Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 13.06.2011 08h39
L'Union européenne à l'aide des agriculteurs touchés par l'épidémie d'E.coli

L'Etat allemand de Rhénanie-du-Nord-Westphalie a annoncé vendredi avoir détecté pour la première fois la souche tueuse o104 d'E.coli sur des graines germées, après que ces dernières ont été désignées comme étant la source de l'épidémie par le centre de contrôle national allemand de maladie.

Les ministres de l'agriculture de l'Union européenne a tenté le 7 juin de trouver un accord pour débloquer une aide financière aux producteurs de fruits et de légumes, dont les ventes se sont effondrées après le déclenchement de l'épidémie de E.coli.

Bien que la montage et le montant de l'aide n'aient pas encore été définis, la Commission européenne a annoncé lundi que les ministres devraient parvenir à un accord provisoire lors d'une réunion d'urgence au Luxembourg.

L'épidémie de E.coli, qui s'est déclarée dans le nord de l'Allemagne, a paralysé les exportations. L'Etat allemand de Rhénanie-du-Nord-Westphalie a annoncé vendredi avoir détecté pour la première fois la souche tueuse o104 d'E.coli sur des graines germées, après que ces dernières ont été désignées comme étant la source de l'épidémie par le centre de contrôle national allemand de maladie. La cause de la bactérie s'est ajoutée aux difficultés rencontrées par les agriculteurs, les distributeurs et les commerçants.

Aigner avait réitéré plus tôt les avertissements lancés aux consommateurs d'éviter les germes de soja, les concombres, les tomates et les salades.

Les scientifiques estiment que la contamination pourrait s'être propagée sur ou dans les graines de soja ou dans l'eau utilisée pour les cultiver, ou encore provenir d'un travailleur les ayant manipulés.

« Les germes de soja ne sont pas une cause d'intoxication alimentaire rare », a déclaré à Reuters Paul Wigley, de l'Ecole en Sciences vétérinaires de l'Université de Liverpool, affirmant que les centres pour le contrôle des maladies des Etats-Unis et le ministère américain de l'Agriculture sont depuis longtemps préoccupés par les risques associés à la production de germes de soja.

« Les épidémies d'E.coli et de salmonelle aux États-Unis et en Grande-Bretagne ont été liées à des germes », souligne Wigley.

Indemnisation

A Bruxelles, selon une source proche de l'Union européenne, la solution la plus probable pour qu'une aide financière soit examinée est d'étendre un programme communautaire déjà en place de prévention des crises, qui indemnise les producteurs de fruits et de légumes pour le retrait de leurs produits des marchés.

Toujours selon cette source, et d'après ce programme, jusqu'à la fin juin les producteurs de l'UE recevront environ 30 % de la valeur totale des produits invendus, grâce à une aide financière de l'UE, (le pourcentage exact reste inconnu).

Le vice-Premier ministre espagnol a menacé les autorités régionales allemandes de poursuites judiciaires pour avoir identifié à tort les concombres espagnols comme les sources de la contamination, mais la Commission a souligné que la crise avait touché tous les producteurs de l'UE.

« Nous avons constaté une baisse de la consommation. Il y avait déjà un problème avec la consommation avant toute remarque sur les concombres espagnols », a souligné le porte-parole pour l'agriculture de la Commission européenne, Roger Waite.

« Pour nous, la question principale, c'est de trouver une solution européenne à un problème européen... et qui prenne en charge tous les producteurs de fruits et légumes de l'Union européenne. »

Lundi, le groupe espagnol industriel de fruits et légumes FEPEX a déclaré que ses agriculteurs avaient perdu 175 millions d'euros (256 millions de dollars) en exportations et 50 millions d'euros en ventes nationales au cours de la première semaine suites aux accusations des responsables allemands citant l'Espagne comme étant la source de l'épidémie.

Selon l'association européenne de produits frais Freshfel Europe, les dernières estimations nationales évaluaient le dommage économique hebdomadaire à environ 200 millions d'euros en Espagne, 80 millions aux Pays-Bas, 20 millions en Allemagne, 4 millions en Belgique et 3 millions au Portugal.

« Les exportations de légumes néerlandais sont au point mort », a affirmé le ministre des affaires économiques néerlandais Henk Bleker.

Le commerce de fruits et légumes frais dans l'Union européenne est estimé à 2,5 milliards d'euros par semaine, et le secteur des légumes frais a été plus durement touché par la crise, selon Freshfel.

« Nous espérons toujours que l'Union Européenne libérera des fonds destinés à la promotion, en plus (de l'aide aux producteurs), afin de restaurer la confiance des consommateurs dans le secteur », a déclaré Frédéric Rosseneu, conseiller en sécurité alimentaire chez Freshfel.

Le distributeur français Casino a déclaré que les ventes de concombre dans ses magasins français avaient baissé de 20 % la semaine dernière, mais les ventes des autres légumes frais avaient augmenté de 2,6 % sur la même période.

Selon Tesco, le plus grand distributeur britannique, les ventes de salades et de légumes frais n'ont pas été touchées par la crise, et la plupart de ses produits frais venaient de fermes britanniques.




[1] [2] [3]

Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le 2e satellite d'observation lunaire chinois Chang'e-2 pénètre dans l'espace extérieur
Le Conseil des affaires d'Etat appelle à augmenter les dépenses dans l'éducation et à un développement sain du secteur logistique
Tensions en Mer de Chine méridionale : un test grandeur réelle pour la Chine
Que cherche Google, en calomniant la Chine ?
Quand l'économie de la Chine dépassera t-elle celle des Etats-Unis ?