Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 20.05.2011 16h35
La classe des privilégiés empiète sur les intérêts publics

Récemment, le Musée du Palais de Beijing a transformé un de ses palais de la Cité Interdite, reconstruit en 2000 après qu'un incendie l'ait détruit en 1923, en un club privé pour les riches. D'après les rumeurs, le droit d'entrée dans ce club atteindrait un million de Yuans. Les responsables du Musée du Palais ont démenti ce prix scandaleux, mais cela n'a pas empêché le public de continuer à exprimer son indignation face à un nouvel exemple de ce que la classe privilégiée arrache au public.

La Cité Interdite, en tant que patrimoine ancien, appartient au peuple dans son entier. Le Musée du Palais, en tant qu'institution créée par l'Etat -et donc par les contribuables- devrait être au service du peuple dans son entier, plutôt qu'à celui d'un certain groupe de privilégiés. S'il s'avère que les rumeurs selon lesquelles le Musée du Palais utilise un endroit public pour gagner de l'argent sont fondées, en ce cas, c'est contraire à la loi, mais aussi à l'éthique.

Cette nouvelle classe de privilégiés ne représente que 0,4% de la population, mais elle possède près de 70% de la richesse du pays. D'après Zheng Yongnian, un universitaire de Singapour, ce qu'on appelle la classe moyenne et la société correspondante en forme d'olive n'existe pas encore en Chine, ce qui cause de nombreux problèmes sociaux, comme un fossé grandissant entre les pauvres et les riches, une pression plus forte sur les classes inférieures, et des conflits entre classes qui se multiplient.

L'incident du Musée du Palais n'est pas la première fois que cette nouvelle classe privilégiée mord sur les intérêts publics. Les personnes appartenant à cette classe s'emparent des meilleures sources publiques qui devraient être accessibles de manière égale à tout le monde. Par exemple, les enfants des familles privilégiées ont un bien meilleur accès à la meilleure éducation publique, du jardin d'enfants à l'université. Cette élite jouit aussi de biens meilleurs soins de santé dans les hôpitaux publics. Il se dit même qu'il existe des fermes qui produisent des aliments qui leurs sont spécialement destinés, pour être sûr qu eleur nourriture est saine, et leurs grandes maisons et leurs golfs s'installent sur un espace précieux alors que la plupart des gens ne savent pas où vivre du fait de la montée des prix de l'immobilier.

Cet empiètement sur les intérêts publics par la classe privilégiée a causé de nombreux problèmes. Mais le plus dangereux, c'est leur influence sur l'élaboration des politiques et leur application. Ils maximisent leurs propres intérêts au détriment des intérêts des autres membres de la société, ce qui rique d'aggraver les conflits de classe et de causer une plus grande instabilité sociale. Le Gouvernement doit prendre davantage de mesures efficaces pour favoriser l'égalité sociale et réduire le fossé entre les riches et les pauvres.

L'auteur, Gong Wen, est universitaire invité à l'Ecole de Journalisme et de Communication à l'Université Tsinghua.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chine/Pakistan : réception pour marquer le 60e anniversaire de l'établissement de leurs relations diplomatiques
Le vice-président chinois rencontre le président du Conseil européen
L'informatique en nuage en Chine
La gravité de la conduite en état d'ivresse ne s'évalue que par le sang
La mauvaise qualité des championnats chinois, un handicap pour l'industrie du sport
Comment traiter les traumatisms post-séisme
Le vol d'oeuvres d'art à la Cité Interdite doit déclencher une alarme