100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 13.09.2010 08h49
Un Chinois a parcouru 129 pays à vélo en 13 ans (REPORTAGE)

Par Chen Shun

Li Yuezhong, un Chinois de 53 ans, se trouve actuellement à Dakar, capitale du Sénégal, la 129e étape de son tour du monde à vélo.

Visage basané et ridé, cheveux tombant sur ses maigres épaules, regard bien assuré, dos légèrement voûté, Li Yuezhong a de quoi fasciner. Il a pour tout bagage une couchette étanche, une tente minuscule, un mini-réchaud à gaz, un simple appareil-photo numérique, plusieurs blocs-notes, la carte du monde, le tout sur sa bicyclette renforcée et adaptée à son usage.

C'est la deuxième fois que cet homme a mis ses deux-roues en Afrique, après son premier séjour effectué il y a 10 ans dans le continent.

"Cette fois-ci, j'ai déjà sillonné une vingtaine de pays. Il me reste encore trois pays à visiter en Afrique, à savoir l'Algérie, la Tunisie et la Libye et en passant, je vais refaire la Mauritanie et le Marco", affirme-t-il sur un ton triomphal.

"Je me sens très à l'aise avec les amis africains. C'est un peu comme chez moi. Au Sénégal, par exemple, les gens sont tellement gentils qu'ils m'invitent parfois à partager leur repas et à dormir chez eux", ajoute-t-il avec un large sourire.

"J'ai connu beaucoup de personnes et appris plein de choses chemin faisant. C'est en fait un échange enrichissant sur les multiples facettes de la culture et les us et coutumes de partout", raconte Li Yuezhong, dimanche, sur l'île de Gorée, entouré de curieux et d'admirateurs.

En effet, les brûlures du soleil propical, les morsures du froid nordique, les dangers de la route, les assauts de malfaiteurs, rien n'a pu entraver la marche en avant de ce fervent de la pédale, déterminé à a atteindre l'objectif qu'il s'est fixé depuis son adolescence : "lire dix mille livres et parcourir autant de lieux dans le monde".

Au cours de ses pérégrinations en Afrique, il a connu les pygmées en Centrafrique ; il a couché à la belle étoile dans une réserve des Massaïs en Tanzanie ; il a subi des tracasseries policières en Somalie ; il a été victimes de plusieurs vols armés en route. Mais il a également bénéficié de l'aide de ses amis anciens et nouveaux rencontrés dans le sillage de son périple africain.

Grand amoureux du voyage, Li Yuezhong, adolescent, avait arpenté les routes chinoises reliant différentes villes et campagnes de son pays. Puis il a eu l'idée de connaître le monde en se déplaçant en vélo. Pour avoir les moyens de réaliser son rêve, il a appris a cuisiner et diplôme de chef de cuisine en poche, il a ouvert un petit restaurant chinois en Bulgarie dans les années 90. En 1997, il a enfourché un vélo avec toutes ses économies dans son balluchon. Direction : le monde.

Sur sa vie privée, le quinquagénaire est plutôt avare de ses mots. Il avoue toutefois qu'il demeure célibataire.

"C'est une question de responsabilité. Si je me mariais, je devrais porter les responsalités de mari et de père. Qui dit vie familiale, dit temps, argent et énergie. Tout cela me manque. C'est pourquoi je me contente de goûter aux plaisirs de mon voyage en solo", confesse-t-il.

Quant à son avenir, Li Yuezhong se dit résolu à poursuivre son voyage à sa manière en visitant encore une quarantaine de pays.

"Je devrais mettre un terme à mes aventures jusqu'à l'âge de 58 ans avant de commencer à écrire un gros livre de voyage avec des photos, pour présenter à mes compatriotes et même aux autres ce que j'ai vu et vécu pendant toutes ces années de ma vie (...) sur le guidon", assure le voyageur chinois.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine conteste la gestion japonaise de l'incident du bateau de pêche chinois
Le président chinois met l'accent sur l'importance de l'éducation
Les syndicats français défendent la retraite à 60 ans
Ce n'est qu'en disant la vérité que la voix de la Chine fera plus autorité
Présenter une Chine variée à l'Europe
La croissance chinoise se fait aussi avec les pays d'Afrique
Un été, témoin d'incessantes expulsions de Roms, qui « fait rougir la France »