Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 17.03.2011 17h16
Shuanghui présente des excuses après le scandale des additifs

Plus grand transformateur de viande de Chine, le groupe Shuanghui a présenté des excuses le 16 mars après la découverte de la présence d'un additif illégal dans les produits à base de viande de l'une de ses filiales.

« Le groupe Shuanghui tient à présenter ses excuses en raison de l'implication de Jiyuan Shuanghui, l'une de ses filiales, dans l'affaire du Clenbuterol », peut-on lire sur ce communiqué publié sur son site mercredi après-midi.

La cotation de l'action de Henan Shuanghui Investment & Development Co, Ltd., a été suspendue à la bourse de Shenzhen à 9 h 30 après la diffusion mardi par la CCTV, de l'information selon laquelle Jiyuan Shuanghui Food Co, Ltd., aurait acheté de la viande de porc ayant reçu du Clenbuterol.

Le Clenbuterol est un additif chimique susceptible d'être administré aux porcs afin de les empêcher d'engraisser. Son utilisation est interdite, car il peut se retrouver dans la viande du porc. C'est par ailleurs un poison pour les humains s'il est injecté.

Selon le communiqué, le groupe a ordonné à sa filiale d'interrompre la production et a envoyé sur place un directeur général adjoint afin de résoudre les problèmes.

Le groupe a également exigé de toutes ses filiales qu'elles fassent preuve de plus de rigueur dans leur gestion des achats, dans la production et les ventes afin d'assurer la qualité des produits, poursuit le communiqué.

Mardi, le ministère de l'Agriculture a envoyé une équipe d'enquêteurs dans le Henan et le gouvernement provincial a ordonné à 16 fermes d'arrêter la vente de porcs et de viande de porc avant de mettre sous scellés la nourriture destinée aux cochons, et suspectée de contenir l'additif.

« Le groupe a mené 18 procédures d'inspection afin de vérifier la qualité de sa viande de porc », a déclaré un dirigeant, collaborateur du président du groupe, sans expliquer pourquoi l'additif illégal n'avait pas été détecté.

Les actions de Shuanghui Development (000895.SZ) ont chuté mardi de 10 %, un plafond quotidien ne pouvant être dépassé, à 77,94 yuans. La notification de suspension de cotation précise que l'échange des actions reprendrait après la vérification de faits afférents au dossier.

Le siège du groupe Shuanghui est situé dans la ville de Luohe, dans le Henan et possède un capital de plus de 10 milliards de yuans (1,52 milliard de dollars). Le groupe compte des usines dans 12 provinces à travers la Chine, produisant des aliments à base de viande cuite comme de la saucisse. Il a des filiales au Japon, à Singapour, aux Philippines et en Corée du Sud, selon son site Internet.

Zheng Baoliang, docteur en biologie à l'Université de l'ingénierie de l'élevage de Zhengzhou, les êtres humains peuvent être pris de nausées et souffrir de maux de tête et de tremblement des membres après ingestion du Clenbuterol. Un risque de cancer n'est pas non plus à exclure.

Li Changqing, directeur général de l'entreprise d'élevage Xinda Husbandry Company, dans le Henan, a déclaré que cette affaire allait sévèrement affecter toute la filière.

« L'affaire du Clenbuterol va bien sûr endommager la confiance des consommateurs lors de l'achat des produits à base de viande », explique Li. « Des mesures devraient être prises immédiatement pour éviter des conséquences similaires à celles qui ont affecté l'industrie laitière après le scandale de la mélamine. »

En 2008, la mélamine présente dans le lait en poudre a tué au moins six enfants et en a rendu malade 300 000 autres à travers le pays, menant à une perte totale de confiance dans l'industrie laitière du pays.

Le scandale de la viande de porc au Clenbuterol a provoqué une forte réaction des consommateurs à travers le pays. Ces derniers n'ont pas manqué d'exprimer leur inquiétude et déception à l'égard du géant de l'agroalimentaire.

« J'ai toujours acheté les saucisses Shuanghui en pensant que c'était la marque chinoise la plus fiable, mais maintenant je ne sais plus à quelle marque je dois faire confiance », avoue cette consommatrice de 28 ans résidant à Beijing.

« Peut-être devrais-je tout simplement arrêter de manger des saucisses », déclare-t-elle, faisant ses courses dans un supermarché Walmart.

Hu Qianru, éditrice pour un site Internet à Guiyang, capitale de la province du Guizhou, dans le sud-ouest de la Chine, est, elle aussi, inquiète. Elle adore les saucisses, mais ne faisait confiance qu'à Shuanghui.

« J'ai entendu que les petites entreprises utilisaient la viande des cochons morts pour faire des saucisses, donc j'ai toujours choisi la marque nº 1 Shuanghui », explique Hu. « Je ne sais même pas quelle marque est nº 2. Bien que j'adore les saucisses, j'ai décidé de ne pas en acheter pendant un moment », dit-elle.

Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le président chinois souligne l'importance de l'innovation technologique face à la compétition globale
Séisme/Japon : arrivée dans la zone sinistrée de l'équipe de sauvetage chinoise
Que penser de l'accident nucléaire au Japon ?
Quels avantages le 12e plan quinquennal pourra-t-il apporter aux habitants ?
Pourquoi la situation agitée au Moyen-Orient a-t-elle connu un développement si rapide?
On ne construira pas l'équité sociale avec des troubles
Priorité à la prospérité de la population