Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 16.08.2011 15h47
Train à grande vitesse : la Chine lève le pied

Les trains à grande vitesse chinois contractent leur activité, réduisent leur vitesse et baissent les prix après les recommandations du Conseil des Affaires d'Etat. Ce ralentissement, engagé dès ce mardi, concerne particulièrement la ligne phare Beijing-Shanghai et les lignes Ningbo-Taizhou-Wenzhou, Wenzhou-Fuzhou et Wenzhou-Xiamen dans la province du Zhejiang. Cette décision survient en réponse à la catastrophe ferroviaire du mois dernier à Wenzhou.

Le ralentissement est cette fois bien lié à des exigences de sécurité. Les trains à grande vitesse chinois ont réduit leur vitesse dès ce mardi dans le cadre d'un nouveau système opérationnel.

Le train reliant Shanghai à Hangzhou et Beijing à Tianjin voit leur vitesse passer de 350 à 300 km/heure. Les prix ont également été revus à la baisse de 5%.

D'autres lignes sont affectées par ce nouveau plan, notamment les lignes Ningbo-Wenzhou et Wenzhou-Xiamen. La vitesse a là encore été réduite, de 250 à 200 km/heure, offrant aux voyageurs des délais moins compétitifs pour leurs trajets.

Voyageur

"Celà va me prendre 30 minutes de plus pour arriver à destination. Je peux l'accepter."

Par ailleurs, le nombre de départs de trains à grande vitesse a été revu à la baisse. Les départs quotidiens entre Beijing et Shanghai passent de 88 jusqu'ici à 66 désormais.

La Chine se détourne donc à présent de sa course au record de vitesse pour s'interroger sur la sécurité des passagers après le drame de Wenzhou.

Source: CCTV

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Hu Jintao en tournée d'inspection dans la province du Guangdong
Il faut maintenir le principe de transparence et d'ouverture pour promouvoir les réformes
L'aide chinoise est accompagnée de respect et d'amitié pour les peuples africains
Les Etats-Unis et l'Europe devront assumer leur responsabilité politique pour la reprise de l'économie mondiale