100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 08.02.2010 17h25
Fin du procès de l'ancien chef de la police de Chongqing

Le procès d'une durée de cinq jours d'un ancien chef de la police de haut rang de la municipalité de Chongqing, au Sud-ouest de la Chine, qui avait été accusé de protection de bandes criminelles, de viol et d'acceptation de pots-de-vin s'est achevé hier tôt dans la journée, mettant un point final à l'affaire de plus haut niveau que le vaste mouvement de répression anti-mafia a connu jusque là.

La Cour populaire intermédiaire No5 de Chongqing a annoncé dans un communiqué que le verdict serait annoncé ultérieurement.

Wen Qiang, ancien chef adjoint de la police et directeur du Bureau de justice municipal, est accusé d'avoir reçu plus de 15 millions de yuans (2,2 millions de dollars US) en pots-de-vin pour fermer les yeux sur les activités de bandes criminelles, et pour possession d'un énorme montant de biens dont il n'a pas été en mesure d'expliquer l'origine.

Il a tout de même exprimé, à la fin du procès, ses remords, se décrivant comme « un homme avec une conscience ».

« Du statut de directeur de la police à celui de suspect mis en accusation, mon expérience est un avertissement à tous les fonctionnaires et à la police. Les changements que j'ai connus ont de nombreuses causes, mais c'est surtout moi-même que je dois blâmer personnellement. J'espère que je serai le dernier policier à me présenter en ce lieu », a t-il déclaré devant la Cour.

Durant le procès, les avocats de Wen ont récusé l'accusation de protection de bandes criminelles, et ont affirmé qu'une partie de l'argent que Wen a reçu d'autres personnes étaient des cadeaux faits par des relations, et non pas des pots-de-vin.

Le Parquet a pour sa part déclaré que Wen, en tant que directeur adjoint du Bureau de sécurité publique municipal de Chongqing, avait couvert et s'était entendu avec six bandes de type mafieux.

Les chefs de ces bandes ont pour nom Ma Dang, Wang Tianlun, Yue Ning, Gong Gangmo, Wang Xiaojun ainsi que la propre belle-soeur de Wen, Xie Caiping.

La plupart de ces bandes opéraient dans la gestion de tripots, la pratique de l'usure ou la gestion de clubs servant de refuge à des trafiquants de drogue et des prostituées.

Wen a insisté sur le fait que lui et Xie étaient en mauvais termes et qu'ils ne s'adressaient même jamais la parole. Quant aux autres chefs de bande, il a déclaré qu'il pensait, jusqu'à son arrestation en août dernier, qu'ils étaient des hommes d'affaires et non des criminels, et qu'il n'était pas au courant des affaires illégales qu'ils conduisaient.

S'agissant de la propriété considérable que possède sa famille, Wen s'est montré en désaccord avec les calculs du procureur selon lesquels une grande partie des revenus « au noir » qu'il aurait acquis provenait des pots-de-vin.

Le Parquet a en effet déclaré que, en termes de revenus, la famille n'était en mesure d'expliquer la provenance que de 4 millions de yuans seulement, 16 autres millions ayant été gagnés de manière illégale.

Ainsi, d'après les charges, plus de 15 millions en pots-de-vin provenant de 19 organisations ou individuels ont été offerts à Wen ou à son épouse, lors de 119 occasions entre 1996 et 2009, quand Wen était directeur adjoint du Bureau de police municipal ou directeur du Bureau de la justice.

Et 786 000 yuans ont été reçus des mains de six chefs de bandes de type mafieux, qui soit ont été accusés, soit sont en cours de jugement.

Cela inclut 181 bouteilles de vins anciens, 80 pièces de joaillerie ou montres, 36 oeuvres d'art de qualité, 9 vestiges culturels et 69 rouleaux de peinture, toutes pieces ayant été récupérées dans 16 propriétés appartenant à la famille, d'après le Parquet.

Dans son auto-défense, qui a duré 70 minutes, Wen a précisé les détails de plus de 140 occasions lors desquelles il aurait reçu de l'argent et a fortement insisté sur le fait que c'étaient des cadeaux faits lors de ses anniversaires ou lors de la Fête du Printemps, ce qui, a t-il dit, fait partie de l'étiquette et ne saurait être considéré comme de la corruption.

« En outre, j'ai de longue date une passion, collectionner les bons vins. Je conteste le fait que seule une valeur de 40 000 yuans (5 800 dollars US) de mes vins aient été acquis légalement », a ajouté Wen.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chine : des brouillards attendus dimanche dans le nord et le centre du pays
Plus de « bol de fer » pour les fonctionnaires de Shenzhen
La portée du « modèle chinois » trop large
Pourquoi est-on toujours pousser par ses « besoins matériels » ?
En dépit de sa puissance économique montante, la Chine reste lucide
Quand la construction d'une résidence a des relents d'histoire ancienne...
Les exportations chinoises profitent au monde entier