100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 25.06.2010 14h36
Un groupe terroriste du Xinjiang démantelé

La police chinoise a démantelé une cellule terroriste dans la Région Autonome Ouighoure du Xinjiang, dans un contexte d'inquiétudes que de tels groupes ne pénètrent dans d'autres endroits du pays, sous couvert de motifs religieux.

Plus de dix membres d'un groupe dirigé par le Mouvement Islamique du Turkestan de l'Est (MITE), qui planifiaient des attaques dans tout le pays, ont été arrêtés, et des explosifs, des couteaux et autres armes ont été saisis, a annoncé jeudi Wu Heping, porte-parole du Ministère de la Sécurité Publique.

Ce groupe terroriste a été impliqué dans des attaques violentes contre la police des frontières chinoise, dans une des villes situées le plus à l'Ouest du pays, Kashgar, dans le Xinjiang, attaques qui avaient fait 17 morts et 15 blessés en 2008, a précisé M. Wu.

Ces terroristes avaient également fait exploser des bombes dans des supermarchés, des hôtels et des bâtiments gouvernementaux, tuant deux civils et blessant deux policiers dans le Comté de Kuqa cette année.

« Le démantèlement de ce groupe terroriste majeur prouve une fois de plus que les groupes terroristes, dont le MITE, demeurent la principale menace terroriste à laquelle fait face la Chine à présent et dans un futur proche », a dit M. Wu lors d'une conférence de presse.

Tant les Nations Unies que les Etats-Unis considèrent le MITE comme une organisation terroriste.

Deux dirigeants du groupe, natifs du Xinjiang, figurent parmi les personnes arrêtées lors du dernier démantèlement, a précisé M. Wu.

Ils ont été identifiés comme étant Abdurixit Ablet, 42 ans, et Imin Semai'er, 33 ans. L'enquête de la police a montré qu'Ablet avait été envoyé par des séparatistes du MITE basés à l'étranger et que Semai'er était un des principaux membres du groupe terroriste.

Les deux hommes et leurs acolytes ont avoué à la police qu'ils avaient préparé des couteaux, des haches et des explosifs de leur fabrication, et qu'ils avaient prévu une série d'attaques terroristes au Xinjiang, dans les zones de Kashgar, de Hotan et d'Aksu entre juillet et octobre 2009, a dit M. Wu.

Durant la conférence de presse, les autorités ont exhibé plusieurs séries de couteaux et ce qui ressemblait à une bombe artisanale, faite avec de la poudre noire et des roulements à bille. Un minibus et une jeep, qui auaraient été utilisés par le groupe, ainsi qu'une salle ressemblant à une cuisine, décrite comme un endroit pour fabriquer des bombes, ont été également montrés sur des photos.

Ces saisies « ont mis un coup d'arrêt sévère aux plans de sabotage des terroristes, et éliminé une menace potentielle à la sécurité publique en temps utile », a dit M. Wu.

Aucune date n'a été donnée au sujet des arrestations.

Les terroristes s'étaient enfuis vers les provinces du Guangdong et du Yunnan et avaient contacté des chefs du MITE après que la police ait déjoué leurs plans, a dit M. Wu.

Avant que la cellule terroriste ne soit détruite, « elle s'était livrée à des pratiques religieuses extrémistes tout en recrutant des membres, levant des fonds et fabricant des bombes dans les provinces du Henan, du Guangdong et du Yunnan », a dit M. Wu.

Mais les experts ont averti que que les organisations terroristes majeures du « Turkestan de l'Est » se sont liguées contre la Chine et ont pénétré ailleurs dans le pays « au nom de la religion ».

« Face aux mesures de sécurité plus strictes contre le terrorisme au Xinjiang, les terroristes se déplacent vers les villes côtières ou de l'intérieur où ils peuvent trouver le même terreau favorable », a dit Li Wei, Directeur du Centre de recherches anti-terroristes à l'Institut Chinois de Relations Internationales Contemporaines, au China Daily.

Dans toute la Chine, de nombreux groupes religieux souterrains sont sous l'influence d'organisations internationales, dit M. Li.

« Les influences terroristes ont commencé à pénétrer des régions situées à l'extérieur du Xinjiang ».

Les organisations terroristes du « Turkestan de l'Est » dispersées par le monde partagent le même but, séparer le Xinjiang de la Chine, dit-il.

Les enquêtes de police ont montré que les forces du MITE basées à l'étranger avaient auparavant fourni une aide financière et envoyé des personnes pour aider Abdurixit Ablet et Imin Semai'er à s'enfuir.

Le 20 décembre de l'année dernière, la police chinoise avait recueilli vingt ressortissants chinois qui avaient été expulsés d'un pays voisin non identifié pour y être entrés illégalement. Et la police s'était rendu compte que trois d'entre eux étaient des terroristes en fuite.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Que tous les cytoyens chinois participent à la lutte contre les terroristes Ouighoure dans...
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Wen Jiabao félicite Gillard pour son accession au poste de PM d'Australie
La Chine dispensera des tarifs douaniers pour importations en provence de 33 pays les moins développés du monde
Les combines du marketing en ligne entament la confiance du public dans Internet
Chine : la disparité des revenus atteint le seuil critique, la réforme de la redistribution sociale progresse petit à petit
Sommet G20 à Toronto : faut-il secourir l'euro ou bien Obama ?
C'est dans l'espoir de pouvoir s'enrichir par le travail que la société deviendra moins dure
« La Chine joue en solo », compliment fielleux des médias occidentaux