Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 22.03.2012 15h02
Parapluies d'amour perdus
Photo: Une femme prend un parapluie à la station de métro Century Avenue à Shanghai Les parapluies sont disponibles pour les banlieusards gratuitement les jours de pluie..

Moins de la moitié des parapluies gratuits pris par les banlieusards les jours de pluie dans le cadre d'un projet du métro de Shanghai ont été rapportés, selon l'agence de transport de la ville.

Les passagers ont pu emprunter les "Parapluies d'amour" depuis 2008, dans 280 stations initialement distribués à 100 exemplaires.

Cependant, la ville endurant des déluges quotidiens, le personnel de certaines stations ont vu leurs stocks vite épuisés.

Lundi, à la station South Huangpi Station, tous les parapluies avaient déjà été prêtés. Un employé des services du centre a déclaré: «Personne n'a rendu les parapluies."

Un employé de la Gare routière de Lujiabang a donné la même réponse, en disant qu'ils attendaient l'arrivée d'un nouveau lot "En raison de la forte demande du public et la vitesse à laquelle les parapluies disparaissent, nous avons eu à distribuer au moins trois fois des lots supplémentaires au cours des dernières années», a déclaré Fan Wenjun, un responsable des médias du centre de gestion des opérations du métro de Shanghai.

Des données du centre ont montré que des 88.000 parapluies alloués aux stations, moins de la moitié sont encore en circulation. Le taux de retour était de 47,5% pour tout le réseau du métro en février.

Les passagers peuvent emprunter un parapluie après avoir donné leur nom et numéro de téléphone au centre de service. Habituellement, les passagers sont rappelés pour rendre les parapluies une semaine plus tard à l'endroit où ils ont été empruntés. Chaque parapluie est numéroté et appartient à une station spécifique.

"Mais nous n'exigeons pas que les passagers nous montrent leurs ID ou de vérifier leurs informations de contact. Ces parapluies sont prêtés par amour. Nous espérons que les gens peuvent coopérer avec nous", a déclaré un agent de métro de la station Lujiabang Road .

Un employé du métro de la station surnommé Fan Place du Peuple, la plus achalandée de la ville, estime qu'au moins la moitié des passagers donne de faux renseignements, c'est ce qu'ils découvrent quand ils appellent les personnes pour leur rappeler de retourner le parapluie.

China Daily a interrogé huit habitants de Shanghai. Tous ont confié qu'ils rendraient les parapluies.

"Les grands encarts dans le métro de Shanghai « Parapluies d'Amour » et le slogan qui est blasonné sur ces parapluies, il est évident qu'ils peuvent avoir été volés", a déclaré Wang Qi, une femme au foyer de 53 ans. "Des personnes peuvent éprouver une certaine nervosité à s'en servir dans la rue. "Cependant, deux des personnes interrogées ont avoué qu'ils refusaient de donner leur véritable identité.

«Je ne suis pas inquiet d'être contacté pour me demander de rapporter le parapluie, je crains juste d'être dérangé par des messages indésirables d'annonceurs qui pourraient avoir obtenu mon numéro de téléphone», a déclaré Zhou Shuwen, un employé de bureau de 25 ans.

Selon certains sociologues, les passagers qui donnent de faux renseignements ou qui ne rapportent pas les parapluies n'agissent pas forcément immoralement.

En dehors de ceux qui ont l'intention de garder les parapluies, plusieurs raisons peuvent expliquer que les gens ne les retournent pas, a fait observer Zhang Youqin, un professeur de sociologie à l'Université de Xiamen.

Le passager peut être en voyage d'affaires à Shanghai et se précipite pour attraper un vol, a déclaré Zhang. "Il ne le redonnera pas, mais il s'est senti reconnaissant et peut-être gêné."

Toutefois, elle a pensé que si d'autres provinces et villes suivaient cette pratique, un système d'honneur allait évoluer.

Hu Shoujun, professeur de sociologie à l'Université de Fudan à Shanghai, a suggéré un dépôt afin de décourager ceux qui voulaient garder les parapluies.

C'est ce que la ville de Guangzhou a fait dans pas moins de sept stations de métro depuis 2008, la demande de 20 yuans (3 $) de dépôt en espèces, à peu près égale au coût d'un parapluie.

Hu a estimé que c'était une pratique intelligente et nécessaire dans le long terme.

Pour lui : "La circulation des parapluies ne peut se faire qu' avec un taux de retour élevé» .

Wang Xinwei et Wang Danfei ont contribué à la rédaction de cet article.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Principales nouvelles du 21 mars
L'« aurore » a-t-elle fait son apparition en Libye ?
La politique extérieure de la Chine : pas plus qu'elle ne peut assumer
Le recours américain devant l'OMC contre les quotas de la Chine sur les terres rares pourrait aggraver la situation