Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 18.12.2011 12h08
La Chine publie une directive pour davantage de transparence dans les organismes caritatifs

Le ministère chinois des Affaires civiles a publié vendredi une directive suggérant aux associations caritatives la manière de procéder pour rendre publiques les informations relatives aux dons, alors que le public leur reproche un manque de transparence dans leur gestion.

Le gouvernement chinois espère à travers cette directive améliorer la publication des informations par les organismes caritatifs et protéger ainsi le droit du public à s'informer et à superviser ces organismes, selon un communiqué du ministère.

Les associations caritatives doivent rendre publiques les informations sur les dons qu'elles reçoivent, la manière de collecter ces fonds ainsi que leur utilisation et leurs bénéficiaires, indique la directive.

Elles doivent également informer le public sous quinze jours après avoir reçu un don, et sous un mois pour la distribution des fonds, poursuit la directive.

En ce qui concerne les dons à la suite de graves accidents ou de catastrophes naturelles, les renseignements concernés doivent être publiés sous 72 heures après la collecte des dons.

Les organisations caritatives doivent publier les informations concernées au moins tous les six mois pour les programmes d'une durée supérieure à six mois, ceci afin que les donneurs et le public puissent suivre l'évolution des projets.

La directive devrait fixer une norme pour l'établissement d'un système de publication des informations par les organismes caritatifs. Elle devrait également pousser les gouvernements locaux à établir des règles de supervision pour ces associations.

En juin, la Société nationale de la Croix-Rouge de Chine (SNCRC), l'une des plus importantes organisations caritatives du pays, s'est retrouvée mêlée à un scandale impliquant une jeune femme se désignant elle-même sous le nom de "Guo Meimei"

Cette personne a déclaré sur son microblog travailler pour une institution appartenant à la SNCRC. Elle a publié de nombreuses photos exhibant son style de vie somptueux, poussant certains à penser qu'elle aurait détourné de l'argent de la SNCRC.

Bien qu'on ait découvert plus tard que Guo ne travaillait pas pour la SNCRC, le scandale fut révélateur du manque de transparence dans les opérations des associations caritatives.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Concours d'articles originaux sur le thème « le Quotidien du Peuple en ligne et moi »
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Chine : lancement d'une ligne aérienne directe entre Beijing et Lhassa
Une nouvelle guerre froide pourrait-elle éclater?
Barack Obama joue à nouveau la carte anti-Chine
Les dix années qui ont suivi l'adhésion de la Chine à l'OMC : mûrir et se développer tout en faisant face à toutes sortes de défis