Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 02.12.2011 09h16
Selon des experts, la médecine chinoise contribue à lutter contre le SIDA

La médecine traditionnelle chinoise (MTC) a aidé 17 000 porteurs du VIH et patients atteints du SIDA en Chine depuis 2004, ont indiqué des experts mercredi.

« La TCM s'avère être un complément efficace aux traitements occidentaux en soulageant les symptômes des patients, notamment la fièvre, la toux, l'asthénie et la diarrhée », explique Wang Jian, directeur adjoint du Centre de MTC pour la prévention et le traitement du SIDA, un organisme sous l'égide de l'Administration d'État de la médecine traditionnelle chinoise.

La Chine a commencé à offrir des soins de MTC à 2 300 patients souffrant du SIDA lors d'un projet pilote lancé en 2004 dans cinq provinces.

En octobre dernier, le projet a été élargi à 19 provinces.

Les médicaments traditionnels chinois sont généralement offerts aux porteurs dont le système immunitaire n'est pas trop faible pour recevoir les traitements occidentaux, plus connus sous le nom de thérapie antirétrovirale, ou aux patients souffrant d'effets secondaires liés à la thérapie.

L'indicateur utilisé est le CD4, un type de cellule du système immunitaire. Lorsque le taux de CD4 d'un patient tombe sous la barre des 350 par mm3, il est temps de passer à la médecine occidentale.

« Selon nos recherches cliniques menées sur environ 8 900 patients ces quatre dernières années, le niveau de CD4 d'un patient en traitement de MTC décroît de 12 cellules par mm3 chaque année, tandis que le groupe témoin ne bénéficiant pas de MTC perd 30 à 50 cellules par an », révèle Wang.

« Cependant, combiner la médecine occidentale et chinoise permet d'obtenir d'encore meilleurs résultats, avec un taux de croissance des CD4 du patient de 15 cellules par mm3 chaque année. »

« Bien que la MTC ne permette pas de soigner complètement la maladie, elle permet d'une certaine façon d'aider les patients », estime Amir Hooman Kazemi, docteur iranien en médecine traditionnelle chinoise actuellement basé à Beijing.

En 2010, Kazemi a rencontré deux patients non chinois porteurs du SIDA ayant reçu un traitement MTC en Chine. Le médecin préfère cependant ne pas révéler leur nationalité ou leur âge au China Daily.

« L'un d'eux était en traitement de MTC depuis six mois et sentait son système immunitaire s'améliorer. L'autre avait contracté une affection cutanée et une maladie pulmonaire, mais les symptômes ne s'avérèrent pas si sérieux », raconte-t-il. « C'est à partir de ce moment que j'ai commencé à croire en l'efficacité des traitements de MTC pour soigner le SIDA. »

« En tant que praticien de médecine traditionnelle chinoise, j'ai constaté qu'un grand nombre de personnes venaient en Chine pour essayer un traitement MTC pour d'autres maladies chroniques. Je dois avouer que la MTC fonctionne bien pour soigner les maladies chroniques, mais je pense qu'il reste des progrès à faire, notamment en matière de présentation des mécanismes de ces médicaments aux médecins occidentaux. »

Selon Wang Jian, les médicaments chinois à base de plantes ne fonctionnent pas de la même manière que les médicaments anti-VIH. Les traitements chinois visent à bloquer la réplication virale, tandis que la MTC oeuvre à améliorer les défenses immunitaires des patients.

Wang a révélé que depuis 2004 le gouvernement chinois avait alloué 220 millions de yuans (25,67 millions d'euros) à la recherche dans les traitements MTC, et davantage d'efforts seront faits pour développer de meilleurs traitements basés sur la combinaison entre MTC et médecine occidentale.

D'ici fin 2011, la Chine estime qu'elle comptera 780 000 personnes porteuses du VIH/SIDA, dont 154 000 patients souffrant d'afflictions sévères, selon les statistiques officielles.

Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Un haut responsable du PCC souligne l'importance de la discipline dans la nomination des officiels
Nouvelles principales du 1er décembre
Ce ne serait pas seulement le vaincu qui « paierait un prix cher » pour la guerre
L'immolation par le feu vue de la règle fondamentale du bouddhisme
La France désire être le « sonnailler » quant à l'ingérence dans la situation en Syrie