Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 23.11.2011 16h39
Trouvez l'âme-soeur en 90 jours !
Des célibataires se préparent à une nouvelle séance de speed dating, qui fait partie d'une importante manifestation de rencontres qui s'est tenue à Shanghai les 12 et 13 novembre. Le grand nombre de personnes toujours à la recherche de l'amour offre de nombreuses opportunités d'affaires.

Aux yeux de nombreuses Chinoises, trouver l'amour est devenu mission impossible. Liang Yali s'est donné pour mission de leur prouver qu'elles ont tort.

Celle qui s'auto-proclame coach de vie dit qu'elle peut aider n'importe quelle femme célibataire à trouver un mari parfait en juste 90 jours. Mais cela a un prix.

« Nous ne sommes pas une agence de rencontres, nous sommes des pionniers », dit la fondatrice de Yali Marriage Quotient, âgée de 41 ans. Cette société est exploitée dans un club privé de la Zone Nouvelle de Pudong, à Shanghai. « Nous sommes plus un institut d'éducation. Nous proposons des cours qui aident les femmes à mieux se comprendre elles-mêmes, et à bâtir leur confiance en elles, afin qu'elles soient plus ouvertes et sociables ».

« Les bonnes choses, comme le mariage, arriveront dès qu'elles auront commencé à sortir de leur coquille », a t-elle dit, ajoutant que 60% de ses « étudiantes » de l'année dernière sont déjà « diplômées », ayant réussi à trouver chaussure à leur pied.

Le forfait premium, qui comprend quatre sessions de deux jour et un coaching sur mesure, coûte 11 800 Yuans (1 900 Dollars US). Mais la société propose aussi d'autres formations qui vont de deux heures à trois jours, la moins chère étant affichée à 4 800 Yuans.

« C'est vraiment pas cher payé pour améliorer sa vie -rencontrer l'âme-soeur et fonder une famille », dit Kenneth Davis, âgé de 52 ans, Directeur exécutif de l'entreprise et mari de Mme Liang.

La promotion qu'a fait Yali Marriage Quotient lors d'une manifestation de rencontres à Shanghai ce mois s'est avérée très populaire parmi les près de 10 000 personnes qui y sont venues ; des centaines se sont inscrites pour demander plus de détails.

Cette demande peut s'expliquer par le sixième recensement national, qui a révélé que le nombre des femmes célibataires à Shanghai avait dépassé celui des hommes célibataires lors de la dernière décennie. L'année dernière, les shengnü (生女) représentaient près de 20% de la population féminine de la ville, en augmentation de 2,2% par rapport à 2000.

Mme Liang, qui a eu une fille de 18 ans d'un premier mariage, a rencontré Kenneth Davis, citoyen américain, en 2006. Trois ans plus tard, ils fondaient Yali Marriage Quotient, qui propose aussi des formations professionnelles, comme par exemple entraîner les managers pour leur apprendre comment savoir garder leurs employés.

Dong Ning, qui gère les demandes générales de la société, dit que les leçons d'amour spéciales sont fortement personnalisées.

« D'abord, Mme Liang s'entretient en général avec ses ‘étudiantes', afin de pouvoir comprendre ce qu'elles aiment et d'en savoir davantage sur leurs expériences passées », dit-elle. « Ensuite, nous demandons aux ‘étudiantes' d'assister aux cours selon différentes fréquences, en fonction de leur niveau. Nous surveillons aussi leurs progrès dès qu'elles ont fini leur formation ».

En plus de cours sur la façon de renforcer sa confiance, les leçons concernent aussi la façon de gérer une crise familiale, afin que la belle-famille soit contente, et afin d'offrir un environnement sain aux enfants.

Tina Xu, ancienne « étudiante » âgée de 26 ans, dit qu'elle s'est rabibochée avec son petit ami peu après avoir suivi les cours.

« J'ai grandi dans une famille d'enfants uniques, et cela a affecté mon point de vue sur le mariage », dit Melle Xu, qui travaille dans le secteur de la formation. « Ces cours ont changé mon attitude, et maintenant, c'est moi qui prends l'initiative. Avant, mon petit ami hésitait à choisir entre sa famille et moi ».

Mme Liang dit que la durée moyenne pour être « diplômée » est de 90 jours environ, à partir du jour où les « étudiantes » commencent jusqu'à celui où elles sont casées. Elle offre aussi le remboursement à 100% si les clientes ne sont pas contentes.

Fait intéressant, nombre de ses anciennes « étudiantes » qui se sont mariées le sont avec des hommes étrangers, comme des Américains, des Français ou des Allemands.

Mme Liang explique que cela a un rapport avec le genre de femmes qu'elle aide. Bien que leur âge aille de 28 à 55 ans, elle dit que la majorité de ses clientes sont des employées de bureau ou des entrepreneurs âgées d'une trentaine ou d'une quarantaine d'années, qui souvent ont bien du mal à trouver un partenaire.

« Ces femmes pensent qu'elles ont une meilleure chance de trouver l'amour avec un étranger, aussi nos cours comprennent une introduction aux cultures occidentales », dit le coach de vie.


Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
La Chine et les Etats-Unis signent cinq accords économiques et commerciaux
Nouvelles principales du 23 novembre
Les Américains d'origine chinoise qui désirent faire une carrière politique doivent commencer à partir de « grass roots »
Les suggestions de FMI à propos de la Chine ne correspondent pas à la réalité de celle-ci
La coopération est-asiatique après le « retour » des Etats-Unis