Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 15.11.2011 08h16
La Chine condamne deux entreprises à une amende pour monopole de la vente de médicaments

La Commission nationale pour le développement et la réforme (CNDR) a condamné lundi deux entreprises, Weifang Shuntong et Weifang Huaxin, toutes deux basées dans la province orientale du Shandong, à une amende de plus de sept millions de yuans (environ 1,1 million de dollars), pour monopole de la vente d'une substance médicamenteuse utilisée dans la fabrication de médicaments pour traiter l'hypertension artérielle, selon un communiqué paru lundi sur le site de la CNDR.

Weifang Shuntong et Weifang Huaxin ont signé le 9 juin un contrat avec les deux seuls fabricants de chlorhydrate de prométhazine du pays, aux termes duquel ces derniers ne sont pas autorisés à vendre cette substance médicamenteuse à une tierce partie sans leur approbation.

Le chlorhydrate de prométhazine est la substance de base des médicaments pour traiter l'hypertension artérielle.

Weifang Shuntong et Weifang Huaxin ont par la suite augmenté le prix de cette substance à hauteur de 1 350 yuans par kilogramme contre 200 yuans auparavant. De nombreux fabricants de médicaments hypotenseurs ont été contraints d'arrêter leur production en raison de la hausse des prix de cette substance, selon le communiqué.

Leur monopole a également provoqué une réduction de l'offre de médicaments hypotenseurs sur le marché.

La CNDR a exhorté les deux entreprises à cesser leurs activités illégales et à résilier le contrat qu'elles ont signé avec les deux fabricants de chlorhydrate de prométhazine.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
A la réunion de l'APEC, le président chinois appelle à un changement de modèle de croissance (PAPIER GENERAL)
Nouvelles principales du 14 novembre
Les objectifs trans-Pacifique des Etats-Unis
Pourquoi les marques internationales adoptent-elles en Chine une attitude « à double critère »
Faut-il vraiment limiter les émissions de divertissement à la télévision ?