Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 22.11.2011 08h10
Nouveau regain de vie pour les dons d'organes
Le vice-ministre de la Santé Huang Jiefu rend visite à Tian Bingrong, 64 ans, qui a subi une transplantation pulmonaire à l'Hôpital du peuple de Wuxi, province du Jiangsu.

Les dons d'organes seront encouragés, et on étendra le système pour augmenter le nombre de transplantations, a déclaré le vice-ministre de la Santé Huang Jiefu.

Un système public de dons d'organes est actuellement à l'essai et couvre seulement 16 régions de la partie continentale, a déclaré, jeudi, le vice-ministre Huang lors d'une entrevue exclusive accordée au China Daily.

« À partir de 2012, ce système à l'essai sera étendu à l'échelle nationale, et les centres autorisés de transplantations d'organes qui, pendant une période de 2 ans, n'auront pas effectué de transplantations en utilisant des organes donnés se verront interdits d'exécuter la procédure », a déclaré le vice-ministre Huang.

Ce dernier, l'un des principaux spécialistes dans le domaine, a subi une formation en transplantation du foie en Australie.

Jusqu'à maintenant, 163 hôpitaux de la partie continentale ont l'autorisation du ministère de faire des transplantations. Environ 10 000 sont effectués annuellement, selon des statistiques officielles.

En 2009, la société de la Croix-Rouge de Chine et le ministère de la Santé ont mis à l'essai un système mettant l'accent sur le don public, l'offre, un programme volontaire et aucune rémunération.

À la fin octobre, 128 personnes avaient fait don d'organes par l'entremise de ce système, permettant plus de 320 transplantations, révèlent des statistiques de la société.

Selon Shi Bingyi, vice-président de la Société de transplantation de Chine, bien que la Chine soit maintenant sur la bonne voie, mettre en place complètement un système public de dons prendra du temps, étant donné que les États-Unis ont pris environ 30 ans pour établir un tel système.

Wang Ping, directeur du département de secours et de santé de la société de la Croix-Rouge de Chine, a indiqué au China Daily qu'ils travaillent maintenant à accroître la taille du système.

« De plus, nous attendons la révision du règlement sur la transplantation d'organes, lequel donnerait une base juridique complète pour que la société de la Croix-Rouge participe aux dons d'organes », confie-t-il.

Selon le vice-ministre Huang, une version révisée du règlement, qui a d'abord été publiée en 2007, sera bientôt rendue publique, bien qu'aucun échéancier n'ait été fourni.

En vertu du nouveau règlement, la responsabilité de la Croix-Rouge inclura la promotion des dons, l'inscription du donateur, la fonction de témoin lors des dons, l'attribution des organes et le soutien à la famille du donateur, affirme-t-il.

Une nouvelle clause déclarant que les citoyens sont encouragés à faire un don en cas de décès sera ajoutée.

Tian Bingrong, 64 ans, de Wuxi, a affirmé que, sans le don d'organe, il n'aurait pas survécu jusqu'à la fin de l'année.

M. Tian souffrait de pneumoconiose, une affection pulmonaire habituellement provoquée par l'inhalation, pendant une longue période, de poussier de houille, pendant plus de 20 ans. Il peut maintenant respirer librement après avoir subi une transplantation pulmonaire à l'Hôpital du peuple de Wuxi, le 2 novembre, a indiqué Chen Jingyu, directeur adjoint de l'hôpital. La chirurgie a coûté au moins 300 000 yuans à M. Tian (47 000 $).

Selon M. Chen, le donateur est un travailleur migrant de 17 ans qui a été tué dans un accident de la circulation. Sa famille a décidé de faire don des organes du jeune homme pour aider à sauver des vies.

La Croix-Rouge a offert d'aider la famille du donateur.

« Nous avons mis en place un fonds spécial pour fournir un soutien humanitaire aux familles de donateurs qui sont dans le besoin , a déclaré Xu Jun, qui dirige la société de la Croix-Rouge de Wuxi.

Plus particulièrement, la société aide à régler la facture médicale et le coût des funérailles du donateur, et elle donne 40 000 yuans pour aider la famille sur le plan financier, confie-t-il.

« Nous devons nous assurer que le don d'organes n'a pas d'impact négatif sur la situation financière de la famille du donateur », a déclaré le vice-ministre Huang.

« Le processus complet se conforme à l'éthique et aux normes internationales », a-t-il fait valoir.

M. Xu est d'accord et a indiqué qu'il avait remarqué un véritable intérêt au sein du public.

« Les donateurs et leur famille méritent de recevoir un coup de main, en particulier étant donné que les programmes de bien-être et de sécurité sociale du pays demeurent limités. »

Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Le PM chinois promet de renforcer les relations avec Brunei
Nouvelles principales du 21 novembre
Les Américains d'origine chinoise qui désirent faire une carrière politique doivent commencer à partir de « grass roots »
Les suggestions de FMI à propos de la Chine ne correspondent pas à la réalité de celle-ci
La coopération est-asiatique après le « retour » des Etats-Unis