Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 06.01.2011 08h20
Chine : la condamnation à la peine de mort du chef d'un réseau de prostitution à Chongqing confirmée en appel

Une cour supérieure de la municipalité de Chongqing (sud-ouest) a annoncé mercredi 5 janvier son avis favorable à la condamnation à la peine de mort de Wang Ziqi, à la tête d'un réseau de prostitution.

Le tribunal populaire supérieur de Chongqing a maintenu en appel le verdict du tribunal populaire intermédiaire No.5 de Chongqing. L'exécution aura lieu après examen et approbation de la sentence par la Cour populaire suprême chinoise.

Wang Ziqi a été condamnée en août 2010 pour cinq chefs d'inculpation : organisation et contrôle d'une bande criminelle, proxénétisme, organisation d'un réseau de prostitution, séquestration et corruption active.

Tao Minggu, un autre membre important de la bande de Wang Ziqi, a aussi été condamné à mort par le tribunal intermédiaire.

De plus, les deux personnes ont été privées à vie de leurs droits civiques et leurs biens ont été confisqués.

Un autre membre de la bande a également reçu une condamnation à mort avec deux ans de sursis, 23 autres ont reçu des peines d'emprisonnement variant de deux ans à perpétuité.

Par ailleurs, le tribunal a condamné quatre agents de police de Chongqing à des peines de prison allant de 3,5 ans à 15 ans, pour avoir monnayé des pots-de-vin contre leur protection.

Depuis dix ans, ce réseau clandestin a forcé des centaines de femmes à se prostituer dans des maisons closes déguisées en salons de thé, de beauté et hôtels.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine reçoit une invitation de l'Iran à visiter ses usines nucléaires
Le froid intense se poursuit au sud de Chine
Une Chine qui monte en puissance suscitera plus de critiques
Comment vendre l'image d'un Dragon amical ?
Les mesures de règlement des embouteillages à Paris méritent d'être étudiées par Beijing
Interaction active entre la Chine et le monde
Ne pas céder l'Afrique à la Chine est une logique perverse