Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 14.11.2011 15h33
Pourquoi les marques internationales adoptent-elles en Chine une attitude « à double critère »

Que ce soit des denrées alimentaires aux habits, des jouets aux articles cosmétiques, de la qualité à la norme technique des produits, ainsi que du service après-vente à la solution de la crise, les marques internationales ont fait ces derniers temps en Chine l'objet de vives critiques et accusations et on leur reproche d'adopter à l'encontre des Chinois une « attitude à double critère ». Cette attitude que celles-ci pratiquent en Chine cause-t-elle du tort aux consommateurs chinois et nuit-elle vraiment à leurs intérêts ? Et dans le pays, existe-il réellement des « déficiences » de la norme qui donnent prise aux marques internationales, lesquelles saisissent l'occasion pour en tirer profit.

Les marques internationales pratiquent souvent en Chine le moyen de « deux poids deux mesures ».

Dernièrement, des accusations ont été portées contre la marque américaine Johnson & Johnson et on l'accuse d'utiliser diverses formules dans différents pays et dans différentes régions : il a été constaté que le shampoing Johnson & Johnson pour bébés, vendu dans treize pays, dont la Chine et les Etats-Unis, comporte deux substances nocives, tandis que le même produit vendu dans d'autres pays, dont le Danemark et le Japon, ne contient aucunement ces deux substances.

Vu que les pays du monde pratiquent différentes normes, c'est pourquoi il y a de temps en temps des litiges et des contestations autour de la « contenance nocive » ou du « caractère nuisible » des marques internationales. Par exemple, dans les domaines des produits laitiers, de l'habillement et des jouets, le grand écart et l'énorme différence entre les normes en vigueur en Chine et les normes en pratique dans le monde provoquent souvent des litiges et des discussions.

Lorsqu'un produit fait l'objet d'une contestation, la plupart des entreprises internationales font face à cette situation en adoptant à l'égard des consommateurs chinois une attitude différente de celle qu'elles pratiquent à l'endroit des consommateurs d'autres pays. On peut citer les exemples suivants : Johnson & Johnson a procédé à vingt deux rappels et aucun ne concerne la Chine, le japonais Toyota applique en Chine et aux Etats-Unis deux différentes normes de rappel …… et nombreuses sont les entreprises multinationales qui insistent sur le fait que la « qualité technique du produit est conforme à la norme intérieure du pays » …… et les choses s'arrangent d'elles mêmes et tout s'en va à vau-l'eau.

La désorganisation dans le contrôle et le retard dans l'établissement de la norme technique constituent des failles qui peuvent être utilisées par les entreprises.

Qiu Baochang, spécialiste et conseiller à l'Association des consommateurs chinois, a indiqué que pour en tirer plus de profits ou bien en raison du bas coût de l'infraction à la loi, certaines entreprises internationales baissent intentionnellement la norme de leurs produits ou bien transgressent délibérément au règlement, ce qui porte atteinte sérieusement à leur réputation et cette façon d'agir n'est aucunement sensée, ni raisonnable, ni judicieuse.

En dehors du désir des entreprises d'obtenir le plus grand intérêt et le plus grand profit possible, le désordre et la souplesse dans le contrôle ainsi que le retard accusé dans l'établissement de la norme technique présentent des failles aux entreprises qui les utilisent pour en tirer profit. En réalité, pour ce qui est des secteurs de denrées alimentaires, des produits chimiques d'usage courant et des jouets, les normes appliquées ont été souvent mises en doute par les spécialistes et les consommateurs qui les accusent d'être « en retard » et d'être « désordonnées ». Qiu Baochang a cité l'exemple du secteur de la denrée alimentaire en faisant remarquer que parmi les normes qui régissent différents produits alimentaires, il existe des contradictions, alors que certaines d'entre-elles s'entrecroisent ou bien s'opposent l'une à l'autre.

Pour pouvoir dissiper l'écart et la différence, il est nécessaire de faire disparaître les « déficiences » de la norme.

Cependant, excepté l'écart et la différence de l'environnement dans diverses régions, les différentes réalités sociales influencent également l'établissement de la norme. On ne peut nier que pour la norme intérieure du pays, certains de ses critères sont effectivement inférieurs par rapport aux autres pays du monde et cela constitue les « déficiences » de la norme et celles-ci présentent des « failles » que les entreprises saisissent pour en tirer profit. C'est pourquoi pour pouvoir dissiper définitivement et totalement l'écart et la différence de la norme, il est nécessaire de procéder sérieusement à la disparition des « déficiences ».

Quant à Qiu Baochang, il insiste que comparaison faite avec les normes internationales, notre pays pratique également des normes relativement élevées, mais le problème c'est que pour certaines d'entre-elles, leur critère est plutôt inférieur. « D'un côté, il est nécessaire pour les entreprises chinoises qu'elles fassent des efforts pour procéder au réajustement dynamique, pour encourager la création et l'innovation et pour appliquer de nouvelles normes plus élevées. De l'autre côté, les départements concernés ne doivent pas en aucun cas se prêter par complaisance aux désirs et aux exigences d'un petit nombres d'entreprises et d'abaisser à cet égard la demande de la norme. », car, a-t-il ajouté, l'abaissement de la norme encourage la paresse, la fainéantise et l'inaction, tout en empêchant et en faisant obstacle au développement de la technique et au progrès de la société. Quant aux entreprises multinationales, elles saisiront l'occasion pour diminuer leur norme de production à l'intérieur de notre pays, ce qui n'est aucunement dans l'intérêt de l'exportation des produits fabriqués en Chine.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Les présidents chinois et américain s'engagent à renforcer le partenariat sino-américain
Faut-il vraiment limiter les émissions de divertissement à la télévision ?
De la Chine à l'Europe, ou d'un 11 novembre à l'autre
Qui peut sauver l'Europe ?