Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 31.05.2011 16h34
(Panorama de Chine) Enfants "laissés derrière" : réconforter "les hirondelles solitaires"

Tan Rong ne demande ni de jolis vêtements ni de jouets dans sa "liste de voeux" pour la Journée internationale de l'Enfance, elle ne veut que célébrer la fête avec ses parents. Mais elle sait bien que cela est impossible.

Tan Rong a 13 ans et est une élève de l'école Tianquan dans le district de Shizhu à Chongqing, dans le sud-ouest de la Chine. Ses parents l'ont laissée chez ses grands-parents pour partir travailler dans la province du Zhejiang, dans l'est du pays quand elle avait 3 ans. Au cours des 10 années qui ont suivi, la fillette n'a pu revoir ses parents qu'à l'occasion de la Fête du printemps.

Les recettes de riz, de pomme de terre et de riz cuit à la vapeur sont devenues les spécialités de Tan Rong, et après la classe, elle aide également ses grands-parents à faucher l'herbe et à fendre du bois de chauffage. Elle pense beaucoup à ses parents chaque fois qu'elle n'est pas contente, a-t-elle confié.

Comme Tan Rong, les enfants vivant dans des villages et dont les parents travaillent en ville sont appelés les "enfants laissés derrière". Tan Zhengrong, directeur de l'école Tianquan, a qualifié ces enfants d'"hirondelles solitaires".

"Ces enfants sont en manque d'éducation et d'affection, et comme notre école se situe dans une montagne à plus de 1 000 mètres d'altitude, la vie ici est monotone. Les enfants se sentent seuls et ne manifestent que peu d'enthousiasme pour les choses. Je trouve qu'ils ressemblent à des hirondelles solitaires dans le ciel", a avoué le directeur.

Il y a 252 élèves dans l'école Tianquan, dont 60% sont des enfants "laissés derrière". Selon des statistiques, le nombre d'enfants à Chongqing dont les parents travaillent loin a atteint 1,342 millions. Et d'après les données de la Fédération nationale des Femmes de Chine, il y a plus de 58 millions d'enfants dans ce cas de figure à travers le pays, dont la plupart vivent dans l'ouest.

Encouragés par une série de politiques, de plus en plus d'habitants ruraux chinois sont partis pour travailler dans la ville, laissant leurs enfants dans leur village en raison de nombreux problèmes, tels que le coût de la vie.

D'après Chen Zhilin, professeur à l'École normale supérieure de Chongqing et psychologue pour enfants et adolescents, l'absence d'éducation et de surveillance des parents a une influence néfaste sur l'adaptation à la société des enfants "laissés derrière", sur leur psychologie, leur caractère et leurs comportements.

Une enquête menée par le Fonds des Nations Unies pour l'enfance, centrée sur les problèmes psychologiques des enfants "laissés derrière" dans l'ouest de la Chine, montre que plus longtemps les parents restent travailler en ville, plus graves sont les problèmes psychologiques de leurs enfants, a indiqué M. Chen.

Peng Xiaomin, camarade de classe de Tan Rong, est aussi une "hirondelle solitaire", mais son ciel est plus sombre à cause de son infirmité et de sa famille monoparentale.

Comme sa mère est morte en couches et son père travaille loin, Peng Xiaomin vit avec son grand-père depuis sa plus tendre enfance. Elle souffre d'une infirmité aux jambes suite à une chute de sa mère lorsqu'elle était enceinte. En manque d'affection, la fillette ne confie ses inquiétudes et son complexe d'infériorité qu'à son professeur : on n'a pas d'argent pour soigner mes jambes, que dois-je faire si je suis traitée de façon discriminatoire au collège ?

Ces dernières années, on prête de plus en plus d'attention aux problèmes concernant l'éducation, la vie et la psychologie des enfants dont les parents travaillent loin.

Depuis 2003, le gouvernement central a pris des mesures pour réduire les frais d'éducation en ville pour les enfants des travailleurs migrants. Durant ces 3 dernières années, la Chine a alloué 6,2 milliards de yuans pour résoudre le problème de l'éducation de ces enfants.

Des gouvernements locaux et des grandes entreprises publiques ont également pris des mesures pour améliorer la vie de ces enfants et à apaiser les préoccupations de leurs parents, comme construire des pensionnats, fournir des services téléphoniques et recruter des volontaires.

Avant cette Journée internationale de l'Enfance, Tan Rong et Peng Xiaomin ont reçu des cadeaux apportés par de jeunes volontaires.

"Au début, les enfants "laissés derrière" restaient silencieux et ne voulaient surtout pas parler de leur famille. Maintenant, chaque fois qu'on vient ici, ils nous entourent tout de suite et souhaitent parler avec nous", a raconté la volontaire You Weihong.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Roland-Garros 2011 : Li Na qualifiée pour les quarts de finale entre dans l'histoire du tennis chinois
Chine : près de 35 millions de personnes affectées par la sécheresse sur les cours moyen et inférieur du fleuve Yangtsé
La Chine le Japon et la Corée du Sud progressent lentement vers un accord de libre-échange
Plutôt créer un autre FMI que de se disputer le poste de directeur général de l'actuel FMI
De la sur-dépendance envers le Dollar