100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 06.05.2010 11h48
Nous devons garder un œil sur nos dons

Des personnes compatissantes de toute la Chine ont donné près de 4,2 milliards de yuans aux victimes du séisme de Yushu (province de Qinghai), mais cela ne voudrait pas dire qu'ils sont indifférents quant à la façon, dont ces dons seront repartis.

À l'exception des fondations qui ont fait des dons pour susciter de la publicité, la plupart des donateurs ont fait des contributions sans rien attendre en retour. Pourtant, chacun de ceux qui a donné de l'argent ou avait fait un don sous une autre forme, reste sérieusement préoccupé par la façon dont ces dons de bienfaisance ont été repartis. Nous voulons tous que ces fonds soient utilisés là où on en a besoin le plus.

Ceux, qui contrôlent la gestion des dons doivent être conscients que leur activité a une influence directe sur l'avenir des actions de bienfaisance. Savoir que le don est utilisé de manière efficace peut inciter une personne à faire des dons la prochaine fois. D'autre part, des messages d'abus de ces fonds et des informations sur la corruption risquent de tuer dans sa racine l'enthousiasme philanthropique de quelqu'un.

En Chine, où l'activité des organisations caritatives non gouvernementales n'est pas très développée, ce sont les organismes officiels de bienfaisance, qui restent les seules structures, chargées de récolter les dons. Mais l'association étroite qu'ont ces organisations avec le gouvernement et leur négligence face à la demande de transparence font réfléchir de nombreuses personnes, qui veulent effectuer des dons. Les donateurs sérieux n'excluent pas une corruption éventuelle.

Il n'y a pas de meilleur antidote contre les soupçons de l'opinion publique que la transparence. La transparence peut d'une part empêcher les fraudeurs éventuels d'abuser du système, et d'autre part, elle peut inspirer confiance aux donateurs.

Yushu peut être défini comme un bel exemple dans ce domaine. La surface réduite de la zone sinistrée est un avantage pour les travaux de reconstitution dans la région. Il est donc plus facile d'organiser et de contrôler l'utilisation des dons.

Les autorités des affaires civiles ont promis de fournir une information statistique authentique et précise concernant les dons. Les donateurs ont également le droit de savoir comment leurs contributions sont utilisées. Cela ne devrait pas être difficile pour une localité aussi petite que Yushu.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Wen Jiabao appelle les jeunes à "avoir les pieds sur terre"
Le président chinois encourage les étudiants à contribuer à la modernisation
La faible émission de carbone devient un nouveau moteur de la création d'emplois
Pourquoi les nouveaux riches de Chine sont aussi détestables
John Hennessy : il faut à la Chine au moins vingt ans pour pouvoir établir des universités de classe mondiale
Pour que notre monde devienne meilleur (éditorial)
De précieux hôtes venus d'Europe