Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 31.08.2011 16h19
Le déjeuner de M. Bidden, plus un coup de génie médiatique qu'une critique économique
Yaoji Chaogan, un restaurant traditionnel de Beijing situé près de la Tour du Tambour, a accru sa renommée après une visite récente de Joe Biden, le Vice-président des Etats-Unis.

Le Vice-président américain Joe Bidden a fait sensation au début de ce mois quand il a honoré, avec son entourage, le restaurant Yaoji Chaogan de Beijing de sa présence lors de sa visite officielle en Chine. Cette visite inattendue dans ce restaurant humble et sans chichis a fait que la visite de M. Bidden a été qualifiée par certains médias de « diplomatie des nouilles ». Un certain nombre d'observateurs un peu trop empressés en ont immédiatement tiré la conclusion que cette visite était une tentative soigneusement orchestrée pour suggérer que le Yuan devrait continuer à être réévalué. Cela dit, les fondements d'une telle affirmation semblent plutôt minces, en particulier quand on songe à la culture politique des Etats-Unis.

M. Biden et son entourage ont commandé un robuste menu, et tout ça ne leur a coûté qu'à peine plus de 12 Dollars US (79 RMB). Pour les observateurs occidentaux, cette visite dans un restaurant n'est rien de plus qu'un autre exemple de la machine américaine des relations publiques, que l'on sait bien huilée. L'image de M. Biden choisissant un établissement aussi modeste a attire l'attention des medias d'Etat chinois et l'imagination de la plupart des spectateurs. L'image publique est très facilement influencée, et être « du peuple » a certainement contribué à créer une opinion très particulière sur M. Biden chez les spectateurs ordinaires en Chine.

Nombre de soit-disant « internautes » chinois se sont rués sur leurs microblogs pour féliciter M. Biden de son choix de déjeuner dans ce genre de restaurant. Cependant, du fait en partie de la suspicion qui s'est développée envers les politiciens et les responsables, résultat de la culture politique moderne de la Chine, certains ont cherché un autre motif à la « diplomatie des nouilles » de M. Biden. Les critiques américaines du Yuan sous-évalué ont fait les gros titres, en Chine comme à l'étranger. Les Etats-Unis ont décrit le Yuan faible comme étant la cause du déclin de leur secteur manufacturier, affirmant qu'un Yuan plus fort contribuerait à redresser leur balance commerciale déséquilibrée. Dans le même temps, la Chine a défendu avec véhémence le statut de son Yuan, accusant les Etats-Unis de tenter de se mêler des affaires des autres pays. Le déjeuner impromptu de M. Biden a fourni, si l'on peut dire, des biscuits en quantité aux deux côtés pour argumenter.

Ce n'est un secret pour personne que si M. Biden avait commandé le même menu aux Etats-Unis, il lui aurait coûté beaucoup plus que 12 Dollars US. Ce qui fait que certains en ont fait le rapprochement et décrit l'aventure culinaire de M. Biden comme une tentative soigneusement planifiée de critiquer la valeur de la monnaie chinoise. En fait, ce n'est en aucune manière cela. Ce n'est en fait rien d'autre qu'un petit exemple de la redoutable efficacité des Etats-Unis quand il s'agit de relations publiques. Cet article ne cherche nullement à chercher des définitions élaborées de tentatives éventuelles de créer de la « puissance douce », pas plus qu'il ne prétend que c'était un effort soigneux de la part de M. Biden pour développer ce genre de « puissance ». Non, en fait les hommes politiques américains sont tout simplement très bons en relations publiques, tout comme le sont les institutions américaines et les services de presse qui s'y trouvent.

Rui Chenggang, rédacteur en chef et présentateur à la Télévision Centrale de Chine, l'a on ne peut mieux dit : « Les hommes politiques américains savent bien modeler leur image publique. C'est un produit du système ». il a poursuivi en disant que leur talent à créer une publicité positive « valait la peine d'être étudiée ». Les commentaires de Rui Chenggang sonnent particulièrement juste dans un pays où les hommes politiques ont subi de fortes critiques durant le premier semestre de 2011.

L'auteur est rédacteur de nouvelles à la Radio Internationale de Chine. Il est diplômé en histoire et politique modernes de l'Université d'Oxford.

Les articles d'opinion reflètent les opinions de leurs auteurs, et pas nécessairement celles du Quotidien du Peuple en Ligne.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Libye : la Chine proclame son soutien aux Nations-Unies
Les Etats-Unis peuvent-ils réduire un peu leurs dépenses militaires et leur dette, quand ils parlent de la « menace militaire chinoise » ?
L'occident n'a pas renoncé à son intention de déterminer l'orientation du développement du Moyen-Orient
Le dilemme du développement du Japon