Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 26.05.2011 08h39
Variole : La destruction des stocks reportée

Les négociations sur l'avenir des échantillons restants du virus de la variole reprendront dans trois ans, a déclaré le Dr Pierre Formenty, chef de l'équipe chargée des pathogènes émergents et dangereux (EDP) à l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

A l'occasion de la 64e Assemblée générale de la santé, les 193 membres de l'OMS ont décidé de reporter leurs discussions sur l'avenir des échantillons restants du virus de la variole.

Le 29 octobre 1979, l'OMS a déclaré la variole éradiquée de la surface de la terre et la vaccination a été interrompue en 1980. Au cours de la même année, l'OMS a décidé que seuls deux laboratoires pouvaient conserver des stocks de virus : le Centre de contrôle des maladies d'Atlanta (Etats-Unis) et un centre de recherche russe, à Novossibirsk.

En 1986, les Etats-membres de l'OMS ont reconnus la nécessité de détruire les derniers stocks officiels détenus par les Etats- Unis et la Russie mais depuis aucune date n'a pu être déterminée.

Le Dr Pierre Formenty a expliqué que la destruction des stocks de virus de la variole a été reportée à de nombreuses reprises pour permettre aux chercheurs de développer des vaccins et des traitements plus efficaces contre la maladie.

« En dix ans deux vaccins ont été créés. Le vaccin de dernière génération peut être utilisé par des personnes dont le système immunitaire est compromis (HIV positif) ce qui n'était pas le cas avec le précédent vaccin», a indiqué M. Formenty.

Selon le spécialiste de l'OMS, les trois années à venir serviront pour « effectuer des tests supplémentaires sur l'animal pour être sûr de l'efficacité des antiviraux chez l'homme. »

Après de nouvelles discussions qui n'ont pas permis de trouver un consensus, les pays membres de l'OMS ont décidé de reprendre le débat sur la destruction des derniers stocks de virus de la variole dans trois ans, a ajouté M. Formenty.

Dans un projet de résolution soumis lundi dernier aux membres de l'OMS, la Russie et les Etats-Unis avaient une nouvelle fois proposé de conserver les échantillons du virus de la variole afin de poursuivre les recherches et de rediscuter dans cinq ans d'une date pour leur destruction définitive. Le projet de résolution était soutenu notamment par l'Union Européenne, le Canada, Israël, Monaco, la Colombie et la Chine. L'Iran au nom d'une vingtaine de pays, la Thaïlande, le Zimbabwe, la Malaisie estimaient qu'il n'y avait plus de raisons d'attendre pour convenir d'une date de destruction des stocks existants.

Washington et Moscou prônent la conservation des stocks pour des raisons scientifiques mais surtout en cas de menace bio- terroriste.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
S'inspirer de l'expérience tirée de l'Expo universelle et des jeux asiatiques dans la lutte contre la corruption
La Chine s'oppose à toute intervention étrangère en Syrie (porte-parole du ministère des A.E.)
Alcool au volant : tout reste à faire (ou presque...)
La voie du Tibet vers la démocratie