et que le partage de taxi n'était peut pas être la meilleure solution.


Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Principales nouvelles du 26 mars
Sélection du Renminribao du 26 mars
Tuerie en série en France : un cas grave qui donne matière à de profondes réflexions
Crise iranienne : la politique « deux poids deux mesures » des Etats-Unis
Regards sur le futur ralentissement économique de la Chine