Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 07.09.2011 15h20
Un verdict discutable qui porte atteinte à la société

La chute d'une nouvelle personne âgée et son décès vient à nouveau de mettre en question le célèbre jugement sur l'affaire Peng Yu de Nanjing.

Un vieil homme de 88 ans a glissé et est tombé à l'entrée d'un marché aux légumes situé à environ 100 mètres de chez lui, et il est resté allongé sur le sol, face contre terre, jusqu'à ce qu'une ambulance arrive une heure et demie plus tard. Le malheureux est décédé d'une « obstruction des voies respiratoires causée par un saignement de nez ».

Si seulement quelqu'un avait pensé à le retourner ou seulement à le mettre sur le côté, il aurait peut-être survécu. Mais aucun des passants du quartier de Zhiyin à Wuhan, capital de la Province du Hubei, n'a offert une main secourable au vieil homme pendant ces 90 longues minutes.

Ils devraient normalement être condamnés pour leur sécheresse de coeur et leur lâcheté. Cependant, la plupart des gens qui ont appris la nouvelle par les médias pensent autrement. Pendant douze heures, à partir de 4h22 du matin dimanche, quand la nouvelle est d'abord sortie sur internet, 29 892 utilisateurs de Sina.com ont écrit des commentaires sur l'incident. La plupart d'entre eux ont dit qu'ils comprenaient pourquoi les passants n'avaient rien fait pour aider le vieil homme, et beaucoup ont admis qu'ils auraient fait la même chose s'ils avaient été là.

En Chine, tout le monde sait pourquoi. C'est le résultat de nombreux cas survenus dans le passé, quand le bon samaritain a été accusé par le bénéficiaire, ou la famille du bénéficaire, d'être le responsable de l'accident. Cherchez des articles sur ce sujet en ligne, et vous vous rendrez compte qu'il y en a eu des dizaines ces dernières années. Parmi eux, l'affaire Peng Yu est la plus emblématique.

En 2006, Peng Yu, un jeune habitant de Nanjing, capitale de la Province du Jiangsu, a aide une femme âgée qui était tombée. Plus tard, elle l'a accusé de l'avoir fait tomber. Et le tribunal trancha en faveur de la plaignante, se basant sur le raisonnement que Peng Yu n'aurait pas aidé cette personne « s'il n'avait pas causé la chute ». le verdict déclencha la colère du public, qui compara le juge aux « juges distraits » de la Chine ancienne. Bien que l'affaire ait ensuite abouti à un arrangement, Peng Yu a tout de même dû payer 10% des frais, et il a été cité à chaque fois qu'un accident similiare est arrivé par la suite.

Le 26 août de cette année, à Rugao, dans la Province du Jiangsu, un chauffeur de bus vit une femme âgée gisant sur le sol près de son tricycle renversé. Il arrêta son véhicule et accourut à son aide. Plus tard, cette femme âgée de 81 ans déclara à la police que c'était son bus qui avait heurté son tricycle. Fort heureusement, le bus était équipé d'une caméra vidéo. La police contrôla l'enregistrement et se rendit compte que la femme avait menti.

[1] [2]

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
La Chine n'est pas opposée "en principe" au dégel des avoirs libyens
Quotidien du Peuple : la gestion de crise ne peut pas aider ConocoPhillips
Comment les femmes peuvent réussir dans un monde d'hommes
La Corne de l'Afrique, un test pour notre conscience