100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 04.12.2009 10h43
Six condamnés pour la catastrophe ferroviaire d'avril 2008

Six personnes ont été condamnées jeudi en première instance pour la catastrophe ferroviaire qui avait fait 72 morts et 416 blessés le 28 avril 2008 dans la province du Shandong.

Les accusés étaient Guo Jiguang, ancien vice-directeur du bureau des Transports ferroviaires de Jinan, et cinq travailleurs ferroviaires : Li Zhenjiang, Cui Heguang, Zhang Fasheng, Pu Xiaojun et Zheng Richeng.

Ces six personnes, détenues depuis mai 2008, ont été condamnées de six mois à quatre ans de prison pour violations des règles ferroviaires entrainant des conséquences graves, a justifié le verdict.

D'après le code pénal chinois, les peines pour de telles négligences entrainant la mort, des blessures sévères et des lourdes pertes pour des propriétés publiques ou privées sont normalement punies de trois à sept ans de prison.

Le T195, un train à grande vitesse reliant Beijing à Qingdao, avait déraillé et percuté un autre train, dans le district de Zhoucun le 28 avril 2008, faisant 72 morts et 416 blessés.

Cet accident ferroviaire avait été le pire en Chine depuis dix ans.

Les enquêteurs ont montré que le train roulait à une vitesse bien supérieure à la vitesse limite autorisée sur cette section, en partie parce que le conducteur n'avait pas été informé de la vitesse limite.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Deux touristes chinois tués dans la collision de deux bateaux en Thaïlande
La Chine souhaite que la conférence de Copenhague obtienne des résultats "justes et faisables"
Chine : il est indispensable que le travail soit vraiment rémunéré
Croissance à contre-courant des investissements chinois à l'étranger
La crise financière de Dubaï produit des effets limités sur la Chine
La crise de la dette de Dubaï : qui court le plus grand risque ?
Les taxes commerciales imposées du fait des surcapacités de production chinoises ne sont qu'une « excuse »