100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 22.11.2010 13h14
Beijing tente de décongestionner son réseau routier

Dans la capitale chinoise, les embouteillages sont un fléau auquel bien peu d'entre nous ont la chance d'échapper. Ce week-end, des experts se sont réunis pour tenter de trouver des solutions à ce problème afin que la croissance de la ville ne se traduise pas par une baisse continue de la qualité de vie.

Zheng Xiyu travaille dans le quartier des affaires situé dans l'est de la capitale chinoise. Chaque jour, elle met 40 minutes pour se rendre au bureau en bus. Malgré la pollution, elle envisage de changer de moyen de transport et de faire reprendre du service à son vélo.

Zheng Xiyu

Employée de bureau

"Aller au bureau en vélo prend aussi longtemps que prendre le bus. Mais c'est plus pratique et plus écologique. "

En septembre dernier, le parc automobile de Beijing s'élevait à 4,5 millions de véhicules. Ce chiffre colossal a conduit les autorités municipales à adopter des mesures de restriction du trafic. Néanmoins, ni ces nouvelles initiatives, ni la mise en service du sixième périphérique n'ont permi de réduire les bouchons et l'enthousiasme des habitants de la capitale pour l'achat de nouveaux véhicules. Pour échapper à l'encombrement des routes, beaucoup choisissent le métro.

Résident local

Beijing

"Le métro est plus rapide que la voiture ou le taxi, surtout durant les heures de pointe."

Lors du colloque organisé samedi pour trouver de nouvelles solutions aux embouteillages, les experts ont souligné que le recours au vélo et le métro ne pourraient pas seuls résoudre ces problèmes. Le réseau de transports publics en surface, long de 170 000 kilomètres, doit également être modernisé.

Et la croissance irrationnelle des véhicules privés est devenue le principal obstacle aux initiatives en faveur des transports publics.

Professeur Mao Baohua

Université Jiaotong de Beijing

"Les véhicules privés occupent la plus grandes partie de l'espace sur les routes. Les bus attirent moins d'usagers parce que les embouteillages les rendent trop lent. Nous devons donc consacrer plus de voies aux transports en commun. "

Mao Baohua et ses collègues ont souligné qu'il n'y avait pas de solutions simples aux embouteillages de la capitale et ont suggéré plusieurs mesures pour résoudre ce problème. Parmi les solutions soulevées, il a été suggéré d'augmenter les voies réservées aux bus, de relever le prix des places de parking en centre ville et d'encourager la location gratuite de vélos. Mais la mise en oeuvre de telles mesures nécessite beaucoup de temps et d'efforts.

Source: CCTV

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine salue la démarche positive du Soudan en faveur d'un référendum dans le sud
Des pratiques illégales de travail à l'origine de l'incendie de Shanghai
Deux Europes dans la crise de la protection sociale
Sarkozy forme un nouveau gouvernement en préparation de la présidentielle (ANLAYSE)
Ce que cherche à obtenir Nicolas Sarkozy en France et dans le monde
Le sourire de Barack Obama à l'Inde est-il juste de pure forme ?
La Chine doit garder la tête froide au sujet de sa 3ème place au FMI