Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 16.05.2011 16h33
Les riches chinois souhaitent créer des fondations de famille

Les milliardaires du Continent chinois montrent un intérêt toujours plus grand à établir des fondations de famille pour des objectifs charitables, en ligne avec ce que les experts estiment être la façon la plus décente pour les riches de dépenser leur argent.

Au début de ce mois, Cao Dewang, Président du géant du verre Fuyao Group de Fuzhou, dans la Province du Fujian, a utilisé des actions d'une valeur de marché de 3,55 milliards de Yuans (546 millions de Dollars US) pour créer une fondation de famille.

La Fondation Heren, qui tire son nom de celui du père de M. Cao, est la fondation de famille la plus importante du Continent. Sa mission est de fournir un soutien pour l'éducation, les soins de santé et divers projets ayant pour but d'éradiquer la pauvreté.

Les entrepreneurs chinois qui ont réussi sont aujourd'hui désireux de donner de l'argent à des oeuvres de bienfaisance, mais ils vont rarement aussi loin que créer une fondation de famille.

Zong Qinghou, le fondateur du Hangzhou Wahaha Group, une très importante société du secteur des boissons en Chine, est une exception.

S'exprimant lors d'une conférence à Beijing, M. Zong a en effet dit qu'il souhaitait créer une fondation de famille.

« Cela fait longtemps que notre président, Zong Qinghou, songeait à créer sa fondation de famille », a dit au China Daily Shan Qining, un porte-parole de Wahaha. « Mais c'est la première fois qu'il annonce cela au public ».

Expliquant ses buts, M. Zong a dit qu'il voulait établir un prix reconnu internationalement, similaire au Prix Nobel, afin d'encourager davantage de scientifiques chinois qui ont réussi à travailler pour faire des innovations technologiques.

M. Zong a également dit qu'il prendrait une partie des bonus annuels qu'il reçoit des 150 entreprises dans lesquelles il a des parts et utiliserait cet argent pour « fournir des fonds de roulement » destinés à acquitter les frais de fonctionnement de la fondation, a rapporté le Beijing News.

M. Zong, dont la fortune se monte à 5,9 milliards de Dollars US environ, a été classé en 3e position de la « Liste Mondiale des Milliardaires Chinois » 2011, publiée par Forbes China.

Rupert Hoogewerf, Président du Rapport Hurun, a dit que ceux qui font oeuvre de bienfaisance en Chine tireront profit du fait qu'une personne aussi influente que M. Zong a décidé de créer une fondation de famille.

Opinion à laquelle souscrit Wang Zhenyao, Directeur de l'Institut de Recherche en Philnathropie de la Fondation One à l'Université Normale de Beijing.

M. Wang s'est félicité du fait que MM. Cao et Zong aient choisi de donner des actions et des bonus à leurs fondations plutôt que de faire de simples donations. Ces manières de financer devraient permettre en effet d'éviter les pénuries de fonds auxquelles la plupart des fondations publiques font face sur le long terme.
Dans le meme temps, ceux qui veulent faire le bien ne sont pas tous obligés de donner aux oeuvres de bienfaisance, a dit Deng Guosheng, Directeur adjoint du Centre de Recherche sur les Organisations Non Gouvernementales à l'Université Tsinghua.

Les riches, a t-il dit, peuvent aussi faire du bien à la société en utilisant leur argent pour améliorer les équipements utilisés par leurs entreprises, ou embaucher davantage d'employés.

« Un bon patron ne deviendra pas nécessairement un bon philanthrope », a dit M. Deng.

Il a ajouté que les riches devraient en apprendre davantage sur les politiques régissant les dons de charité et embaucher des professionnels pour gérer leurs fondations.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Les eaux chinoises sont globalement saines (rapport gouvernemental)
La réforme du système financier et le réajustement des intérêts de la division internationale du travail
Comment traiter les traumatisms post-séisme
Le vol d'oeuvres d'art à la Cité Interdite doit déclencher une alarme
Le siècle de l'Asie est-il devant nous ?
Comment créer un "royaume idéal sur Internet" ?
Les Etats-Unis doivent évaluer à sa juste valeur la contribution du Pakistan à la lutte anti-terrorisme