100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 12.02.2010 09h56
Enfin une hotline pour les maladies mentales

La plus haute autorité sanitaire du pays vient de lancer un programme de protection de la santé mentale à l'échelon national, demandant à chaque province d'établir au moins une ligne de conseils psychologiques d'ici la fin de l'année, d'après une note publiée le 10 février par le Ministère de la santé.

Ces hotlines, qui seront situées dans les hôpitaux psychiatriques locaux, fourniront leurs services gratuitement. Leur objectif sera d'essayer de gérer les différents problèmes mentaux touchant la population actuellement en Chine. Ces hotlines mettront les personnes qui appellent en contact avec des services psychologiques pratiques et faciles d'accès et devraient contribuer à faire baisser le nombre de problèmes causés par les maladies mentales, d'après la note.

C'est le premier programme du genre mis en place par le gouvernement chinois. Il arrive après que plusieurs actes criminels, dont des meurtres collectifs, se soient révélés avoir été commis par des personnes suspectées d'être atteintes de maladies mentales.

Les statistiques officielles montrent d'ailleurs que les désordres mentaux représentent 20% du total des maladies en Chine et constituent une menace grave pour la santé et la stabilité publiques.

Il y a actuellement au moins 56 millions de personnes atteintes de divers problèmes mentaux en Chine qui n'ont pas reçu de traitement, essentiellement du fait d'une mauvaise prise de conscience du phénomène et d'un manque d'argent pour payer les traitements, toujours d'après les statistiques officielles.

Pour Qiu Renzong, expert en bioéthique à l'Académie Chinoise des Sciences Sociales, une hotline constitue une méthode envisageable et économique pour offrir au public un service de protection de la santé mentale.

« Beaucoup de gens refusent de recourir à l'aide des hôpitaux psychiatriques par crainte de discrimination de la part des autres », dit-il. « Une hotline pourra contribuer à mieux protéger leur intimité ».

Les futures hotlines seront encouragées à coopérer avec les autres lignes de service public comme le 110, le numéro d'urgence de la police, ou le 120, le numéro des urgences médicales, afin d'offrir des services d'intervention psychologiques en temps utile, d'après la note.

Ces lignes auront également besoin d'heures opérationnelles régulières et de longue durée, ainsi que de conseillers professionnels, précise encore la note.

La formation des personnels comportera l'apprentissage de techniques pratiques de communication au téléphone, tout aussi bien que de procédures destinées à traiter des cas variés où pourront se rencontrer violence, crimes, suicides et addiction aux drogues.

Fait notable, la formation mettra aussi l'accent sur une intervention professionnelle et impartiale dans les affaires concernant l'homosexualité.

Il n'y a en Chine que 11 lits et moins de deux psychiatres pour 100 000 habitants, soit bien en deçà de la moyenne mondiale de 43 lits et quatre médecins, d'après les chiffres officiels.

Dans un autre développement, c'est l'hépatite B qui sera traitée. Afin d'assurer les droits des porteurs du virus en matière d'éducation et d'emploi, les fonctionnaires gouvernementaux qui se livreraient contre ces personnes à des actes de discrimination encoureront des sanctions pouvant aller de l'avertissement à la rétrogradation voire au licenciement pur et simple, d'après une note publiée conjointement hier par les ministères de la santé, des ressources humaines et de la sécurité sociale et de l'éducation.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le tirage du Quotidien du Peuple atteint plus de 2,4 millions d'exemplaires
Chine : publication du premier recensement des sources de pollution du pays
Les règles de la charité en Chine passées au crible après la donation de Zhang Ziyi
La « puissance » et l' « intransigeance » de la Chine
Notre société a besoin de sens commun et de rationalité
La portée du « modèle chinois » trop large
Pourquoi est-on toujours pousser par ses « besoins matériels » ?