Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 07.12.2010 15h53
Le fossé des richesses crée aussi un complexe d'infériorité

Plus de 45% des fonctionnaires du Parti et du gouvernement pensent qu'ils appartiennent à une fraction « vulnérable » de la société, a découvert une enquête récente.

Les résultats ont montré que le nombre des personnes qui se sentent « inférieures » grandit, et cela en dépit des améliorations continues apportées au système de sécurité sociale, qui ont permis de faire monter de nombreuses catégories désavantagées.

Le magazine People's Tribune de Beijing a interrogé 6 235 personnes appartenant à différents groupes sociaux. L'enquête a découvert que 45,1% des fonctionnaires du Parti ou du Gouvernement, 57,8% des cols blancs et 55,4% des intellectuels se sentaient « impuissants ».

De plus, 73,5% des internautes ont déclaré qu'ils se sentaient appartenir à un « groupe social vulnérable ».

« Ce sentiment de vulnérabilité qui monte vient d'une mentalité qui se focalise sur les inégalités plutôt que sur des situations économiques réelles », a dit Zhu Jinchang, professeur à l'Académie Chinoise des Sciences Sociales.

« Les Chinois ont été habitués pendant longtemps à une redistribution égalitaire des richesses datant de l'ère de l'économie planifiée. Et il est vrai que si la réforme et l'ouverture ont amélioré la situation de tout le monde, elles ont aussi provoqué un élargissement du fossé des richesses. De ce fait, davantage de personnes perçoivent leur statut social comme déclinant ».

De plus, 37% des personnes qui ont répondu ont dit être « submergés » par la pression, tandis que 29% disent qu'une compétition déloyale les laisse démunis et que 16% ressentent des violations des droits de l'homme.

De nombreuses réponses font écho aux propos de Zhu Shenghua, âgé de 26 ans, qui a quitté son travail à Beijing et est retourné vivre dans sa ville natale, au Zhejiang.

« Je me suis enfermé dans les livres pour pouvoir entrer dans une des meilleures universités, et ensuite j'ai travaillé sans relâche pour m'assurer un avenir brillant », a-t-il dit.

« Mais il s'est avéré que je n'avais aucune chance de vivre de manière décente à Beijing, parce que je pouvais à peine me permettre de payer l'accompte pour un appartement, quand bien même j'aurais économisé la totalité de mon salaire pendant 100 mois pour cela ».

Les fonctionnaires de la fonction publique semblent moins se plaindre, a également découvert l'enquête.

Leurs premières sources de stress viennent de la rude compétition entre les fonctionnaires, de règles compliquées mais non écrites, de lourdes charges de travail et de salaires modérés.

« Après avoir passé 1 783 jours dans le royaume de la fonction publique, j'ai découvert que j'étais totalement différent de l'homme puissant que j'avais imaginé devenir », a ainsi dit Jiang Zhongfu, ancien maire adjoint de la ville de Linxiang, dans la province du Hunan.

« Si je vous dis que les dirigeants du Parti de niveau comté ne peuvent joindre les deux bouts avec leur salaire et que le budget annuel pour l'utilisation d'une voiture de fonction d'un responsable de comté se monte à seulement 10 000 Yuans (1 500 Dollars US), vous aurez sans doute du mal à me croire ».

Mais de nombreuses personnes critiquent les plaintes des fonctionnaires.

D'après le magazine China Economic Weekly, le fonctionnaire de base travaillant dans un service dépendant directement du Comité Central du Parti gagne plus de 10 millions de Yuans en une trentaine d'années.

« Les fonctionnaires satisfont leurs droits acquis, et ensuite ils ne montrent leur nez que pour se plaindre », a ainsi dit un col blanc de Beijing du nom de Cong.

« Si ce n'était pas le cas, alors pourquoi de si nombreuses personnes s'acharnent-elles à essayer de devenir fonctionnaires ? ».

Quelque 1,41 millions de candidats ont en effet participé à l'examen national de la fonction publique dimanche dernier.

Pour le professeur Zhu de l'ACSS, du fait que les fonctionnaires du Parti et du gouvernement profitent déjà d'un meilleur statut social et de davantage de ressources sociales que les autres, « l'infériorité n'est peut-être pas ce qui pourrait les caractériser le mieux ».

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Trois satellites Glonass russes s'écrasent dans l'océan Pacifique
La Russie et le Qatar respectivement désignés pays hôtes du Mondialde 2018 et 2022
L'UE doit davantage tenir compte des plaintes et des demandes de l'Afrique
Les enseignants doivent-ils vraiment se mettre à genoux devant leurs étudiants ?
"Sommet de Hambourg" : l'Europe doit-elle embrasser le dragon chinois ?
« Atterrissage en douceur » pour l'économie chinoise ?
Le changement climatique est plus qu'un problème de négociations